Centrafrique : Sotchi, pire que son chemin de Damas, Canossa pour le PAN Sarandji

0
62

Sotchi, pire que son chemin de Damas, Canossa pour le PAN Sarandji

L’histoire, on le sait, nait de la rencontre entre un évènement et un homme qui sait se hisser à la hauteur des enjeux. Longtemps relégué à la gestion des affaires courantes et à ouvrir les sessions, débordé et contesté jusque dans la gestion de la maison du Peuple, quasiment ostracisé pour tiédeur suspecte face au projet de pouvoir à vie, le PAN Sarandji avait sauté sur l’occasion qu’offrait la décision de la Cour Constitutionnelle pour faire étalage de son tempérament d’homme d’Etat. Tel qu’en lui-même, tonitruant, incisif, éloquent, il réaffirma le primat du droit, le caractère insusceptible de recours des décisions de la Cour Constitutionnelle et l’obligation de s’y conformer. Le Peuple se mit à applaudir, heureux d’identifier enfin un homme du sérail lucide et respectueux de la norme suprême.
Je ne fus point surpris, au fond. L’homme que je connaissais avait du caractère. Je n’avais aucun souvenir qu’il se fut laissé humilier ou qu’il eut accepté l’inacceptable. Je l’ai félicité. Par courtoisie républicaine.
Et puis Sotchi. J’appris qu’il avait été convoqué, toutes affaires cessantes, à se rendre au bord de la mer noire. Juste après son discours. A son retour, une réunion de l’organe exécutif du MCU fut organisé.
Le discours qu’il y prononça était un revirement, que dis-je un reniement de soi.
Ce soir, avec l’avis favorable du bureau de l’assemblée Nationale, aucune illusion n’est plus permise. Le PAN a viré de cuti. Il soutient désormais le projet illégal.
Il aurait dû garder le silence.
Sotchi aura finalement été pour lui pire que le chemin de Damas. Il y est allé à Conossa. Ce qui est dommage, parce ce reniement de soi ne sera pas utile. Ce projet ne se réalisera pas.

Maître Crépin Mboli-Goumba
Patriote
Résistant

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here