CENTRAFRIQUE: SUSPENSION DE L’«OPÉRATION BIDONS JAUNES» PAR M. MOKWAPI

0
312

La salle de conférence du restaurant Relais des Chasses situé au Centre-ville de Bangui a servi de cadre ce samedi 13 avril 2019 à un point de presse animé par le président de l’Observatoire centrafricain de la consommation (OCCLBi.Com) relatif à l’«Opération Bidons Jaunes » annoncée.
Dans ses propos liminaires, Marcel Mokwapi, président de l’OCCLBi.Com, a remercié le ministre du Développement de l’Energie et des ressources hydrauliques, M. Herbert-Gotran Djono-Ahaba, les professionnels des médias ainsi que les partenaires qui œuvrent pour la santé des populations centrafricaines. Et de préciser que c’est depuis le 08 avril dernier que son ONG ne cesse de rappeler aux autorités centrafricaines et à l’opinion publique que l’eau, c’est la vie. Cette exhortation est fondée sur le fait de la rareté voire la pénurie d’eau de la SODECA dans la plupart des quartiers de la ville de Bangui et ses banlieues de Bimbo et Bégoua d’une part, et des conséquences fatales de la consommation des eaux impropres des puits, d’autre part.
Fidèle à sa mission de protection des consommateurs, l’Observatoire des consommateurs a voulu, par le mot d’ordre de l’opération citoyenne dénommée « Bidons jaunes » visant à réclamer l’eau propre à la consommation en permanence pour tous, tirer davantage la sonnette d’alarme vers les autorités centrafricaines et d’envisager des actions d’envergure pour pallier à cette pénurie dont les conséquences sont nombreuses et dangereuses: déshydratation, maladies, agonie voire décès liés à la consommation insuffisante d’eau et/ou à la consommation de l’eau impropre.
L’opération «Bidons Jaunes» est une affaire sociale car plus de 80% des ménages détiennent des bidons par devers eux tous les jours pour des réserves d’eau. Cette opération consistait à dénoncer la situation catastrophique que vivent depuis toujours les habitants de Bangui, Bimbo et Bégoua, pire celles de l’arrière-pays relativement à la question d’eau devenue une denrée rare. Les difficultés de la SODECA ne permettent pas à cette société d’Etat de répondre à l’attente de toute la population centrafricaine, en termes de garantie de l’eau potable constante partout.
Assoiffées, les populations sont obligées de se rabattre sur les mauvaises eaux des puits, et nombreuses tombent malades au risque de leur vie, car l’eau est un vecteur de graves maladies fatales, surtout chez les enfants et les personnes âgées.
Cette situation a poussé l’Observatoire à lancer un ultimatum aux autorités publiques et à la direction générale de la SODECA que si, jusqu’à la fin de la semaine allant du 08 au 14 avril aucune solution n’est trouvée, les populations devraient sortir avec leurs bidons jaunes au bord des rues et avenues, pour marquer davantage leur colère du fait de leur totale insatisfaction, de leur abandon et de leur exposition aux maladies fatales de tout genre. Malheureusement, selon Marcel Mokwapi, des personnes veulent récupérer cette démarche pourtant salutaire pour faire de l’amalgame à des fins politiques, d’où il a reçu des appels malveillants et menaçants.
Et comme OCCLBi.Com est fidèle à ses engagements, il a seulement rappelé à certains fils du pays ce qui s’est passé au Soudan avec des soulèvements populaires pour revendiquer du pain, rien que du pain, un élément de première nécessité à ne pas négliger, cela a débouché sur une crise politique grave. Or, le simple fait du soulèvement de la population pour réclamer de l’eau risquerait aussi d’avoir les mêmes conséquences sociopolitiques.
Entre temps, l’Observatoire a relevé et vérifié auprès des institutions les initiatives et engagements suivants:
-les responsables de la SODECA ont été interpellés par le Premier ministre, pour s’expliquer;
-les autorités ont visité les sites de la SODECA pour palper du doigt les réalités auxquelles la société est confrontée;
-multiplication des réunions à l’initiative du DERH avec les acteurs concernés (ministère de l’Hydraulique, maires des arrondissements, ANEA, SODECA, chefs des quartiers…), pour définir et planifier des actions utiles d’accès à l’eau potable;
-autre appui à la SODECA pour le dragage au niveau de la Station de captage;
-lancement d’un vaste programme de création de 100 forages d’eau dans l’immédiat.
Fort de tout ce qui précède, M. Mokwapi estime que quelque chose est en train d’être fait dans le sens voulu et appelle au calme. Il invite à ne pas crier au triomphalisme mais à rester toujours en alerte et mobilisé pour veiller à ce que les initiatives annoncées et en cours d’exécution puissent se réaliser dans les meilleurs délais, car le problème reste entier pour les nombreuses populations du pays qui demeurent exposées à la grave pénurie d’eau potable.
Aussi, au regard de la bonne volonté manifestée par les autorités et institutions compétentes avec des initiatives déjà en œuvre ainsi que des promesses réalistes et engagements pris, l’Observatoire centrafricain des consommateurs a décidé de suspendre sa décision de l’«Opération Bidons Jaunes» jusqu’à la fin de ce mois d’avril 2019. Si d’ici là au moins 50 forages ne sont pas créés et que la SODECA n’arrivait pas à lancer la commande ferme des équipements d’urgence voulus, sans hésiter, l’« Opération Bidons Jaunes » va réagir sans aucun préavis, a conclu M. Mokwapi.
Jacques Emmanuel Ngue
Source: MEDIAS+

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here