Centrafrique : Sarandji éclaboussé par les turpitudes de son chargé de mission Bienvenu Aymard Guinon

0
43

 

Dès l’évocation de son nom, l’on ne peut s’empêcher de pouffer. Un rire révoltant bien-sûr tant le personnage dont il s’agit dans ce billet est d’autant plus navrant que dégoûtant. Jamais dans l’histoire de la Centrafrique, l’intelligence des dignes fils de ce pays n’a été autant insultée et plongée dans la boue de l’indignité, du dégoût, des salissures et des vomissures.

A dire vrai, la présence de certains personnages de la lignée de Guinon dans le cabinet d’une grande institution de la République telle que l’Assemblée nationale ne peut pas être qualifiée tout simplement d’un acte de remerciements, de clanisme et de favoritisme. Elle n’est en réalité qu’une vraie insulte à l’endroit des élites et du peuple centrafricain. Et, c’est à se demander si la deuxième personnalité du pays n’a pas trouvé mieux que de s’acoquiner avec tel personnage au passé peu reluisant. Le PAN serait-il en train de donner raison à ceux qui racontent sous cape qu’il n’aurait plus de penchant que pour des aigrefins ? C’est d’ailleurs un euphémisme de dire que Bienvenu Aymard Guinon a défrayé la chronique par des actes indécents et indélicats en France où il s’est migré clandestinement dans l’objectif de gagner sa vie. Le moins que l’on puisse dire est que ce pestiféré s’est excellé dans le rôle d’un grand délinquant et éternellement multirécidiviste.

Sans pour autant se référer à son casier judiciaire qui en dit long sur la moralité de ce quidam qui est véritablement sujette à caution, d’aucuns disent, selon des informations de sources policières et proches de l’assemblée nationale et du MCU, que Guinon Bienvenu passe sans doute pour la vraie incarnation d’Hermès, ce dieu dans la mythologie grecque présenté comme étant le dieu des voleurs. Un cleptomane invétéré qui a été pendant plusieurs années, le pensionnaire privilégié de plusieurs maisons carcérales en Europe pour « vol, escroquerie, falsification, faux et usage de faux », des actes qui ne peuvent pas être le fort d’un bon citoyen digne de ce nom. Et c’est ce repris de justice, cet individu de moralité très douteuse, cet homme qui semble avoir traversé la cour de l’école en courant que le président de l’assemblée nationale Simplice Mathieu Sarandji a choisi de nommer comme son chargé de mission en NTIC !

Comme l’on a toujours répété, ce qui fait le bonheur d’un pays, ce n’est pas qu’on y bâtisse des châteaux partout, mais plutôt avoir des hommes de valeurs, de principes, de culture, et de haute probité morale. C’est en principe l’exemple que les personnalités dirigeantes de la Centrafrique, en général, et le président de l’assemblée nationale, en particulier, doivent montrer et incarner aux yeux du monde, par leurs comportements, leurs faits et gestes, et la manière d’être et de faire de leurs plus proches collaborateurs. Cela est d’autant plus vraisemblable et incontestable que c’est pour la première fois depuis l’accession de la République centrafricaine à l’indépendance que les centrafricains sont aujourd’hui gouvernés par d’éminents intellectuels et de professeurs d’université à la présidence de la République et la présidence de l’assemblée nationale.

Malheureusement, le président de l’assemblée nationale a préféré faire la promotion d’un certain Bienvenu Aymard Guinon qui est un bras cassé hors-pair avec un niveau intellectuel très limité. Un inintelligent patenté incapable d’écrire une seule phrase complète en français sans faute, d’échanger avec ses collaborateurs dans un langage soutenu et de produire des notes d’informations et des rapports, selon les règles de l’art. Un homme qui n’a aucune notion d’éthique et de morale publique. En effet, c’est un secret de Polichinelle que Guinon Bienvenu est un repris de justice notoire. Condamné en France pour « escroquerie, faux et usage de faux, utilisation de moyens de paiement volés, il a été incarcéré dans plusieurs maisons pénitentiaires.

Quid du mérite républicain ? Simplice Mathieu Sarandji a-t-il exigé un curriculum vitae à son chargé de mission avant de le nommer ? Car ce dernier n’a aucune compétence dans le domaine de NTIC. Tenir un blog sur lequel on publie des articles repris à partir d’autres sources et faire des vidéos (Live) pour insulter en longueur de temps les gens ne font pas de Guinon Bienvenu un spécialiste en NTIC, moins encore un professionnel de la communication tout court ou un simple journaliste. D’ailleurs, comme nous l’avons souligné un peu plus haut, il est incapable de rédiger correctement un simple communiqué de presse. Sait-il au moins rédiger une dépêche? Rien n’est moins sûr. Sinon, il ne se contenterait pas par exemple de publier in extenso les déclarations de son champion. Car il aurait su que les internautes, entre les réseaux sociaux et les médias audio-visuels, ne consacrent en moyenne que deux à trois minutes pour lire les sites informatifs. C’est pourquoi, les professionnels, les vrais, publient souvent la quintessence des discours et autres déclarations sous forme de dépêche afin de capter l’attention des lecteurs. Ça s’appelle de l’écriture numérique.

Somme toute, ce qui est affligeant dans ce dossier, c’est que le président de l’assemblée nationale s’est laissé abuser de bonne foi par ce personnage sulfureux et infréquentable. D’autant que le domaine des NTIC a ses règles et ses codes dont il faut maitriser les mécanismes de fonctionnement. Il ne suffit pas de singer les professionnels pour se considérer comme un vrai professionnel. Alors, où et à quel moment Guinon Bienvenu a-t-il étudié les NTIC ? Au-delà, c’est la leçon à tirer de cette pantalonnade : «  Un liveur est loin d’être un professionnel ou un expert en NTIC ». Il est donc évident que tous ceux qui se sont découverts un nouveau métier, celui de redresseur de torts sur internet, ne visent qu’un seul objectif : être appelés à la mangeoire en se faisant passer pour un expert en NTIC. Et c’est que Bienvenu Aymard Guinon a fait.

Avec toutes les laideurs qu’il incarne et toute la honte dont il ne cesse de couvrir tous les jours la deuxième institution de la République sous la gouvernance d’un certain Simplice Mathieu Sarandji, professeur en géographie de son état. Sommé par la DST, va – t – il l’autoriser à déférer à la convocation de son audition ?

KassaMongonda

Lu Pour Vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here