Centrafrique / USA : Mme Patricia Mahoney, le processus du scrutin référendaire du 30 juillet 2023 est vraiment transparent !

0
1009

« Centrafrique: Pr Akandji-Kombé, un rebelle égaré en perdition

Il va sans dire que la convocation du corps électoral pour le référendum constitutionnel, fait découvrir le visage des tueurs de la République. L’un de ces tueurs de la République, est le Pr Akandji-Kombé qui entend provoquer l’effusion de sang des centrafricains d’ici le 1er juillet 2023.

Comme disait un ancien homme d’Etat centrafricain : « ce sont les intellectuels qui tuent le Centrafrique ». Le cas Akandji-Kombé nous inspire davantage sur la criminalité intellectuelle.

Partisan et soutien moral de Karim Méckassoua, Akandji-Kombé dont sa souche, origine s’apparente à la congolaise de Brazzaville, se lance dans une rébellion passive pour déstabiliser la République Centrafricaine.

Rien n’est étonnant, si déjà Alexandre Ferdinand Nguéndet s’agite depuis Brazzaville, cela justifie bien les agitations morbides d’Akandji-Kombé qui ont montré ses limites en brillant dans les dérives.

Aujourd’hui, il réapparait par un communiqué laconique pour interpeller l’opinion nationale et internationale sur un kidnapping inventé par ses partisans pour appeler à un coup de force contre le Peuple Centrafricain.

Pour les observateurs, le Pr Akandji-Kombé d’origine congolaise utilise la méthode des mercenaires tchadiens comme Ousman Mahamat Ousman, Abakar Sabone pour ne citer que ceux-là pour s’infiltrer au gouvernement centrafricain. Mais, peine perdue !

Honte à un Pr qui œuvre pour les tueries dans un pays. Et l’absurdité est que c’est ce même Peuple qu’attend défendre le pseudo Pr Akandji-Kombé, qu’il veut encore verser son sang.

Déjà, il faut savoir que Dieu a enlevé la connaissance à ces tueurs car, leur plan satanique contre le Peuple Centrafricain ne va pas prospérer.

Akandji-Kombé fait l’hallucination et se trompe de la porte sur laquelle il cherche à cogner. Le Peuple Centrafricain très mobilisé et déterminé ne cédera jamais à leurs actes subversifs.

Akandji-Kombé est un rebelle égaré ou en perdition.

A suivre ! »

 

« Pour que demain nul ne dise qu’il ne savait pas. En pièce jointe, la capture d’écran d’un post fait par un des nervis du pouvoir. Pour ceux-là, c’est un crime de s’opposer au changement de la Constitution. Méthodes utilisées : irruption au domicile des voix critiques, intimidation, campagne de diffamation, tentative d’enlèvement et d’assassinat. C’est bien ce régime criminel que ces « partenaires » soutiennent, et attendent surtout de nous qu’on crie « vive le référendum crédible et transparent ». J’ai entendu un compatriote dire hier : « Moi président, une des premières décisions que je vais prendre c’est de déclarer persona non grata toute cette complicité extérieure qui renforce la posture criminelle du régime de Bangui ». Est venu le temps de la légitime défense du Peuple. Car quand le crime d’État est légalisé dans un pays et acclamé par la communauté dite internationale, il faut se passer des faux-semblants et des demi-mesures.

Ben Wilson Ngassan »

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici