Centrafrique : Touadéra et ses lieutenants n’échapperont pas à la CPI

0
172
KOYARA, NGRÉBADA, TOUADÉRA, SARANDJI, WANZET-LINGUISSARA, ZAKHAROV, MAMADOU, NGUINZA, DJOUBAYE-ABAZÈNE, KAZAGUI ET COMPAGNIE N’ÉCHAPPERONT PAS À LA CPI
1. Quand dès les débuts des offensives des mercenaires russes de Wagner contre les positions des signataires de l’Accord de Khartoum regroupés dans la CPC, nous dénoncions les exactions, les multiples violations des traités internationaux interdisant l’utilisation des mines antipersonnel et des armes chimiques, les crimes de guerre, les crimes contre le droit international humanitaire, les crimes de sang, les crimes économiques commis par ces sauvages venus du Caucase, les hurluberlus de tout bord nous traitaient de tous les noms (vendus aux Français, traître à la Centrafrique, étranger, musulman de merde (sic), et j’en passe).
2. Aujourd’hui, plus personne ne peut nier les diableries, le démonisme, le satanisme avérés des mercenaires de Wagner. Plus personne ne peut mettre en doute la duplicité, la complicité et la responsabilité effectives des autorités politiques, militaires et judiciaires centrafricaines au plus sommet de l’État. La façon par laquelle l’État centrafricain contre toute espèce de raison ferme les yeux, couvre les crimes commis par les mercenaires russes de Wagner à sa solde quand des éléments factuels sont révélés par des enquêtes de la MINUSCA, des ONG nationales et internationales, des médias internationaux, devrait nous interroger sur de probables implications du régime de Bangui dans la planification et l’exécution de ces crimes contre l’humanité.
3. Les Wagner violent et sodomisent des soldats, hommes comme femme, de l’armée nationale dont ils sont censés être les soutiens, les alliés, les « instructeurs ». Ils violent et sodomisent, hommes et femmes, les populations civiles qu’ils sont censés libérer du joug de la CPC. Désormais c’est devenu une tradition, un mode de vie chez ces nouveaux bourreaux du peuple centrafricain : les Wagner pillent systématiquement les boutiques des commerçants, incendient les maisons et villages qu’il leur plaît de livrer à leur courroux, se substituent à l’État dans ses missions régaliennes de police judiciaire mais en y rajoutant une touche personnelle (exécutions sommaires, tortures, enlèvements, séquestrations, etc.), pillent sans vergogne les ressources du sol et du sous-sol quitte à exproprier mêmes des Chinois qui exploitent légalement des sites, etc.
4. Tous ces faits, je l’avais dit dès le départ, en interpellant sur les réseaux sociaux le Premier Ministre Firmin NGRÉBADA apologiste des Wagner et de leurs crimes, sont très fortement documentés. Beaucoup sont déjà remontés aux Nations Unies, à l’Union Africaine, à la CEEAC, à la CIRGL, au Secrétariat d’État américain, à la Haye en prélude à l’ouverture d’une enquête de la CPI, au Vatican, aux partenaires techniques et financiers pour informations.
5. Les autorités de ce pays failli qu’est la République centrafricaine (RCA) pensent-elles pouvoir échapper au principe de responsabilité ? Pensent-elles que les Wagner vont devoir faire face seuls à la justice nationale et internationale à cause des crimes de guerre et contre l’humanité qu’ils ont commis sur les civils centrafricains ? Et tous ces Centrafricains qu’ils soient militants, sympathisants et griotisants du MCU et du pouvoir de Bangui en général pensent-ils que le soutien voire l’incitation qu’ils ont apporté à la commission de ces crimes est sans conséquences ? C’est donc cela qu’ils appellent patriotisme quand les soldats et soldates des Forces Armées Centrafricaines (FACA), les gendarmes et policiers, hommes comme femmes, de nos forces de la sécurité intérieure (FSI) sont violés par les barbares de Wagner ?
6. Le mot central de notre devise nationale c’est la DIGNITÉ. Mais où est-elle cette dignité aujourd’hui ? Comme la paix, nous la cherchons en vain en RCA. Le crime atroce, insoutenable, un parmi tant d’autres, commis contre le délégué des commerçants de ma ville, Kaga-bandoro, qui a été kidnappé, torturé, certainement abusé sexuellement, dépecé pour enfin être calciné n’a suscité aucune réaction ni de la part du Chef de l’État illégitime, ni de la part du Chef de l’État de facto (TITORENKO), ni de la part du gouvernement, ni de la part de l’état-major des armées, ni de la part du parquet de Bangui. Pourquoi ? Parce qu’il est musulman ? Parce qu’il n’est pas MCU? Parce qu’il n’est pas de l’ethnie Gbakamandja? Dans le même temps de pauvres orpailleurs sont kidnappés par les Russes, soumis à la torture, embastillés et exhibés devant les médias comme de prétendus soldats de la CPC, et ceci seulement parce qu’ils ont eu le tort d’être des ressortissants tchadiens indigents venus chercher leur pitance illégalement en Centrafrique par le travail dans les chantiers d’or.
7. L’épée de Damoclès pèse sur la tête des principales autorités politiques, militaires et judiciaires centrafricaines qui ont planifié, accompagné ou fermé les yeux sur ces crimes contre l’humanité commis sur de paisibles Centrafricains. La CPI, ce n’est pas seulement pour les autres. Ils vont l’apprendre à leur dépens.
Fari Tahéruka SHABAZZ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here