Centrafrique / Russie : L’Occident veut bannir les forces moscovites de Bangui

0
57

 

L’Occident veut bannir les forces moscovites de Bangui

30 mai 2024 – La mort de Prigozhin n’a ni réduit l’influence de la Russie ni diminué les efforts de la France pour sortir Bangui de l’emprise du Kremlin. Les mercenaires russes ne parcourent plus ouvertement les rues de Bangui le jour comme à l’époque de Wagner, mais ils arrachent encore la nuit les opposants du président Faustin-Archange Touadéra.

Après la mort du chef du groupe Wagner, Eugène Prigojine en août dernier et une lente purge de ses associés par le service de renseignement militaire russe, le GRU, le Kremlin reste fortement ancré dans le pays africain où il entretient les liens les plus forts (AC Vol 64 No 19 , le Kremlin réfléchit à ses options post-Wagner). Les efforts de la France et des États-Unis pour séduire ou contraindre Bangui à revenir sur l’orbite occidentale se poursuivent également sans relâche.

Le 17 avril, le président français Emmanuel Macron a entamé un processus de normalisation, lors d’un déjeuner à l’Elysée, en acceptant d’aider Touadéra à rompre avec Moscou et à étendre l’influence de l’État en République centrafricaine (AC Vol 64 No 7, À la recherche d’une issue à la crise). l’étreinte du Kremlin). Malgré leur moindre visibilité auprès du public, les Russes et les forces entraînées par les Russes opèrent dans tout Bangui. Des miliciens de la zone à majorité musulmane du kilomètre 5 de la capitale ont été arrêtés par des hommes armés russes et les Forces armées centrafricaines (FACA – l’armée nationale) et on n’a plus entendu parler d’eux depuis. On ne sait pas pourquoi ils sont supprimés. 

Ailleurs dans la ville, Les Requins (« Les Requins », une milice pro-Touadéra), arrêtent et tuent à volonté, hors du contrôle de la police et de l’armée, tout en échangeant des accusations avec leurs ennemis sur les réseaux sociaux (AC Vol 63 No 19, L’emprise du Kremlin se resserre). Le système judiciaire est silencieux et inactif. Le désordre dans la capitale se reflète dans les zones rurales, quoique de manière moins évidente. Les Russes armés contrôlent les zones minières lucratives et leurs habitants avec le même niveau de violence qu’avant la chute de Prigojine en août dernier. Le seul changement significatif est une nouvelle concentration dans la partie sud-est du pays, où ils entraînent des milices locales d’origine azande. Ces groupes – communément appelés « Black Wagner » – survivent grâce à l’extorsion de bus, de camions et de voitures qui passent, et les Russes maintiennent leur loyauté en recrutant dans les FACA. Les Russes déploient également ces milices contre des groupes locaux d’autodéfense indépendants ou des bandits.

Wagner et ses descendants ont accru leur influence dans l’entourage de Touadéra

On peut l’entendre se plaindre de son impuissance à agir contre le Kremlin car celui-ci fomenterait un coup d’État contre lui s’il relâchait ses liens avec Moscou. Pour beaucoup à Bangui, c’est un mantra familier, voire fatigué, qu’il répète depuis son élection en 2016, feignant l’impuissance tout en permettant à ses conseillers de supporter la pression. Comme dans la saga Bancroft. L’un des conseillers de Touadéra a convaincu le Département d’État américain et l’entreprise militaire privée Bancroft de commencer à opérer à Bangui, tandis que d’autres ont conspiré avec les Russes pour faire arrêter et expulser les employés de Bancroft et ont tissé à leur sujet des théories du complot élaborées. Touadéra s’est comporté comme s’il ne savait pas ce qui se passait. Mais le président n’est pas tellement au-dessus de la mêlée qu’il ne craint pas, tout comme ses alliés russes, une tentative de coup d’État de la part d’officiers centrafricains en colère, obligés de ravaler leur fierté lorsqu’ils sont rejetés et humiliés par des employés de Wagner, quel que soit leur rang.

 Dans le même temps, le pillage de la fonction publique et des entreprises parapubliques s’est généralisé ; les corps habillés n’ont plus le monopole des escroqueries visant à soutirer de l’argent au secteur public. L’extorsion est devenue un mode de vie pour presque tout l’appareil d’État.

 Poches vides

La crise budgétaire qui en a résulté est l’une des raisons pour lesquelles Touadéra s’est retrouvé à déjeuner à l’Elysée. Il a cruellement besoin d’argent, car c’est le carburant de son système de clientélisme et de son style de vie. En mars, la RCA a augmenté son taux d’intérêt sur les titres publics à 8,7 %, alors que la moyenne dans la région, y compris dans les États économiquement plus riches, était de 6,73 %. Cela pourrait attirer les investisseurs étrangers mais augmenterait la dette extérieure, qui est déjà très élevée à 1 000 milliards de FCFA (1,7 milliard de dollars). 

Naturellement, le président a suggéré à la France de reprendre son soutien budgétaire, ce qui pourrait débloquer des fonds des institutions multilatérales, mais Paris a posé des conditions. Il propose une feuille de route incluant la restauration de l’État et des services publics, mais a suscité des critiques pour ne pas donner la priorité aux droits humains et politiques. Pour beaucoup, le problème est clair ; La France veut à tout prix que Wagner se retire, et les droits humains et politiques sont secondaires (AC Vol 64 No 14, Macron fait volte-face sur l’autocratie). Paris a accepté une demande clé de Touadéra : le soutien aux élections locales malgré la conviction de tous les partis d’opposition et des instances de la société civile que l’objectif des élections n’est pas d’étendre la démocratie en dehors de la capitale, mais de construire les réseaux locaux du parti présidentiel, le Mouvement des Cœurs Unis (MCU) afin qu’il ait la capacité de défier les dirigeants de l’opposition dans leurs régions d’origine. 

Paris a fait pression sur l’UE pour qu’elle débloque 2 millions d’euros (2,2 millions de dollars) pour cet exercice, mais cela laisse encore 16 millions d’euros supplémentaires à trouver, qui pourraient provenir des États-Unis tandis que les institutions de Bretton Woods fourniraient un financement associé. Ceux qui pensent que les droits des citoyens centrafricains sont sacrifiés à la détermination occidentale d’expulser les Russes n’ont pas été encouragés par le projet de recommandations d’un comité de sept membres dirigé par le diplomate guatémaltèque de l’ONU, Edmond Mulet, chargé de revoir les termes de la Minusca conformément à la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. 2709.

 Ils proposent de réduire considérablement le mandat de réconciliation et de se concentrer sur la restauration de l’autorité de l’État. Ces propositions surviennent au moment même où le gouvernement centrafricain a fermé son propre mécanisme de réconciliation, la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation, le 8 mai, après avoir réduit son budget. Pour beaucoup, cela ressemble à un abandon abject de principes élevés au profit de l’opportunisme. 

Le bras court de la loi recule encore

La responsabilité et la justice étaient peut-être auparavant un concept fragile en République centrafricaine, mais la corruption du système judiciaire s’est aggravée : les agents russes et les amis du président Faustin-Archange Touadéra sont intouchables, contrairement à l’opposition et au grand public. 

Un député, Dominique Yandocka, a été arrêté dans son lit le 15 décembre à 4 heures du matin, 48 heures après son retour de France. Accusé de tentative de coup d’État, son immunité parlementaire a été ignorée et il a fallu des semaines pour que son affaire soit portée devant les tribunaux. Il reste en prison.

En mars, le porte-parole de l’opposition Crépin Mboli-Goumba a été arrêté et condamné à un an de prison et à une amende de 80 millions de francs CFA (133 000 dollars) pour avoir accusé des juges de corruption. Le président et son équipe tentent également de diviser le Mouvement pour la Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), le parti de l’opposant chevronné Martin Ziguélé, en finançant quiconque est disposé à provoquer une scission. Le MLPC a réussi à survivre aux dernières élections législatives et constitue une menace pour Touadéra. Lorsqu’un autre leader de l’opposition, Anicet-Georges Dologuélé, débarque à Bangui après une longue absence, son associé et conseiller Yves Siro Gbaga est arrêté.

Pourtant, l’émission par la Cour Pénale Spéciale (CPS), une cour pénale internationale hybride, d’un mandat d’arrêt en avril contre l’ancien président François Bozizé pour crimes contre l’humanité, n’est pas le signe d’un renversement de tendance. L’accusation savait déjà que Bozizé était confiné en Guinée-Bissau sans droit de voyager, grâce à un accord entre les États-Unis, le Tchad et l’Angola. La Guinée-Bissau n’autorise pas non plus l’extradition. Ni le tribunal ni les soldats de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca), encore moins les donateurs occidentaux, n’ont fait preuve de beaucoup d’enthousiasme pour arrêter les criminels présumés qui se trouvent à leur portée. 

Hassan Bouba, ministre de l’élevage et intermédiaire clé des intérêts russes, a récemment été photographié souriant aux côtés du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, patron de la Minusca et ambassadeur du Rwanda, Valentine Rugwabiza, en compagnie de nombreux ambassadeurs occidentaux. Il y a trois ans, le CPS l’a arrêté, mais il a ensuite été libéré de force par des agents de Wagner travaillant avec la Garde présidentielle. 

https://www.africa-confidential.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici