Centrafrique / USA : Enquête exclusive du CNN sur les mercenaires russes de Touadéra et leurs crimes

0
200

 

« Ce sont nos enfants qu’ils ont tués » ! Mercenaires russes impliqués dans la torture et le meurtre de civils en République centrafricaine

Par Tim Lister, Sebastian Shukla et Clarissa Ward, CNN

Mis à jour 0545 GMT (1345 HKT) le 15 juin 2021

(CNN) — Fatouma était chez elle avec ses enfants dans la ville de Bambari lorsque les tirs ont commencé, dans l’après-midi du 15 février. Terrifiée, elle les a rassemblés et s’est enfuie vers la mosquée voisine, pensant que ce serait un refuge sûr dans le bourg de la République centrafricaine (RCA). Mais au lieu de trouver refuge dans ses murs, elle et des dizaines d’autres – hommes, femmes et enfants – sont devenus des cibles. Ses deux enfants ont été abattus mais ont survécu. Au moins une douzaine de personnes ne l’ont pas fait. « C’était les Russes et les FACA [l’armée centrafricaine] », a déclaré Fatouma.

Des mercenaires russes, soutenus par au moins un hélicoptère de combat, ont attaqué le quartier alors qu’ils chassaient les rebelles connus sous le nom de Séléka. Mais selon plusieurs témoins, ils ont ouvert le feu sans discernement contre des civils, dont beaucoup se cachaient à la mosquée al Taqwa. « Il n’y a pas eu un seul élément Séléka trouvé dans la mosquée », a déclaré Fatouma. « Ce n’est que la population civile qu’ils ont tué. Nous n’avons même pas vu un cadavre de Séléka sur le sol, ce sont nos enfants qu’ils ont tués. « CNN a changé les noms des témoins et des victimes pour les protéger d’éventuelles représailles. D’autres sources locales disent que deux Séléka se sont peut-être réfugiés dans la mosquée, mais ils n’étaient pas armés.

Des impacts de balles sont visibles à l’intérieur de la mosquée al Taqwa à Bambari, en République centrafricaine, sur une photo prise en mai 2021.

L’incident de Bambari fait partie des dizaines d’enquêtes menées par CNN et The Sentry qui montrent un large éventail de violations des droits humains commises par des mercenaires russes déployés en RCA. The Sentry est un groupe d’enquête indépendant cofondé par George Clooney et John Prendergast qui suit l’argent lié aux atrocités de masse. Malgré un climat de peur omniprésent, des dizaines de personnes en République centrafricaine ont évoqué des assassinats sommaires, des cas de viol et de torture, et des attaques aveugles contre des civils, y compris l’incendie de maisons. CNN et The Sentry se sont entretenus avec plusieurs témoins des événements de Bambari cet après-midi-là. Selon certains, plusieurs civils ont été abattus de sang-froid lorsque les Russes et les troupes locales ont ordonné aux gens de quitter la mosquée en fin d’après-midi.

Des impacts de balles sont visibles dans un mur extérieur de la mosquée al Taqwa à Bambari, en République centrafricaine, sur une photo prise en mai 2021.

Un homme de 20 ans, Abdoulaye, a déclaré à CNN qu’il était sorti avec plusieurs autres, les mains en l’air. Ils ont été fouillés, mais les Russes et les FACA ont commencé à tirer. « Nous étions à cinq mètres d’eux lorsqu’ils ont ouvert le feu », a-t-il déclaré d’une manière presque neutre, utilisant ses mains pour montrer ce qui s’était passé. « Quatre personnes ont été tuées, une autre s’est échappée par-dessus un mur. »Une balle a touché Abdoulaye au bas de la jambe alors qu’il courait. Il s’est caché pendant près de 10 heures car l’accès à l’hôpital local avait été bloqué par les FACA et a dû plus tard se faire amputer la jambe sous le genou. D’autres ont déclaré à CNN qu’ils avaient été tirés par des hélicoptères russes cet après-midi-là. CNN a confirmé que plusieurs hélicoptères de combat russes avaient été expédiés en RCA plus tôt cette année. Le nombre total de tués dans et autour de la mosquée cet après-midi de février est inconnu ; mais d’après les témoignages recueillis par CNN, c’était entre une douzaine et une vingtaine. C’était loin d’être un incident isolé.

Le corps d’une victime des tirs dans et autour de la mosquée al Taqwa est vu en février 2021.

CNN et The Sentry ont obtenu des documents confidentiels de l’ONU à l’appui des accusations portées contre les mercenaires russes par les témoins et les victimes. Un rapport compilé par la force de maintien de la paix des Nations Unies en RCA, connue sous le nom de MINUSCA, a déclaré qu’à Bambari, « les FACA et les forces bilatérales, en particulier les Russes et les éléments présumés syriens, peuvent avoir commis des crimes de guerre, notamment en exécutant des civils et d’autres participer aux hostilités. »Des sources ont déclaré à CNN qu’un nombre inconnu de mercenaires syriens qui s’étaient battus pour des sous-traitants russes en Libye ont par la suite été envoyés en RCA. CNN a déjà rendu compte de leur rôle en Libye. Dans son rapport sur l’incident de Bambari, le Groupe de travail des Nations Unies (GTNU) sur les mercenaires a déclaré que les mercenaires russes étaient « accusés d’avoir utilisé une force excessive et de bombarder des sites protégés tels qu’une mosquée et des camps de personnes déplacées ».

Une femme de Bambari, Adja, a déclaré à CNN que son mari s’était réfugié à la mosquée. « Même si des civils s’y sont réfugiés, les Russes ont tiré », a-t-elle déclaré. « Pendant trois jours, les Russes ne nous ont pas permis de récupérer les corps. » Une autre femme, Djibrila, a déclaré à CNN que son fils de 15 ans avait été tué par des Russes tirant depuis un hélicoptère. Lorsque son mari a essayé de le retrouver, lui aussi a été abattu ; il est décédé à l’hôpital quatre jours plus tard. « Mon mari a été enterré avec mon fils de 15 ans », a déclaré Djibrila en berçant son bébé. L’équipe de la MINUSCA qui a enquêté sur l’incident à la mi-mars a indiqué que trois hommes auraient été « exécutés » par les FACA/les forces russes. « Ces trois hommes n’étaient pas armés lorsqu’ils ont été interpellés à l’entrée de la mosquée », selon le rapport confidentiel de la MINUSCA.

La Division des droits de l’homme de la MINUSCA a fait un rapport préliminaire en mars 2021 à la suite d’un voyage spécifique pour enquêter sur des allégations à Bambari et Grimari, théâtre de deux atrocités présumées impliquant des Russes. Le document a été obtenu par la sentinelle et partagé avec CNN.

Deux semaines plus tard, l’ONU a fait part de ses préoccupations, des experts déclarant avoir reçu  » et continuent de recevoir des informations faisant état de graves atteintes aux droits humains et de violations du droit international humanitaire, imputables au personnel militaire privé opérant conjointement avec les forces armées centrafricaines ( FACA) et, dans certains cas, des casques bleus de l’ONU. » L’UNWG a envoyé une liste d’allégations aux gouvernements de la Russie et de la RCA, ainsi qu’aux représentants des sous-traitants militaires. Un membre du groupe de travail, Sorcha MacLeod, a déclaré à CNN : « Nous assistons à certaines des violations des droits humains et du droit humanitaire les plus graves. Et nous les voyons à grande échelle. Les gens sur le terrain sont absolument terrifiés. « MacLeod, professeur de droit à l’Université de Copenhague, a ajouté : « Nous recueillons des preuves provenant d’une grande variété de sources, et elles sont corroborées. »

UNWG n’a pas reçu de réponse de la société qui dirige l’opération mercenaire. Le gouvernement russe a nié les allégations et a insisté sur le fait que les entrepreneurs en RCA ne sont « pas armés et ne participent pas aux hostilités ». Le gouvernement centrafricain a également nié les allégations, mais a déclaré qu’une enquête établirait les faits.

Une mission en expansion

En 2017, le Conseil de sécurité de l’ONU a levé un embargo sur les armes contre la RCA, acceptant le déploiement de 175 entraîneurs russes pour l’armée locale. Pour les Russes, c’était un pied dans la porte. Un ancien officier du renseignement militaire russe, Valery Zakharov, est devenu le conseiller à la sécurité du président centrafricain Faustin-Archange Touadera. Mais comme CNN l’a signalé précédemment, tous les entraîneurs qui sont arrivés à l’exception de cinq – avec une grande quantité d’armes – n’étaient pas des militaires russes mais des entrepreneurs privés, embauchés par des entreprises liées à un oligarque russe proche du président Vladimir Poutine, Yevgeny Prigozhin .

Un document de la MINUSCA obtenu par Sentry estime qu’il y a maintenant quelque 2 300 mercenaires en RCA, y compris le contingent syrien. Aux côtés des paramilitaires rwandais et des troupes centrafricaines, ils s’entraînent beaucoup moins et se battent beaucoup plus, d’autant plus qu’une contre-offensive contre les groupes rebelles a commencé en janvier. Les Russes ont également importé des véhicules blindés de transport de troupes, des hélicoptères de combat, tels que les Mi8 et Mi-24, et des drones. Une source a déclaré à Sentry : « Ils ont des drones, ils les utilisent à tout moment pour localiser les gens. »De plus, selon un document interne de la MINUSCA obtenu par Sentry et examiné par CNN, les mercenaires russes utilisent le même type de mines antipersonnel qu’ils ont utilisé en Libye. Toutes les parties au conflit centrafricain ont été accusées de violations des droits humains, mais le rôle des Russes sur les lignes de front est devenu profondément problématique pour la force de maintien de la paix de l’ONU en RCA.

L’équipe de CNN a été suivie par des agents russes en République centrafricaine, selon l’enquête de Bellingcat

Le bureau du Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU a déclaré en mars que « des agents de l’État [RCA] et leurs alliés tuaient arbitrairement des civils », et que des personnes avaient été « torturées, maltraitées et arbitrairement arrêtées ». Plusieurs organisations de défense des droits humains et d’aide en RCA n’ont pas souhaité commenter les incidents impliquant les mercenaires, citant le risque pour leur personnel. Une équipe de CNN qui a demandé l’autorisation de se rendre en RCA ce mois-ci pour rendre compte de la situation sécuritaire et humanitaire s’est vu refuser à plusieurs reprises l’accréditation. Les responsables ont fourni plusieurs explications, mais dans un SMS, le ministre des Communications, Ange Kazagui, a déclaré à CNN : « Notre position est maintenue, à savoir que vos antécédents et les preuves en notre possession ne nous soutiennent pas dans l’octroi des accréditations demandées. » Cela semble être une référence au reportage de CNN de 2019 du pays sur les liens entre la présence de mercenaires russes et les concessions minières lucratives.

Un motif macabre

Les incidents signalés d’abus ont augmenté depuis fin décembre, lorsque des mercenaires russes ont rejoint une offensive du gouvernement contre les groupes rebelles qui avaient tenté d’avancer sur la capitale. Dans une lettre à Ivan Mechetin, le représentant de la force mercenaire russe en RCA, en mars, l’UNWG a écrit : « Outre les tueries de Bambari, CNN et Sentry ont recueilli des témoignages sur de nombreux autres incidents. Fin décembre, des mercenaires russes ont ouvert le feu sur un camion qui ne s’est pas arrêté à un poste de contrôle. CNN s’est entretenu avec le chauffeur du camion, Malik, qui a déclaré avoir été blessé à la main, qui a ensuite été amputé. Il a déclaré que trois personnes avaient été tuées, dont un employé du groupe Médecins San Frontières (MSF). MSF a confirmé le décès mais n’a pas souhaité commenter davantage. Un rapport interne de la MINUSCA « a confirmé l’usage excessif de la force par les forces russes au poste de contrôle » avait fait trois morts parmi les civils. Le rapport a déclaré que les impacts des balles « pourraient indiquer que les tireurs avaient l’intention de tuer autant de personnes que possible ».

Une vidéo de drone de l’ONU obtenue et géolocalisée par CNN montrait des maisons incendiées dans un village près de la ville de Bossangoa, le 23 février. Selon un document interne de la MINUSCA, « des forces bilatérales ont incendié des maisons dans un village situé à 13 kilomètres (huit miles) de Bossangoa ». Le terme bilatéral signifie FACA/russe. Et le 14 mars, un groupe de Russes a abattu le chef d’un village près de Bambari après l’avoir accusé d’être sympathique aux rebelles, selon un chef de communauté d’un village voisin, qui a parlé à Sentry sous couvert d’anonymat. Le chef de la communauté a déclaré que les Russes avaient mis le feu à 60 maisons et volé des motos et d’autres biens. Il a également allégué que les Russes ont également agressé plusieurs femmes, dont certaines se sont enfuies dans la brousse pour s’échapper. MacLeod a déclaré à CNN que dans de nombreux conflits « quand il n’y a pas de surveillance, qu’il n’y a pas de surveillance de leurs activités, alors le risque de violence sexuelle sexiste monte en flèche ».

Les abus russes ont inclus l’enlèvement de dirigeants communautaires. Selon un document de la MINUSCA, quatre membres de la communauté peule ont été « extraits » de la ville de Bria et transportés par avion vers une « destination inconnue ». CNN a vu des photographies des hommes, avec des cagoules sur la tête, mis dans un avion par des mercenaires russes sur la piste d’atterrissage locale fin avril. Le document de la MINUSCA ajoute que l’incident « provoque une grande anxiété parmi la population où certains craignent une disparition », et appelle à une enquête immédiate sur l’endroit où les quatre auraient pu être emmenés. Plusieurs témoins ont déclaré à CNN et Sentry que les Russes avaient une base à l’extérieur de Bambari où la torture était monnaie courante.

Nimery, 39 ans, a déclaré que lui et d’autres avaient été emmenés à la base et encordés ensemble. Détenu pendant une semaine, il a déclaré avoir été battu et poignardé au pied avec une baïonnette. Portant toujours un bandage autour de sa cheville, Nimery a choisi ses mots avec soin. « Les Russes étaient méchants et barbares », a-t-il déclaré. Un autre récit provient d’un jeune de 16 ans qui a été arrêté avec son frère par les troupes locales fin février et emmené dans un camp russe à la périphérie de Bambari. Il a déclaré avoir été battu jusqu’à ce qu’il s’évanouisse et lorsqu’il a repris connaissance, il a vu son frère « couvert de sang, ligoté comme un animal, les pieds et les mains liés derrière le dos ». Les interrogateurs ont accusé les deux hommes d’être des rebelles de la Séléka. Lorsque son frère a finalement été libéré, a déclaré l’adolescent, il était inconscient à l’hôpital pendant trois jours.

Dilemme de l’ONU

Pour les 15 000 casques bleus de l’ONU de nombreux pays déployés en RCA, la présence de mercenaires russes est devenue un dilemme. Le chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, a déclaré en avril qu’il avait discuté des allégations de violations des droits humains par les Russes lors d’une réunion à Moscou avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères, et que les autorités russes avaient promis une pleine coopération avec les enquêtes de l’ONU. Zakharov – le conseiller russe du président Touadera – a riposté en quelques heures. « Les déclarations de M. Ndiaye sont fausses et n’ont aucun rapport avec la réalité », a-t-il tweeté. Les choses n’ont fait que se détériorer depuis, avec des manifestations régulières contre la MINUSCA à Bangui et des attaques fréquentes contre ses performances par les ministres du gouvernement centrafricain. Fin mai, Ndiaye a condamné « la mobilisation d’enfants de 13 et 14 ans qui devraient être à l’école et qui reçoivent de l’argent pour manifester devant la MINUSCA [siège] exigeant le départ de la MINUSCA ».

Dans le même temps, le chef des missions de maintien de la paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix, a déclaré qu’il y avait eu « plusieurs cas préoccupants de difficultés avec les Forces armées centrafricaines et leurs partenaires ». La MINUSCA a déclaré lundi à CNN que son « rapport sur les violations des droits de l’homme est en cours de finalisation en coordination avec le Haut-Commissariat aux droits de l’homme et sera publié prochainement ».

La quête de l’or

Comme CNN l’a déjà signalé, la présence croissante de la Russie en RCA sert plusieurs objectifs. Plusieurs sociétés liées aux mercenaires font partie de l’empire commercial d’Evgueni Prigozhin. Il s’agit de Sewa Services, Wagner PMC et Lobaye Invest. Prigozhin a nié tout lien avec Wagner et a refusé à plusieurs reprises de parler à CNN. Des experts de l’ONU ont déclaré en mars qu’ils étaient « profondément perturbés » par les rôles interconnectés des trois et « leurs liens avec une série d’attaques violentes qui se sont produites depuis les élections présidentielles » de décembre. Pour exploiter ces concessions minières, les entreprises ont besoin d’un contrôle territorial. L’analyse de CNN sur la concentration de l’activité mercenaire russe montre qu’elle est concentrée dans des zones riches en minéraux.

Des mineurs d’or travaillent dans la mine d’or de Ndassima, à environ 40 km de Bambari, en République centrafricaine, en mai 2019.

Près de Bambari, par exemple, il existe de vastes gisements d’or à Ndassima. L’année dernière, le gouvernement centrafricain a révoqué la licence d’une entreprise canadienne à Ndassima. Selon des documents obtenus par Sentry et vus par CNN, le ministère des Mines a alors accordé une concession de 25 ans à une société appelée Midas Ressources, qui était répertoriée comme une entité russe. The Sentry a recueilli des témoignages de plusieurs personnes qui disent que les mercenaires ont expulsé les habitants des mines. Un homme a allégué que des mercenaires russes avaient procédé à des exécutions sommaires de présumés rebelles dans un village à proximité de gisements d’or et de diamants. Il a déclaré à The Sentry : « Tout ce qui est minier est leur priorité… A Bambari, dans les quartiers de Bornou et d’Adji, ils pillent à la recherche d’or et de diamants ».

Un chef de communauté d’un village au sud de Bambari a affirmé que lorsque les Russes et les troupes centrafricaines ont trouvé des habitants dans une mine d’or, ils leur ont tranché la gorge, ajoutant « qu’ils veulent semer la peur afin que les gens n’aillent plus dans la zone minière ». Selon John Prendergast, co-fondateur de The Sentry : « Ce nouveau modèle lucratif de pillage représente une menace qui se propage rapidement, provoquant la mort et la dévastation, et sapant la paix et la sécurité non seulement en Afrique centrale mais dans d’autres points chauds du monde.

Un panneau d’affichage avec de la propagande russe est vu à Bangui. Le message se lit comme suit : « La Russie main dans la main avec la République centrafricaine, parlez un peu, travaillez beaucoup. »

Les Russes n’ont pas hésité à annoncer leur présence militaire en RCA. Un long métrage montrant des mercenaires russes combattant aux côtés des troupes locales contre les rebelles a été réalisé à la base principale des Russes à Berengo et présenté en première de gala au stade de Bangui en mai. Une légende à l’écran avant le film disait qu’il était « dédié aux héroïques défenseurs centrafricains et russes qui ont libéré l’Afrique centrale ». Le film a été produit par une société russe liée à l’empire commercial de Prigozhin. Les Russes exercent désormais une influence écrasante sur le gouvernement du président Touadera, et à en juger par leurs réponses – au niveau gouvernemental et privé – semblent préférer ignorer les accusations plutôt que de s’y attaquer. « Inacceptablement, il ne semble y avoir aucune enquête et aucune responsabilité pour ces abus », selon les experts de l’ONU. Comme l’a dit un civil à propos de son expérience aux mains des mercenaires : « Il n’y a aucune clarté, aucune accusation, quelqu’un peut être exécuté pour rien. »

La France – l’ancienne puissance coloniale – a exprimé son inquiétude face à la situation. Dans une interview le mois dernier, le président Emmanuel Macron a qualifié Touadera d’otage du groupe Wagner et, ce mois-ci, la France a suspendu sa coopération militaire avec la RCA.

Le gouvernement de la RCA, quant à lui, a demandé 600 autres formateurs russes. L’ambassadeur adjoint de la Russie à l’ONU, Dmitri Polansky, a promis que s’ils étaient déployés, ils ne seraient pas armés.

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here