Centrafrique : Une lettre qui ne partira pas, selon Laurent Gomina Pampali, le théoricien du parti unique multi – tendanciel dans les années 90

0
178

 

UNE LETTRE QUI NE PARTIRA PAS!

Depuis la convocation du Référendum constitutionnel le mois passé suivi du lancement de la campagne le 15 juillet dernier, des compatriotes ont pris le courage d’adresser des « Lettres ouvertes » au Président F.A Touadera dans l’espoir de lui faire changer de décision et obtenir par bonheur l’arrêt du processus de vote d’une nouvelle Constitution au profit du toilettage de la Constitution du 30 Mars 2016!
J’étais moi-même tenté aussi de mener la même démarche presque casse-cou et désespérée !
J’avais à priori beaucoup de raisons de le faire, même si je n’ai pas de liens privilégiés avec le Pr-Président Touadera. Pourtant certains paramètres professionnels et idéologiques nous rassemblent suffisamment!
a) Nous sommes tous deux enseignants(éducateurs), lui de Mathématiques de haut niveau, moi de Philosophie(Analyse logique) et d’Ethique.
b) J’ai contribué à la lutte de la plateforme des anciens candidats à la présidentielle qui a soutenu FAT au Second Tour en 2016. Ma motivation était de tout faire pour qu’un Universitaire prenne enfin les commandes au pays de Boganda;
c) J’ai rempli entre-temps la fonction de Rapporteur général de la Plateforme de soutien au Président élu en 2016 avant de me retirer en 2018 pour des raisons personnelles.
d ))Je fais partie, avec FAT, du digne Cercle des porteurs de la distinction de Grand’Croix dans l’Ordre du Mérite Centrafricain, ce qui nous honore mutuellement !
e ) Je suis patriote et panafricaniste (bogandiste), hostile à toute compromission avec les Forces du Mal et les puissances de domination et de prédation.
f ) Je suis en moi-même honoré du simple fait que le PR reconnaisse mon statut de « Doyen » (en âge, dans la profession d’enseignant et en politique)!
J’aurais voulu lui faire parvenir ce message de grande portée politique que voici:
1/ Ce projet de la Nouvelle Constitution qui va être soumis au choix du peuple ne vient ni du peuple, ni de votre propre initiative, mais d’un petit groupe de personnes bien connues qui depuis l’Assemblée nationale(2021-2022) s’empressent de tout bousculer pour consolider leur position sociale et financière en se cachant derrière vous! On en a observé les tentatives(proposition de loi constitutionnelle, tables-rondes, conférences de presse, colloques etc.), jusqu’au moment où vous avez opté de les suivre en faisant valoir la formule du passage en force politique! Il faut aussi reconnaître que beaucoup de monde est intéressé par votre 3ème et énième mandats (nationaux et étrangers) pour consolider leurs privilèges !
Mais je meurs de honte de savoir que ceux-là dont j’ai déconstruit les arguments devant des professeurs de droit constitutionnel et les étudiants réunis à l’Université pour une Table-ronde sont en train de se frotter les mains dans l’ombre et de sourire sous-cap à l’idée que leur projet va devenir réalité ! La médiocrité politique et littéraire (exprimée dans le texte même du projet) va alors s’imposer à tout un pays. Et la RCA devient un non-État !
C’est cet aspect important du problème et bien d’autres que j’aurais voulu communiquer au PR, par une « Lettre ouverte »!

Mais à 11 jours du scrutin, je me dis finalement que les dés sont déjà jetés ! Quelle puissance de mots, quelle force d’argument peuvent arrêter le train des ambitions et de L’OBSESSION du pouvoir déjà lancé à 500kms/h?
Les intellectuels sénégalais ont eu la face sauve au dernier moment par la sage décision de leur chef d’État Macky Sall!
Qu’en sera-t-il pour nous les intellectuels Centrafricains, quand des individus sans réel profil parviennent à en imposer au Magistrat Suprême ?
Pampali, tu voulais coûte que coûte d’un Universitaire à la tête de l’Etat! Tu es satisfait? Me demanderont les gens dans la rue.

Laurent Gomina Pampali

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici