Centrafrique : un consultant d’une ONG américaine arrêté pour « complot » présumé contre l’État

0
58

 

 

Le suspect, détenteur de deux passeports, l’un belge, l’autre portugais, sous deux noms
différents, serait « en contact permanent avec plusieurs groupes armés » rebelles, selon le
procureur de la République.

Un consultant d’une ONG américaine détenteur de passeports belge et portugais a été arrêté dans le sud-est de la Centrafrique et fait l’objet d’une enquête pour « complot » présumé contre l’État en lien avec des « groupes armés » rebelles, a annoncé vendredi le parquet de Bangui. Il a été interpellé le 25 mai par des militaires à Zemio, sur la frontière entre la Centrafrique et la République Démocratique du Congo (RDC), selon le procureur de la République, Benoit Narcisse Foukpio.

« Il ressort des premières investigations » que l’homme arrêté, dont le procureur livre les deux noms, « est en contact permanent avec plusieurs groupes armés (…) dans l’optique de commettre un complot, (une) atteinte à la sûreté intérieure de l’État et des actes d’incitation à la haine et à la révolte contre les forces de défense et de sécurité ».

Deux passeports et deux noms différents

« Il est détenteur de deux passeports », belge et portugais, dans lesquels il porte les mêmes prénoms mais pas le même nom et se présente « sous le statut de consultant travaillant pour l’ONG » américaine Family Health International 360 (FHI 360), selon le
magistrat.

Aux États-Unis, FHI 360 a confirmé à l’AFP qu’un de ses « consultants travaillant pour un programme de développement communautaire à Zemio » est « détenu par les autorités »
centrafricaines. À Bruxelles, une source proche du dossier a également assuré à l’AFP qu’ »un ressortissant belge a bien été arrêté en Centrafrique ».

Des comptes pro-Wagner diffusent la photo du suspect

Selon le procureur qui a ouvert une « enquête judiciaire » contre lui, l’homme, également visé par des chefs de « fourniture de moyens aux groupes subversifs et faux et usage de faux », « a été mis à la disposition de la police judiciaire à Bangui ». Dans la préfecture du
Haut-Mbomou frontalière avec la RDC, et dont Zemio est l’une des sous-préfectures, des paramilitaires de Wagner combattent, aux côtés d’une milice d’autodéfense intégrée à l’armée, l’un des plus puissants groupes rebelles, l’Union pour la Paix en Centrafrique
(UPC).

Des médias ou des comptes de réseaux sociaux réputés pro-Moscou ou proches de Wagner ont diffusé une photo d’un homme présenté comme le « Belge » arrêté à Zemio, « capturé par des Wagner » selon certains qui l’accusent d’ »espionner » au profit des États-Unis.

Jeudi, Washington a imposé des sanctions économiques à deux entreprises centrafricaines liées à Wagner, groupe paramilitaire qui, « soutenu par la Russie », « a commis des violations généralisées des droits humains et s’est approprié des ressources naturelles dans
plusieurs pays d’Afrique », selon le département américain du Trésor.

JA (avec AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici