Centrafrique : voici la proposition de Poutine aux mercenaires de Wagner qui doit faire très mal à l’Imposteur de Bangui et ses ouailles !

0
187

Poutine fait une offre aux mercenaires de Wagner deux jours après la rébellion avortée

Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse à Moscou, le 24 juin 2023.  (HANDOUT / AFP)
Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse à Moscou, le 24 juin 2023. (HANDOUT / AFP)

Deux jours après le coup de force de la milice Wagner en Russie, orchestré par Evguéni Prigojine, le président Valdimir Poutine a fait une brève allocution à la télévision d’Etat.

Par L’Obs

· Publié le · Mis à jour le

Le président russe ne veut pas perdre la face. Deux jours après la rébellion avortée d’Evgueni Prigojine et ses hommes, Vladimir Poutine a fait une proposition aux mercenaires lors d’une allocution télévisée, ce lundi 26 mai, en fin de soirée.

Malgré leur insurrection armée et leur progression en direction de Moscou, les combattants de Wagner ne seront pas poursuivis : ils pourront soit rejoindre l’armée russe, soit partir pour la Biélorusse, soit rejoindre leur famille, a-t-il dit. « Aujourd’hui, vous avez la possibilité de continuer à servir la Russie en concluant un contrat avec le ministère de la Défense ou d’autres forces de l’ordre, ou de retourner auprès de votre famille et de vos amis », ou de se rendre en Biélorussie, a déclaré Vladimir Poutine qui a assuré avoir donné l’ordre « d’éviter une effusion de sang ».

Remerciements aux Russes et à Loukachenko

Le président russe a, par ailleurs, remercié les Russes pour leur « patriotisme », lors de la révolte des mercenaires. Il a également adressé ses remerciements aux militaires et officiers du renseignement, ainsi qu’au président biélorusse Alexandre Loukachenko « pour ses efforts et sa contribution au règlement pacifique de la situation ». « La rébellion aurait été écrasée de toute façon », a estimé Vladimir Poutine.

L’Ukraine et l’Occident « voulaient que les soldats russes s’entretuent, a également dit le président russe, pour que les militaires et les civils meurent, pour qu’à la fin la Russie perde et que notre société se divise ».

L’ambassadrice américaine à Moscou a pourtant directement contacté les autorités russes ce week-end pour leur assurer que les Etats-Unis n’étaient « pas impliqués » dans la rébellion, selon les dires du porte-parole de la diplomatie américaine Matthew Miller, ce lundi.

L’OBS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici