Centrafrique : Silence, les éléments de la garde présidentielle de Touadéra et ses mercenaires russes du Groupe Wagner tuent !

0
305

Un drone russe manipulé depuis la villa de Béréngo où squattent les mercenaires du Groupe Wagner du Gangster de Bangui, s’est trompé de cible le lundi 11 janvier 2020 dans l’après – midi et a lâché ses missiles sur un marché, non loin d’une cérémonie de funérailles où se sont regroupées des populations civiles, situé dans le village Ndanga à 25 Km de la ville de Boda sur l’axe M’Baïki. Le bilan est lourd, selon des informations de sources locales indépendantes parvenues à notre rédaction : plusieurs blessés graves et plus de dix (10) personnes tuées dont des femmes et des mineurs. Les blessés sont actuellement admis au centre hospitalier sous – préfectoral de Boda. La population paniquée a vite fait de trouver refuge en brousse et les autorités locales sont injoignables.

Ce même jour vers 22 heures à Bangui, capitale de la petite république socialiste soviétique de Bangui – Kistan,  les éléments des forces de défense et de sécurité intérieure formellement identifiés comme appartenant à la garde présidentielle du candidat Touadéra, ont ouvert le feu sur deux jeunes centrafricains sur une moto, au niveau du pont Benz – Vi menant au quartier Yassimandji. Quelques minutes plus tard, ils ont froidement abattu un jeune très connu du quartier Walingba non loin du pont de Miskine, devant sa maison. Un ignoble et crapuleux assassinat qui a immédiatement provoqué la colère des membres de sa famille et de la population. Entonnant l’hymne national et en route pour aller déposer le corps à la morgue, ils auraient été empêchés par des tirs à balles réelles une fois de plus par ces mêmes éléments. Quid donc des conséquences de ces tirs sur des civils à mains nues ?

Une manifestation à ce sujet sera organisée aujourd’hui pour dénoncer cette tempête de la terreur rouge qui s’est abattue sur cette partie du territoire national  et de ce qui reste encore de la République centrafricaine de B. Boganda.

La rédaction

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here