CHASSE AUX MIGRANTS SUBSAHARIENS : La Tunisie se dévoile-t-elle telle quelle ?

0
198

CHASSE AUX MIGRANTS SUBSAHARIENS : La Tunisie se dévoile-t-elle telle quelle ?

Depuis sa sortie musclée du 21 février dernier contre l’immigration clandestine subsaharienne qualifiée « d’entreprise criminelle ourdie à l’orée de ce siècle pour changer la composition démographique de la Tunisie », le président tunisien, Kais Saied, semble avoir réveillé les démons du racisme contre la communauté noire qui vit une véritable chasse aux migrants dans son pays. Et les actes de violences en termes d’agressions physiques, d’expulsions, d’incendies de maisons, d’attaques à l’arme blanche et on en oublie, ne se comptent plus contre la communauté noire des immigrés subsahariens dans ce pays où beaucoup de partisans du locataire du palais de Carthage, ne se donnent plus la peine de faire le distinguo entre résidents légaux et sans-papiers. Un discours complotiste teinté de racisme primaire de l’iconoclaste président Kais Saïed, qui a mis le feu aux poudres d’une situation très vite devenue difficilement contrôlable au point que des pays ouest-africains comme la Guinée ou encore la Côte d’Ivoire, ont pris des mesures urgentes pour le rapatriement de leurs ressortissants, au moment où d’autres pays sont sur le qui-vive.

 

La Tunisie a longtemps montré l’image d’un pays plutôt tolérant

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne fait pas bon aujourd’hui, être « Africain » pour ne pas dire Noir, au pays de Robocop. Et les propos de l’universitaire devenu président, sont d’autant plus déplorables qu’en plus d’être peu responsables pour une personnalité d’un tel rang, ils constituent l’étincelle qui a déclenché le brasier des violences au point que les choses sont aujourd’hui en train de partir dans tous les sens. De quoi largement se convaincre que ce racisme aujourd’hui ouvertement exprimé contre la communauté noire subsaharienne, couvait sous la cendre d’un sentiment anti-étrangers latent. Autrement, comment comprendre que la situation se soit aussi vite embrasée avec ces scènes surréalistes de ressortissants subsahariens traqués comme des bêtes sauvages et multipliant les appels de détresse ? Est-ce là le vrai visage du pays de Robocop ? La Tunisie se dévoile-t-elle telle quelle ?  La question est d’autant plus fondée que jusqu’à ces graves événements, la Tunisie a longtemps montré l’image d’un pays plutôt tolérant aux yeux des ressortissants de nombreux pays d’Afrique subsaharienne qui ont toujours surclassé de loin le pays d’Habib Bourguiba parmi les plus accueillants en Afrique du Nord et au Magreb. Mais il faut croire que les Tunisiens ne sont pas tous racistes. On en veut pour preuve le courage et l’attitude responsable de cette vingtaine d’Organisations non gouvernementales tunisiennes qui ont choisi de briser le silence en dénonçant publiquement la montée d’un « discours haineux » et du racisme contre les migrants d’origine subsaharienne dans leur pays, en pointant du doigt la responsabilité de l’Etat qui fait la sourde oreille.

 

Pour beaucoup d’observateurs, le mal de la Tunisie aujourd’hui, c’est son président

 

C’est pourquoi l’on est tenté de mettre ce dérapage langagier du président Kais Saied, sur le compte du discours d’un président qui a montré ses limites à la tête de l’Etat tunisien mais qui est prêt à user de tous les artifices pour bénéficier de la sympathie de ses compatriotes, y compris en surfant sur le détestable thème du racisme contre les migrants subsahariens. Mais tout porte à croire que le président tunisien se trompe lourdement de combat. Et l’on peut même se demander s’il ne se tire pas une balle dans le pied. Car, pour un pays comme la Tunisie, qui a largement bâti son modèle économique sur le tourisme, une telle chasse aux étrangers, fussent-ils des migrants subsahariens, est un mauvais signal qui fera tache. Et au-delà du principe de la réciprocité qui, s’il était appliqué, ne ferait qu’exacerber les tensions  avec les pays d’origine de ces migrants, la Tunisie pourrait aussi avoir beaucoup à perdre si cette situation devait impacter d’une façon ou d’une autre, les contrats de certaines de ses entreprises engagées dans l’exécution d’importants marchés dans les pays au Sud du Sahara. C’est dire si Kais Saied devrait se ressaisir. D’autant que pour beaucoup d’observateurs, le mal de la Tunisie aujourd’hui, c’est son président : Kais Saied qui n’est pas l’homme de la situation, et qui ne semble pas à la hauteur de la fonction d’Homme d’Etat éclairé et visionnaire, capable de conduire la Tunisie vers les chemins du développement et du progrès, en harmonie avec les autres nations. Un président qui a multiplié les velléités de prendre la démocratie en otage et qui semble trouver aujourd’hui dans la question de l’immigration, un moyen de diversion de son peuple dans l’espoir de masquer ses échecs.

 

« Le Pays »  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici