CENTRAFRIQUE : UNE CAPITULATION EN BONNE ET DUE FORME

0
118

Sauf dans des cas très rares, toute confrontation armée engendre un gagnant et un perdant. Les perdants auront beau évoquer leur désir de paix que cette entourloupe éhontée ne trompe personne.

L’accord de Khartoum a été le signal fort lancé par la communauté internationale au Président centrafricain Archange TOUADERA et ses alliés pour qu’ils prennent leurs responsabilités dans la forme de paix qu’ils souhaitent instaurer dans leur pays.

Le rapport de force leur étant défavorable car les Russes leur ont clairement fait comprendre qu’ils ont déjà accès à ce dont ils voulaient, à savoir, les champs miniers autant en zone rebelle qu’en zone gouvernement, et donc ne tireront sur aucun membre des groupes armées pour leurs beaux yeux. Ainsi, la seule option qui restait à TOUADERA et les siens c’est de capituler en bonne et due forme :Dans le cas qui nous intéresse ici, capituler en bonne et due forme revient notamment à procéder à des nominations qui ne répondent à aucune logique.

En effet, dans un pays complétement en lambeau comme la République centrafricaine, nommer un mercenaire analphabète (Souleymane DAOUDA) au poste de ministre de l’Enseignement technique et de l’alphabétisation ou un titulaire d’un baccalauréat (Thierry KAMACH) à celui de ministre de l’Environnement et du développement durable, est la plus lumineuse démonstration de l’état de délire de perdant dans lequel se trouvent  le président TOUADERA et son Premier Ministre.

La phase suivante de ce processus de capitulation est la volonté des Centrafricains d’ accepter ou  de ne pas  suivre TOUADERA dans la voie qu’il vient de tracer pour eux.

Le silence ignoble et lâche de ses alliés notamment ceux du PARC (Gaston N’GUEREKATA) et du MLPC (Martin ZIGUELE) est un aveu de leur adhésion à l’option choisie par TOUADERA.

Face à cette situation, les Centrafricains doivent s’essuyer les pieds sur ces partis de la honte et de la médiocrité intellectuelle et gérer cette capitulation que TOUADERA vient de leur imposer en s’organisant autrement dans le cadre de nouvelles alliances centrées sur de nouvelles structures.

OUBANGUIENNEMENT

Jean Kalimsi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here