Centrafrique : Soutien de l’ambassadeur des USA Mme Lucy Tamly aux mercenaires russes de Touadéra

0
173

« Je suis profondément troublée par les informations faisant état de milliers de Centrafricains fuyant leurs maisons en réponse à la violence, ainsi que par les rapports de pillage et de violence contre les acteurs humanitaires locaux et internationaux. Les États-Unis exhortent les groupes armés et les criminels à cesser les hostilités et à permettre aux humanitaires de poursuivre leur travail vital. Les États-Unis seront toujours aux côtés de ceux qui choisissent la paix », a déclaré l’ambassadeur des Etats – Unis Mme Lucy Tamlyn, lors d’une sortie médiatique à Bangui, le mercredi 30 décembre 2020. Cette déclaration fait indubitablement suite aux attaques  perpétrées par les rebelles de la Coalition des Patriotes pour le Changement contre le siège de la CICR et son personnel à Bouar, le dimanche 27 décembre 2020, et au lâche et ignoble assassinat d’un employé de MSF – Hollande par les mercenaires russes du Groupe Wagner à Grimari, le lundi 28 décembre 2020.

Si pour des raisons qui fondent l’exercice de ses activités, à savoir le respect des valeurs de neutralité, d’impartialité, d’indépendance et d’éthique médicale, MSF – Hollande s’est bien gardé, dans son communiqué de presse du lundi 30 décembre 2020, de faire allusion aux auteurs de ces actes criminels, le silence de l’ambassade des Etats – Unis en Centrafrique sur cette question précise, quant à lui, peut non seulement être apprécié comme un refus catégorique délibéré de la part de Mme Lucy Tamlyn de dire la vérité à son pays sur ce qui se passe actuellement dans ce pays, mais surtout s’apparente manifestement à un parti pris et mieux à une forme de soutien tacite aux crimes commis sur la terre de B. Boganda par les supplétifs russes du Groupe Wagner, dépêchés par Touadéra, en flagrante violation des dispositions du paragraphe 54 sur le régime des sanctions de la résolution 2127 du conseil de sécurité des nations unies, portant embargo sur les armes. Une décision qui a immédiatement suscité la réaction de Washington.

«Notre position a toujours été que les pays qui apportent leur assistance, militaire ou autre, doivent le faire de manière transparente et coordonnée, afin que cette assistance vienne soutenir le désir de bonne gouvernance et de stabilité du peuple centrafricain», a déclaré à l’AFP un porte-parole du département d’État américain au sujet du rôle de Moscou. Aussi modérée puisse paraître cette prise de position, il n’en reste pas moins qu’elle a été favorablement accueillie par l’opinion nationale, les partis politiques et la société civile qui demandaient une concertation nationale et exigeaient la tenue d’élections libres, démocratiques, inclusives, transparentes, crédibles et apaisées comme cela se passe régulièrement aux Etats – Unis. Or malheureusement, c’est ce que refuse catégoriquement le Gangster de Bangui, soutenu fort étonnement dans cet autisme suicidaire et explosif à court terme par toute la communauté internationale. Un refus qui justifie aujourd’hui la naissance des forces de la Coalition des Patriotes pour le Changement et le déploiement en renfort aux forces gouvernementales de ces mercenaires rwandais et russes du Groupe Wagner à Bangui qui prennent visiblement pour cibles, non pas les rebelles, mais les populations civiles dans les zones placées sous leur contrôle. Et c’est suite à des tirs sur un camion transportant des marchandises et des personnes dont la responsabilité incombe aux mercenaires russes du Groupe Wagner basés à Grimari que l’employé de MSF – Hollande trouvera la mort. Le bilan de cet acte ignoble est lourd : trois morts et plusieurs blessés.

Des êtres humains froidement canardés par des barbouzes à la solde d’un certain Touadéra. Un vrai crime barbare dont la presse internationale refuse d’en faire l’écho et dont Mme Lucy Tamlyn, l’ambassadeur des Etats – Unis, pays des rédacteurs de la Constitution américaine, à savoir Alexander Hamilton, James Madison, et John Jay, d’une part, et d’Abraham Lincoln, de Martin Luther King et Malcom X, n’en a parlé dans son dernier communiqué que du bout des lèvres sans avoir eu le courage politique de pointer un doigt accusateur vers les auteurs bien connus et identifiés de cette tuerie, d’élever la plus vive protestation contre la présence de ces mercenaires sur le théâtre des opérations contre des  Centrafricains et d’appeler à l’ouverture d’une enquête internationale pour que justice leur soit rendue. Ainsi donc, contrairement à l’un de ses prédécesseurs en la personne de Daniel Howard Simpson qui avait pris fait et cause pour le peuple centrafricain, en participant à la grande marche organisée en 1992 par le Comité de Coordination pour la Convocation de la Conférence Nationale Souveraine (CCCCN) pour l’organisation des élections démocratiques, Mme Lucy Tamlyn a choisi d’être du côté des bourreaux des Centrafricains, de Touadéra et ses supplétifs russes et rwandais. Elle a préféré par son silence couvrir les assassins d’Albertine Bikossé, de Hardy et beaucoup d’autres dont on ignore les noms, tombés comme des animaux sous leurs balles à Boali et Mbaïki.

Que voulez – vous ? Ce sont des damnés de la terre, des nègres tout comme George Flyod ! Tout comme lui, il faut maintenir le genou de cette conspiration internationale contre tout un peuple sur leur cou d’enfoiré jusqu’à ce que leur dernier souffle s’en aille, en ignorant leurs cris de détresse et leurs appels au secours.  Si Bikossé, Hardy et Autres étaient des toubabs, Mme Lucy Tamlyn aurait changé de ton et la presse internationale crié haro sur le baudet russe et son maître Touadéra.

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here