Centrafrique: Wagner accusé de violences sur des citoyens, les autorités démentent

0
240

 

Centrafrique: Wagner accusé de violences sur des citoyens, les autorités démentent

Texte par : RFI

3 mn

Au quartier du PK5 de Bangui, les activités économiques ont repris en douceur en milieu de semaine après plusieurs jours de contestation de la part des commerçants. Ils avaient baissé leurs rideaux vendredi dernier 5 mai pour protester contre la multiplication ces dernières semaines des arrestations, qu’ils jugent arbitraires. Des arrestations menées par des policiers, des militaires, et les mercenaires russes du groupe Wagner. Selon plusieurs témoins, les personnes visées sont emmenées en pleine nuit, violentées, et relâchées contre de l’argent.

Selon plusieurs témoins joints au PK5, les mercenaires de Wagner débarquent la nuit tombée chez les personnes visées. Un homme dont l’oncle a été enlevé et maltraité pendant 24 heures la semaine dernière raconte, sous couvert d’anonymat : « À 23h, l’oncle a ouvert la porte, ils l’ont pointé puis ils ont fouillé la totalité de sa maison, ils n’ont rien trouvé. Ils l’ont amené au niveau du camp de Roux, et ils ont grimpé ensuite dans la colline, au niveau de l’ancien bureau de l’immigration. Ils l’ont torturé sauvagement, ils l’ont flagellé avec un fouet, torturé ses bas de pieds avec une matraque, ils le boxaient au niveau du pectoral. À son arrivée, il vomissait du sang, on l’a amené à l’hôpital, et maintenant, il est sous traitement. »

De 150 000 jusqu’à 5 millions de francs CFA sont demandés aux familles. La peur pousse certains à se cacher. « On te torture, on met le téléphone en ligne, les parents écoutent comment tu es en train de crier, de pleurer, pour mobilier les ressources pour négocier au plus vite ta libération. On ne passe pas la nuit au niveau du PK5, nous sommes obligés de nous réfugier ailleurs, on revient seulement la journée pour vendre nos marchandises, et dans la nuit on se cache ailleurs. »

Les protestations ont poussé le chef de Wagner à venir s’expliquer devant des notables du PK5. Accompagné du ministre de l’Élevage Hassan Bouba, Vitali Perfilev a affirmé que ses hommes intervenaient en appui de la police, à la recherche d’armes, et chez des particuliers « dénoncés par leurs voisins ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici