Centrafrique : Touadéra indésirable presque partout, sauf à Kigali !

0
156

 

Aux patriotiques MCU résidents en Hexagone de comprendre que si Faustin Archange TOUADÉRA avait été prié de débarrasser le plancher Lillois au plus vite, à peine débarqué chez lui en Hauts-de-France, le samedi soir 24 juillet 2021, escorté par six vigiles d’une société privée de protection rapprochée, de nationalité marocaine, reconnue et établie au Royaume de Belgique, ils feraient mieux de s’abstenir désormais de toutes campagnes anti-françaises ici en France, autant et aussi longtemps qu’ils continueraient de bénéficier de l’aide sociale de la Républicaine Française. À l’instar de Sieur NDASSIRA qui, depuis lors , aurait été contraint à la clandestinité, mais localisé…Oui, très cher combattant de la liberté, Imamiah-Edouard Yamalet, le peuple centrafricain serait passé de peu à côté des humiliations vécues et subies par l’Imposteur de Bangui, lors de son déplacement Bruxellois, du 22 au 27 juillet 2021, si nous nous étions délibérément tus sur ces croustillantes révélations.

En effet, le vendredi 23 juillet 2021, dans la salle de conférence de The Hotel, Porte de Namur, en la présence des conviés, Faustin Archange Touadéra entra en retard en scène, s’excusant dans la foulée du grand retard enregistré sur la programmation, avant de faire un speech sur la situation politique nationale centrafricaine. Entretemps, le DG de son Protocole MAPOUKA fut instruit de briefer la salle un peu auparavant, sous haute vigilance d’un officier des FACA, un certain WANANGA, s’évertuant à interdire aux participants, du coup très énervés par les actes désobligeants de ce gugusse d’officier, d’user de leur Smartphone pour immortaliser l’événement. Ce qui ne nous a pas finalement empêché de capter des images de la conférence de Faustin Archange Touadéra, en cette fin de journée du 23 juillet 2021.

En réalité, diagnostiqué souffrant de deux maladies d’une sévère gravité, le patient venait d’obtenir une autorisation de sortie pour la soirée, par son équipe médicale d’un des sites de l’hôpital DELTA, de Bruxelles, en dépit des élucubrations du Sieur WANANGA, obstruant le suivi médical de son patient de Patron de VIP.

À la fin de l’événement, aucune audience particulière n’a été accordée à qui que ce soit, encore moins aux quelques militants MCU du coin rabattus pour l’occasion. Une enveloppe individuelle de près de quatre-vingt euros, soustraite d’un budget global des quatre mille euros octroyés par l’Imposteur de Bangui aura suffi à calmer un peu les ardeurs agressives de certains d’entre -eux, par l’entremise du porteur de valise André-l’Albinos, l’un des anciens représentants des minorités des militants du KWA NA KWA, recruté à la présidence centrafricaine, du temps de l’ancien président François BOZIZÉ YANGOUVONDA, et passé depuis par tous ses successeurs, de Michel DJOTODIA AM-NONDROKO à Faustin Archange TOUADÉRA, sans oublier Catherine SAMBA-PANZA. La rencontre bouclée, l’homme s’est retiré dans ses suites pour accorder une interview, qui a failli ne pas se tenir, à France24. L’officier WANANGA, encore lui et toujours lui, demandant à la journaliste Caroline De CAMARET de vider le plancher. Heureusement que Faustin Archange Touadéra l’a mis à la porte, lui, le rapproché. Ensuite, il s’en est suivi un retour à l’Hôpital DELTA pour suivi médical.

Pendant ce temps, aucune des personnalités de haut niveau, belges et européens, n’a pu répondre aux nombreuses demandes, à elles destinées, aux fins d’accorder une audience ou de répondre à une invitation du président souverain de Centrafrique. Le consul Dimitri MOZER, très vite rappelé à l’ordre par les autorités belges et européennes, dut très vite disparaître des radars et abandonner son ami Faustin, seul aux fronts. Même pour les contacts non aboutis du placement de la bouteille de cinq (5) litres, pleine de diamants centrafricains. Rappelons-nous, pour l’Histoire centrafricaine, que çà se transportait plutôt en dame-jeanne de dix (10) litres, du temps jadis de Notre Cher Empereur BOKASSA 1er, entre Notre monarque et son ami Valéry Giscard d’Estaing. Comme quoi, les diamants Centrafricains demeurent éternels. Argument commercial et politique, le fruit de la vente obtenu en euros ou dollars de ces cinq (5) litres de précieux diamants serait – il destiné à financer le fonctionnement de l’État-Fantôme Centrafricain ? Devrions-nous le croire ? En tout cas, pas nous autres, qui nous nous sommes empressés d’alerter différents services de lutte contre les blanchiments d’argent sale. Informé, le président Faustin Archange Touadéra dut s’en séparer et confier le colis devenu très encombrant à une autre de ses relations, pour nécessité impérieuse de commerce. Qu’en-est-il advenu ? Suite au prochain épisode…

Ainsi donc, Dimitri MOZER disparu des radars, les difficultés diplomatiques et politiques se précisant, Faustin Archange TOUADÉRA crut devoir passer par ses terres de Hauts-de-France pour rentrer directement chez lui en République Centrafricaine, de Roissy Charles De Gaulle. Dimanche, le voici donc chez lui en Flandre Française, sous protection de ses six vigiles de cette société Belge de protection de hautes personnalités. Tous des marocains qu’il dut recruter sur place à Bruxelles, près d’une heure après son arrivée, constatant que le dispositif habituel, lors de ses passages dans ce pays, n’était plus le même, les autorités belges refusant d’assurer sa protection.

Mal lui en a pris !

Contrairement aux rumeurs que nous avons amplifiées, Faustin Archange TOUADÉRA n’a pu se rendre à Paris et n’aurait pas pu être accueilli par notre Ambassadeur à Paris, à la Gare du Nord, lundi matin, 26 juillet 2021. Que de folles rumeurs MCU comme celle honteuse de Ndjoni Sango se ventant du refus du président TOUADÉRA de rencontrer son homologue Français, Emmanuel MACRON, qui lui était affairé dans les Îles du Pacifique Sud ! Rires sarcastiques !

Recoupements faits, à partir des déclarations grossières de notre président, une fois rentré au pays, chez ses nombreuses compagnes, que nous avons depuis infiltrées, nous pouvons retenir ce qui suit : « moins d’une heure après son arrivée chez lui, en région lilloise, le Préfet de Hauts-de-France, à la tête d’une délégation sécuritaire, une fois les six Marocains maîtrisés par la Police Française, lui fit savoir, chez lui, à son domicile, que lui Faustin Archange TOUADÉRA n’est pas le bienvenu actuellement en France et que lui, le Préfet, est chargé par les plus hautes autorités françaises de le lui signifier maintenant ici. Qu’il retourne maintenant par où il est venu, le Royaume de Belgique. »

Nous vous faisons grâce des grossièretés utilisées par le VIP Centrafricain expliquant à ses maîtresses, avec détails, ce manque de considération vis – à – vis de sa personne par ce Préfet. Les Marocains désarmés, empreintes et identités relevées, accompagnèrent le président Centrafricain en Belgique. Moins de deux heures après qu’ils eurent franchi la frontière dans l’autre sens. C’est ainsi que mardi suivant, 27 juillet 2021, Mme notre ministre des Affaires Étrangères, Sylvie BAÏPO-TÉMON se fit aussi longuement humiliée par les Services aéroportuaires de Sécurité et des Douanes, l’obligeant à se présenter personnellement, sans l’agent de l’Ambassade Centrafricaine, à ses formalités d’embarquement. Toutes ses valises ont été fouillées minutieusement, pour tomber sur des dizaines de colis pharmaceutiques destinées à une Dame de la République, ordonnances faisant foi. Les arguments genre immunités diplomatiques n’ont pas découragé Douaniers et Policiers d’exécuter les ordres de leurs hiérarchies.

Autre personnalité gentiment humiliée, le ministre BIREAU, qui, tout comme sa collègue des Affaires Étrangères, bénéficiant de la nationalité Française, dut s’en prémunir pour justifier son séjour privé en France. « Je ne suis pas en séjour diplomatique mais privé et familial, pour un mariage dans ma grande famille ». Lui non plus, comme sa collègue n’a pu faire avancer des dossiers importants avec la France officielle. Mme Marie-Noëlle KOYARA, en séjour actuellement au BURKINA-FASO, doit bien en rire, sous cape, elle qui rencontra sans problème Mme Florence PARLY, dans le temps.

C’est donc dans ces conditions de fortes tensions nerveuses, en plus de celles exécrables, à lui imposées par ses amis WAGNER, dont nous a gratifié le Doyen MAKA-GBOSSOKOTO, qu’une fois rentré à Bangui, son Directeur de Cabinet, le ministre d’État Obed NAMSIO fut qualifié de tous les noms d’oiseaux par un président de la République pestant et criant à hautes et intelligibles voix sur son esclave administratif, son Lahoukra, dès que celui-ci lui donna la bonne occasion. Un dossier en retard, un avis contradictoire, voire un regard de travers lors d’une séance de travail et c’est parti… Voici pourquoi la présidence Centrafricaine ne cesse de s’interroger sur ces crises de nerfs à répétition du GBIYA de KOTAZO.

Dommage que le dernier déplacement rwandais ne put arranger les choses. Voici que l’Union Européenne souhaite comprendre, se rapprochant de l’Union Africaine et de la CEEAC, les contenus cachés de ces accords miniers ou de Défense signés tout récemment à Kigali. A propos, pas besoin d’aller à Kigali pour mieux comprendre. Une information que nous pouvons apporter à toutes ces inquiétudes est à recueillir chez nos fonctionnaires des différents ministères qui ont contribué aux bouclages des dossiers. Sept cent hommes (600+100), trois compagnies donc de militaires Rwandais, en contrepartie de cette partie du territoire centrafricain qui part des bords de la M’POKO, de N’ZILA à MONGOUMBA… aux bords de l’OUBANGUI, ses terres coincées par ce qui reste de forêt dans cette partie du BASSIN-DU-CONGO, cédées en contrepartie d’une assistance militaire pour la protection d’un pouvoir usurpé.

Comprenez donc que FAustin Archange TOUADÉRA a organisé tout récemment à KIGALI (RWANDA) une GRANDE BRADERIE pour son maintien au pouvoir en Centrafrique. Coltan, Calcaire, Bauxite, Mercure, Or, Diamants …et diversités sylvicoles, en plus des nombreuses richesses inexploitées, thérapeutiques, et pharmacopées traditionnelles centrafricaines… contre trafics d’armes et trois compagnies de militaires Rwandais, pour démarrer, en plus des centaines d’autres prévus pour renforcer la MINUSCA, dont trois cent ont récemment débarqué à Bangui-M’Poko.

Voici le dernier parcours, qui s’apparente à une Diagonale des Fous, emprunté par Faustin Archange TOUADÉRA, de Bangui à Lille, via Douala et Bruxelles, avant de faire Bangui-Kigali très récemment. Indésirable partout, même en son palais de la Renaissance désormais aux mains des Mercenaires WAGNER, le président Centrafricain TOUADÉRA, dont Nathalie YAMB nous annonce le prochain assassinat, trouverait-il le temps de s’arrêter pour résoudre ses équations différentielles à variables séparables ?

Suite au prochain épisode !

Lu Pour Vous

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here