Coup d’Etat au Gabon : Noureddine Bongo, fils d’Ali Bongo aux arrêts

0
169

Coup d’Etat au Gabon : Noureddine Bongo, fils d’Ali Bongo aux arrêts

Il a été mis aux arrêts avec d’autres personnes pour de nombreux chefs d’accusations cinq heures après le coup d’Etat qui a porté au pouvoir le général Brice Clotaire Oligui Nguema.

«Les personnes dont les noms suivent sont arrêtées notamment pour haute trahison contre les institutions de l’Etat, détournement massif des deniers publics, malversations financières internationales en bande organisée, faux et usage de faux, falsification de la signature du président de la République, corruption active et trafic de stupéfiants », ainsi s’est lancé l’officier du Comité pour la Transition et la restauration des institutions (CTRI) qui a lu le communiqué annonçant la mise aux arrêts du fils du chef de l’Etat, Noureddine Bongo Valentin. Il s’agit, en sus du fils du chef de l’Etat, de Ian Ghislain Ngoulou, Jessye Ella Ekogha, Mohamed Ali Saliou Abdoul Oceni, Steeve Nzegho Dieko et Cyriaque Mvourandjami.

Lire aussi : Erratum : Ali Bongo déclare être assigné à sa résidence au Gabon

Ces cinq personnes, qui accompagnent l’ancien coordonnateur du cabinet présidentiel et jusqu’alors proche conseiller du chef de l’Etat, constituent ce qu’on désigne à Libreville comme la « young team ». On y retrouve le secrétaire exécutif du Parti au pouvoir, le PDG, Steve Nzegho Dieko, et son adjoint Cyriaque Mvourandjami ; le directeur de cabinet du président de la République, Ian Ngoulou, et son adjoint Mohamed Ali Saliou Abdoul Oceni ; Jessy Ella Ekogha, conseiller spécial du président de la République et porte-parole de la présidence. Pour ce qui est du président de la République déchu, les militaires l’annoncent résidence surveillée avec sa famille et ses médecins.

Plus tard dans la journée, d’autres dignitaires du régime ont été mis aux arrêts. L’on peut citer l’ancien Premier ministre Paul Biyoghe Mba; le président de l’Assemblée nationale Faustin Boukoubi. Le ministre de la Défense, Félicité Ongouori Ngoubili, ancienne ambassadrice du Gabon en France et auprès de l’Union européenne, relativement inconnue sur la scène nationale, n’est pas parvenue à faire de déclaration.

Pas plus que les opposants au régime d’Ali Bongo Ondimba encore moins le chef de file de l’opposition à la présidentielle, Albert Ondo Ossa.

Ecomatin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici