Centrafrique : Sarandji condamne les manifestations organisées contre la Minusca et provoque la colère du MCU et des Requins

0
85
LE BUREAU DE L’ASSEMBLEE NATIONALE CONDAMNE LES MANIFESTATIONS ORGANISEES CONTRE LAMINUSCA ET APPELLE AU CALME SUITE AUX EVENEMENTS SURVENUS A LA FRONTIERE CENTRAFRICANO-TCHADIENNE
Le Président de l’Assemblée Nationale, Simplice Mathieu SARANDJI ne pouvant rester insensible face à certaines situations qui défraient la chronique a, dans une déclaration rendue publique le Vendredi 04 juin 2021, déploré les manifestations dirigées contre la MINUSCA et les menaces de mort dont a fait l’objet Monsieur Mankeur NDIAYE, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations-Unies en Centrafrique.
En outre, le numéro 1 du Parlement s’est prononcé sur l’incident malheureux survenu à la frontière entre la République Centrafricaine et la République sœur du Tchad.
Voici l’intégralité de cette déclaration parlementaire :
« Il nous a été donné de constater que, lors de diverses manifestations organisées depuis quelques temps devant le siège de la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA), certains propos malveillants ont été prononcés contre la Mission et des menaces de mort proférées à l’endroit de ses différents responsables, en particulier de Monsieur Mankeur NDIAYE, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies et Chef de la MINUSCA.
Si le plein exercice des libertés, dont la liberté d’expression, est formellement garantie dans la Constitution du 30 mars 2016, Loi suprême de l’Etat et unanimement adoptée par le peuple centrafricain, les injonctions de menaces diverses, particulièrement de mort, n’y figurent nulle part.
Aussi, c’est avec une grande consternation que l’Assemblée Nationale, socle de la démocratie donc, surveillante de l’application des libertés et des droits fondamentaux, on a noté ces dérives verbales qui prennent de plus en plus d’ampleur et risquent, si l’on n’y prend garde, de compromettre dangereusement les bonnes relations entre la République Centrafricaine et les Nations Unies, à travers son d’action qu’est la MINUSCA.
Il est important de rappeler que la MINUSCA est en République Centrafricaine à la demande des Autorités de notre pays avec l’accord du Conseil de Sécurité, face à l’aggravation de la situation sécuritaire désastreuse que le Peuple Centrafricain a connue et connait encore aujourd’hui, à un degré divers.
Il est aussi important de rappeler que la MINUSCA s’est pleinement investie dans les recherches de solutions à la crise centrafricaine, principalement dans la défense des populations civiles et, surtout, dans la protection du processus électoral.
Le succès, indéniable de cette coopération, réside entre autres, dans l’organisation sans heurts de l’élection présidentielle, brillamment remportée par Son Excellence, le Professeur Faustin Archange TOUADERA pour un deuxième mandat de cinq (5) ans, mais aussi les élections législatives grâce auxquelles la septième Législature a été mise en place.
Par conséquent, l’Assemblée Nationale lance un vibrant appel aux organisateurs des marches et manifestations devant le siège de la MINUSCA, à ne pas s’engager dans des voies qui seraient contre productives pour la paix en République Centrafricaine, dont les Partenaires sous régionaux, continentaux et internationaux s’y attèlent quotidiennement, parfois au risque de la vie de certains éléments.
Par la même occasion et eu égard aux malheureux événements survenus à la frontière centrafricano-tchadienne, la Représentation Nationale appelle les deux parties au calme et à la retenue et entend, le moment venu, se rapprocher du Conseil National de Transition afin de jouer à l’apaisement dans l’intérêt des deux peuples ».
Assemblée Nationale Centrafrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here