Centrafrique : « Une maison bien entretenue et mieux gérée est un paradis pour ses occupants », selon Joseph-Nestor OUAMBA-PATAS

0
330

« LA CENTRAFRIQUE S’EXPRIME » N°80

« Une maison bien entretenue et mieux gérée est un paradis pour ses occupants ». – Les Patas in Idées.

Joseph-Nestor OUAMBA-PATAS

 

Que la Centrafrique le sache !!! Que la Centrafrique ne le sache pas !!! Que la Centrafrique le sache et feint de ne pas le savoir !!! Il est temps que la Centrafrique le dise. La tokenisation des ressources naturelles et foncières en République Centrafricaine ne résout pas la question de son assiette fiscale. Elle ne peut pas transformer, moderniser et dynamiser l’économie Centrafricaine, pour la plus simple raison suivante : elle ne s’intéresse qu’aux investisseurs étrangers ; quatre-vingt-dix pour cent des Citoyens Centrafricains ne disposent ni d’ordinateur ni d’Internet. Sur le plan pratique, la Centrafrique ne dispose pas de sa propre monnaie, elle n’a pas une Banque Centrale qui lui est propre pour contrôler les flux de transactions et opérer des compensations. Tous les pays dans lesquels la tokenisation est pratiquée ont leur propre monnaie et leur Banque Centrale. Même dans l’Union Européenne, la tokenisation est règlementée de manière stricte par un Règlement de l’Union Européenne.

Faut-il souligner ici que la tokenisation est un processus qui consiste à remplacer un actif numérique ou physique précieux par un substitut appelé token c’est-à-dire jeton. Pour être plus simple, un token (ou jeton numérique) est la représentation numérique d’un actif (qui peut être défini comme l’ensemble des biens et des droits évaluables en argent constituant les éléments positifs du patrimoine d’une personne physique ou morale) inscrit sur une blockchain ( un registre, une grande base de données qui a la particularité d’être partagée simultanément avec tous ses utilisateurs, tous également détenteurs de ce registre, et qui ont également la capacité d’y inscrire des données, selon des règles spécifiques fixées par un protocole informatique très sécurisé grâce à la cryptographie).

L’actif représenté par le token peut exister tant sous une forme digitale que physique. Ainsi, il est possible de représenter sur un token tout type d’actif comme un terrain, des titres miniers et pétroliers, des parcelles agricoles, des autorisations pour le secteur forestier etc….

En définitive, le token permet d’obtenir un droit de propriété sur un actif concerné (telle une parcelle ou un terrain). Les tokens sont garantis d’être immuables et de ne pouvoir être falsifiés en raison de la nature décentralisée et transparente de la blockchain. La sécurité attachée à ce type d’investissement est un critère important pour les investisseurs. Le fait que les jetons et les droits qui y sont associés soient stockés sur la blockchain, permet de sauvegarder la traçabilité des transactions de manière fiable et transparente. La tokenisation peut-elle améliorer l’économie Centrafricaine ? Peut-elle créer la croissance économique en Centrafrique ? Hélas non !!!

Pour que l’économie se développe, l’Elite Centrafricaine doit rompre avec la corruption rampante, la désinvolture, la luxure, la beuverie, les détournements des recettes fiscales, douanières et assimilées, la Taxe sur la Valeur Ajoutée, les détournements des deniers publics et l’ethnicisation de l’Administration. L’économie Centrafricaine exige : la transparence, la responsabilité, l’austérité et l’intégrité.

La tokenisation ne peut pas profiter à l’Etat Centrafricain sous le régime Touadéra(c’est un régime des prédateurs sans scrupule), bien qu’elle ait pour but de rendre liquide des actifs au profit de l’Etat par l’accessibilité à tous, la transparence et la fiabilité grâce au processus de la blockchain et le caractère instantané de l’investissement. Ce type de procédé se caractérise par la suppression de la majorité des intermédiaires et par son accessibilité. En effet, peu importe la situation géographique des investisseurs et des émetteurs de titres puisque les transactions se font exclusivement via Internet sur un marché constamment ouvert.

L’économie détermine toutes les activités de l’Etat. La grandeur, la puissance, la stabilité et la sécurité de l’Etat exigent une économie forte, une croissance soutenue et une Elite Politique intègre, compétente, locomotive du progrès et du Bien-Être des Citoyens.

L’économie est au centre de l’activité de l’Etat. Elle est la pierre angulaire de l’Etat si celui-ci est géré par des « Politiciens honnêtes, rigoureux, humbles, désintéressés et opiniâtres ». A ce propos, l’Elite Politique Centrafricaine doit prendre en compte et au sérieux la version primitive de la définition de l’économie qui est la suivante : « la bonne administration des richesses matérielles d’une maison ». Pour qu’une maisonnée devienne autonome, industrieuse, forte et prospère ; elle doit être sainement gérée et rigoureusement administrée.

Ici réside le problème de l’Elite Politique Centrafricaine. Le régime Touadéra est présentement le prototype de ce problème, c’est-à-dire l’ordre mafieux qui siphonne l’économie de l’Etat Centrafricain en alimentant une économie parallèle au bénéfice des intérêts privés occultes.. C’est pour quoi, la Centrafrique est aujourd’hui, sous le régime Touadéra, une xénocratie c’est-à-dire un Pouvoir Politique dirigé par des puissances étrangères. Un régime politique dans lequel les étrangers ont autant, voire plus de droits que les Citoyens Centrafricains. La Centrafrique s’enlise. Ce n’est pas la tokenisation qui rendra saine l’économie Centrafricaine. Mais plutôt, la responsabilité, la transparence, l’intégrité, l’honnêteté, et la droiture dans la gestion de la Chose Publique. « Une maison bien entretenue et mieux gérée est un paradis pour ses occupants ».

Réfléchissons par nous-mêmes. Merci.

« LA CENTRAFRIQUE S’EXPRIME » EST ÉDITÉE ET PUBLIÉE PAR M. JOSEPH-NESTOR OUAMBA-PATAS ; JURISTE DES AFFAIRES, DOCTEUR EN DROIT DE L’UNIVERSITÉ DE STRASBOURG, DOMINANTE RECHERCHES. SA THÈSE EST PUBLIÉE ET VENDUE PAR LES EDITIONS UNIVERSITAIRES EUROPEENNES. IL EST AUSSI TITULAIRE DE DEUX MASTER 2 (MASTER 2 DROIT EUROPÉEN COMPARÉ ; MASTER 2 ETHIQUE & ENTREPRISES) DE L’UNIVERSITÉ DE STRASBOURG.

DEPUIS 2019, IL EST MEMBRE DE L’OBSERVATOIRE LUXEMBOURGEOIS DU DROIT EUROPÉEN.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici