Centrafrique-Tchad : dans les coulisses du rapprochement entre Touadéra et Déby Itno

0
49

 

 

Le 22 mai, les deux pays ont célébré la réouverture officielle de leur frontière commune.
Un rapprochement rendu possible par des proches du président centrafricain mais aussi
par les alliés russes de Bangui.

Conduite par le président Faustin-Archange Touadéra, une importante délégation venue de Centrafrique était présente le 23 mai à N’Djamena lors de la cérémonie de prestation de serment du président tchadien nouvellement élu, Mahamat Idriss Déby Itno. La veille déjà, une cérémonie avait eu lieu à Sido, ville frontalière entre le Tchad et la Centrafrique, pour marquer la réouverture des frontières, officiellement fermées depuis 2014, entre les deux pays.

Derrière ces deux grands événements se cache notamment l’homme d’affaires et ministre conseiller à la présidence centrafricaine, Sani Yalo, qui s’est avéré être la pièce maîtresse du rapprochement diplomatique entre Bangui et N’Djamena. Bénéficiant d’un confortable carnet d’adresses et d’entrées au palais présidentiel de N’Djamena, celui-ci s’est mis à l’œuvre depuis plusieurs mois pour faire aboutir les ambitions diplomatiques tchadiennes de Faustin-Archange Touadéra.

Ce dernier souhaite améliorer les relations entre les deux pays, notamment pour des raisons sécuritaires. Le Tchad sert, depuis 2021, de base arrière pour plusieurs leaders de groupes armés de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), la rébellion qui
voulait marcher sur Bangui en 2020. Les frontières entre les deux pays, poreuses, ont toujours facilité de multiples incursions rebelles.

Mais les raisons sont également économiques, la zone frontalière représentant un important couloir de transhumance.

L’ex-groupe Wagner en soutien

Faustin-Archange Touadéra a donc mis à contribution Sani Yalo, son homme de l’ombre. Début mars, l’homme d’affaires, appuyé par le ministre de l’Élevage et de la Santé animale – par ailleurs proche des mercenaires de l’ex-groupe Wagner –, Hassan Bouba, a ainsi lancé les discussions avec l’ambassade du Tchad en Centrafrique, laquelle a rendu compte aux autorités politiques de N’Djamena. Sani Yalo a en outre pu compter sur ses relations avec Idriss Youssouf Boy, directeur de cabinet de Mahamat Idriss Déby Itno.

Un premier contact téléphonique a alors été établi entre Mahamat Idriss Déby Itno et Faustin-Archange Touadéra. Le Tchadien s’est montré préoccupé de la présence de mercenaires russes, alliés de Bangui, à ses frontières. Selon nos informations, Dmitri Sytyi, l’un des cadres de l’ex-groupe Wagner, a lui-même été sollicité pour rassurer les autorités tchadiennes quant aux intentions de ses hommes, mobilisés en Centrafrique aux côtés de l’armée.

Parallèlement à ces discussions, d’autres pourparlers ont eu lieu à Sido afin de discuter de la sécurité de la zone frontalière entre les deux pays. Ceux-ci étaient menés, côté centrafricain, par Cédric Ngbaka, conseiller en matière de défense de Faustin-Archange
Touadéra. Là encore, les alliés russes de Bangui étaient présents, en la personne de Denis Pavlov. Ce sont eux qui ont organisé la cérémonie de réouverture des frontières le 22 mai, dont les images ont été relayées par les réseaux sociaux de l’ex-groupe Wagner.

JA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici