Centrafrique : « Bakouma » : sur instructions de Touadéra, les mercenaires russes ont chassé les prêtres et les soeurs de leur presbytère et couvent

0
151

 

Et ce que l’on craignait, arriva ! Les hommes et les femmes en soutane envoyés par le Saint Père à la paroisse de Bakouma ont été chassés de leur presbytère et couvent par les désormais sacrés soldatesques de la sanguinaire société Wagner. C’est à se demander si sous les aubes des prêtres et robes des sœurs se cachent désormais les mines d’or et de diamants ou bien le gisement d’uranium tant convoité de Bakouma ? Il ne suffit plus à ces mercenaires de nous prendre terres, sous-sol, femmes. A compter de ce jour, c’est Dieu qu’ils veulent chasser de notre espace et vue, comme ils ont chassé l’imam de Koui et interdit les appels du muezzin à la prière. S’ils sont capables de sodomiser un militaire, sur instructions de Touadéra et du haut commandement militaire, ce ne sont pas les curés et sœurs qui pourront leur faire peur.

L’affaire est en train de faire grand bruit au Saint-Siège, considéré certes comme le plus petit Etat au monde, mais dont la force de la diplomatie n’est pas à remettre en cause. C’est l’affaire des prêtres et sœurs de Bakouma chassés de leur presbytère et couvent depuis plusieurs mois par les anti-christ de la société Wagner. Que ceux qui doutent, n’ont qu’à se rendre à Bakouma pour constater la tragédie. Avec les offensives de la CPC dans la région de Nzako et Bakouma, le régime de l’homme aux femmes multiples a dépêché ces tueurs en gages dans la région de Bakouma non pas pour la protection des populations civiles mais pour s’emparer du site d’uranium de Bakouma et tenter de se payer directement sur la bête, loin des regards indiscrets.  Après de violents combats avec les rebelles de la CPC, les mercenaires Russes qui ont réussi à en prendre le dessus, ont fini par s’installer sur le site de la paroisse de Bakouma occupant le presbytère et le couvent pendant que les prêtres et les sœurs ont pris la tangente pour se retrouver dans la nature.

Et voilà depuis le départ des rebelles de la Séléka de la ville de Bakouma, les populations sont sorties de leurs tanières pour vaquer à leurs occupations, les prêtres et les bonnes sœurs de Bakouma y compris. La désillusion est que ces hommes et femmes de Dieu comme on aime les appeler, ne pourront plus avoir accès à leurs chambres et bureaux désormais occupés par les wisigoths de Wagner. Même les toilettes sont sous leurs contrôles. Ils sont obligés de se faire héberger très loin de la paroisse par des chrétiens de bonne volonté. Le grand prêtre de Bangassou Mgr AGUIRE s’est rapproché des russes pour leur demander de libérer les bâtiments mais le petit évêque espagnol n’a pas pu convaincre les hommes de Wagner qui ne parlent que russes et autres langues de l’enfer. L’archevêque de Bangui connu pour être un homme de Mbomou a été appelé à la rescousse. Mais lui aussi, n’a pu rien faire. Si l’espagnol n’a pas réussi, ce n’est pas un Nzapalaïnga qui pourrait réussir, là où le blanc a échoué. Il semble que les hommes de Dieu ont saisi la Présidence de la République par rapport à ce dossier mais en vain.

Et demain, on ne sera pas surpris que le presbytère et la maison des sœurs de Bakouma soient détruits par l’Etat et les Russes, sous prétexte d’une occupation illégale comme ce qui se passe en ce moment dans la capitale centrafricaine, avec la destruction de 22 propriétés privées, à Ngaragba dans le quartier communément appelé « Belle Vue ».

Affaire à suivre…..

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here