Centrafrique : une scène surréaliste à Bangui avec le groupe Wagner

0
96

Une scène surréaliste à Bangui avec le groupe Wagner

Jean-Fernand Koena

 

Les mercenaires russes de Wagner ont improvisé ce mercredi (27.03.24) à Bangui, un contrôle inopiné de police, arrêtant tous types de véhicules.

https://p.dw.com/p/4eCxa

Les Centrafricains se sont réveillés mercredi matin (27.03.24) avec une nouveauté : des mercenaires du groupe Wagner jouant le rôle dévolu à la police. Sur différents axes routiers, ils procédaient à des contrôles de véhicules et á des arrestations.

Eric Sabet est journaliste, il a les pièces afférentes à son véhicule, mais il a été arrêté. « Nous avons toujours assisté à la venue des forces conventionnelles ou non conventionnelles dans ce pays, ce n’est pas la première fois, mais ce qui s’est passé ce matin est vraiment aberrant, aberrant parce que c’est un travail qui devrait être fait par la police mais ce sont les Russes qui le font maintenant. J’ai été arrêté ce matin, conduit au niveau de CNS où j’ai passé plus de 5h de temps et les gens n’ont pas pris le soin de me dire pourquoi j’ai été arrêté et c’est là-bas que je me suis rendu compte que je ne suis pas le seul, il y avait des colonels de l’armée, de la douane même le directeur de cabinet du Premier ministre faisait partie des gens qui ont été arrêtés. On se pose la question si demain ça va être quoi ? Où est-ce que les gens veulent nous amener ? », s’interroge notre confrère centrafricain.

« Même le directeur de cabinet du Premier ministre faisait partie des gens qui ont été arrêtés »

Les Centrafricains mécontents

 

Vivien Gaba est député. Il a lui aussi été victime de ce contrôle et se pose de questions sur cette opération. « A ma grande surprise, ma voiture a été arrêtée et quand je suis venu demander pourquoi ma voiture a été immobilisée, j’ai vu tout une panoplie de Centrafricains, les attroupements massifs au sein du commissariat national de sécurité (CNS) tout en sachant que c’est le groupe Wagner qui procède au contrôle des véhicules et je trouve ça anodin et les Centrafricains sont mécontents : nous ne sommes pas prévenus, il n’y a pas eu de travail de prévention en amont », nous confie le député Gaba.

Edouard Yamalet a appris cette opération de contrôle. Opposant en exil, il estime pour sa part que les violations répétées des droits de l’Homme par les hommes de Wagner font le lit à une insurrection populaire en Centrafrique.

« Je pense que maintenant avec ces violations des droits de l’Homme qui s’enchainent, nous allons véritablement vers ce qu’on appelle une prise de conscience nationale et pourquoi pas vers une insurrection nationale », dit-il.

Pour le moment aucune communication officielle sur cette operation de contrôle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici