CONCLUSIONS DE LA COMMISSION AD HOC AU TCHAD  : Attention danger !

0
116
CONCLUSIONS DE LA COMMISSION AD HOC AU TCHAD  : Attention danger !

CONCLUSIONS DE LA COMMISSION AD HOC AU TCHAD  : Attention danger !

La commission ad hoc mise en place par le présidium du dialogue national a livré ses conclusions, le 28 septembre dernier. Et comme il fallait s’y attendre, elle accorde le droit aux membres de la Transition de pouvoir se présenter à la future présidentielle. Et pour couronner le tout, elle propose également la prolongation de la transition pour une durée de deux ans. Quant à la forme de l’Etat, elle propose la tenue d’un référendum pour trancher la question. En attendant d’avoir la réaction officielle de l’opposition, on peut, sans risque de se tromper, dire que cette commission ad hoc donne raison à ceux qui prédisaient ses conclusions. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on la voyait venir. Mais attention, car tout n’est pas gagné d’avance. Il ne fait pas de doute que ces conclusions éloigneront davantage l’opposition, l’Eglise catholique ainsi que certains groupes militaires non signataires du pré-dialogue de Doha, de la table des discussions. Le pronostic vital du dialogue est-il engagé ? Il y a des raisons de le croire. Cela dit, le président du Conseil militaire de Transition, le général Mahamat Deby, sait-il qu’il joue avec le feu ? Il a intérêt à faire attention car, il pourrait se brûler les doigts.
On a comme l’impression que le nouveau maître de Ndjamena veut faire de ce dialogue national une entourloupe
Comme on le dit, à vouloir trop gagner, on finit par tout perdre. En vérité, les dés étaient pipés dès le départ et tant que le général Deby ne changera pas son fusil d’épaule, les chances de voir ce dialogue aboutir resteront minces. On a comme l’impression que le nouveau maître de Ndjamena veut faire de ce dialogue national une entourloupe afin d’obtenir une caution populaire pour installer dans la durée, ses pénates au palais présidentiel de Ndjamena. Le président de la Transition doit se convaincre d’une chose : le Tchad n’est pas un patrimoine des Deby. C’est dire s’il aurait tort de croire que le destin de la Nation tchadienne est lié au sien. Les temps ont changé et Deby fils doit comprendre la soif de démocratie des Tchadiens. C’est déjà à son honneur de chercher à résoudre les problèmes des Tchadiens par le dialogue et non pas par les armes, mais cela ne l’autorise pas à contraindre par la force ou par la ruse, ses compatriotes à adhérer à son projet dynastique. Si malgré la richesse de son sous-sol, le Tchad peine à nourrir et à soigner convenablement son peuple, c’est parce que son défunt père qui a régné sur le pays pendant trois décennies, n’a été ni un démocrate ni un visionnaire. Vouloir confisquer le pouvoir pour perpétuer l’œuvre d’un tel dictateur, serait prolonger la souffrance du peuple tchadien.

 

Dabadi ZOUMBARA    

 Le Pays

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here