Centrafrique : un détenu décède à la prison militaire de Camp de Roux sans assistance médicale

0
390

RCA : retour au calme à la prison militaire de camp de Roux après une scène de mutinerie

Publié le 24 juin 2020 , 11:48

Les co-détenus des victimes du Covid-19 à Ngaragba le 8 mai 2020. Photo CNC / Anselme Mbata
Les co-détenus des victimes du Covid-19 à Ngaragba le 8 mai 2020. Photo CNC / Anselme Mbata

 

Bangui, République centrafricaine, 24 juin (Corbeaunews-Centrafrique) – après l’annonce du décès de monsieur Moussa Fadoul , l’ex-maire du troisième arrondissement de Bangui, incarcéré depuis plus d’une année au camp de Roux dans le cadre d’une tentative de vol d’un véhicule humanitaire, une importante mutinerie s’est déclenchée dans ce centre de détention militaire ce mercredi 24 juin 2020.

 

Le bruit est assourdissant. Ça cogne partout à la porte et barreau des cellules.

Mercredi 24 juin, à la prison militaire de Camp de Roux à Bangui, la nouvelle s’est très rapidement propagée comme une traînée de poudre : l’ex-maire Moussa Fadoul est mort.

L’homme, à la santé fragile, a été incarcéré à la prison du camp de Roux début 2019 après avoir été appréhendé par le service de police lors d’une tentative de vol d’un véhicule humanitaire au quartier Ngoussima. Gravement malade ce dernier mois, monsieur Moussa Fadoul aurait sollicité en vain l’assistance des médecins en prison. Il est décédé dans la nuit du mardi à mercredi 24 juin.

Comme une traînée de poudre, la nouvelle de sa mort s’est très rapidement répandue de cellule en cellule. Des cris de colère sont entendus partout, et les prisonniers ont tenté de briser les barreaux de leur cellule. Ils réclamaient une meilleure condition de détention : au moins 2 détenus par cellule, et non 4 actuellement dans un petit 9 mètres carré; une meilleure prise en charge sanitaire  et une meilleure garanties judiciaire etc..

Selon eux, la plupart des détenus emprisonner dans ce centre de détention de haute sécurité ne sont pas jugés alors qu’ils dépassent largement le délai d’instruction prévu par le code de procédure pénale…

C’est sur cette base de revendications que des pourparlers avaient été engagés avec les détenus, et une entente aurait été trouvée.

Pour l’heure, le calme est revenu à la prison de camp De Roux, et les travaux des grilles brisées lors de cette mutinerie viennent de terminer.

 

Anselme Mbata

Copyright2020CNC

Lu Pour Vous

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here