Centrafrique : un artisan enlevé, torturé et soumis à l’injection d’un produit chimique par des mercenaires russes à la solde de Touadéra !

0
111

 

« Artisan torturé par des mercenaires à Bangui

Jean Sylvestre Mangoumbele, connu sous le nom d’ASSO, est un jeune artisan sculpteur qui a été victime de torture et admis en urgence au Centre Hospitalier Universitaire de Bangui le samedi 22 juin 2024, vers 16 heures.

Tout a commencé par une commande de sculpture passée par un membre du groupe de mercenaires Wagner. Selon les témoignages recueillis, le 17 juin dernier, ce dernier a demandé à ASSO de sculpter les nouvelles insignes des paramilitaires russes, les IW9 Wagner.

Cependant, le client est tombé malade et a dû être évacué en urgence, laissant la gestion de sa commande à ses collègues. Deux mercenaires se sont alors rendus à plusieurs reprises dans la boutique du jeune homme pour superviser le travail et demander des modifications, augmentant ainsi le prix initial convenu.

Un différend est survenu lorsque les mercenaires ont tenté de récupérer les sculptures sans payer les coûts supplémentaires. En refusant cela, ASSO a provoqué la colère des hommes de Wagner qui ont menacé de revenir. Le samedi 22 juin, ils ont tenté d’appréhender le jeune, mais ses collègues artisans ont fait barrage.

Les mercenaires ont alors décidé d’impliquer le CNS (Compagnie Nationale de Sécurité) en faisant pression sur le directeur pour livrer ASSO. Celui-ci a été emmené à la direction de CNS avant d’être livré aux hommes de wagner vers un lieu près de l’aéroport de Bangui, où il a été violemment torturé.

Grâce aux initiatives et à la pression exercée par ses collègues sur les autorités militaires et politiques, les hommes de Wagner ont finalement accepté de le libérer. ASSO a été transporté en urgence au Centre Hospitalier Universitaire pour recevoir des soins, puis transféré dans un hôpital de Médecins Sans Frontières pour des examens approfondis en lien avec l’injection reçue pendant sa détention.

Actuellement, les résultats des examens sont incertains en raison des limitations techniques des hôpitaux locaux. Jean Sylvestre se repose chez ses parents, sous médication, en attendant que la situation se clarifie. »

Rosmon Zokoué

Lu Pour Vous

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici