CENTRAFRIQUE : L’ACADÉMIE AFRICAINE DE LA PRATIQUE DU DROIT INTERNATIONAL RÉAGIT À LA CAMPAGNE CRIMINELLE DES REQUINS DU RÉGIME DE BANGUI

0
199
CENTRAFRIQUE-REQUINS – L’AAPDI – ACADÉMIE AFRICAINE DE LA PRATIQUE DU DROIT INTERNATIONAL RÉAGIT À LA CAMPAGNE CRIMINELLE DES REQUINS DU RÉGIME DE BANGUI
************
COMMUNIQUÉ DE L’ACADÉMIE AFRICAINE DE LA PRATIQUE DU DROIT INTERNATIONAL EN SOLIDARITÉ AU PROFESSEUR JEAN-FRANÇOIS AKANDJI-KOMBÉ.
Jean-François Akandji-Kombé, agrégé des Universités, Professeur à l’École de Droit de La Sorbonne, Université Paris I, est un citoyen centrafricain, engagé de longue date dans les débats et les activités politiques qui concernent son pays en crise.
Par ses prises de parole régulières, son implication constante en tant qu’animateur des débats dans les structures associatives citoyennes centrafricaines, notamment en France, le professeur #Jean_François_Akandji_Kombé et bien d’autres de ses compatriotes participent, de manière plutôt admirable, à la recherche des voies et moyens permettant à la République Centrafricaine de retrouver le chemin de la Paix, pour bâtir les fondements d’un État de droit et d’une société démocratique.
Une organisation centrafricaine basée à Bangui agissant au nom et pour le compte d’acteurs politiques centrafricains tapis dans l’ombre et opposés au débat pluraliste et ouvert, incapables de tolérer le ton et la liberté reconnue à tous les citoyens de penser, de croire et de dire, s’en est violemment prise à un groupe de citoyens centrafricains – dont le Professeur JeanFrançois #Akandji_Kombé – en placardant leurs photos sur des affiches dans les rues de Bangui, les menaçant, ainsi que les membres de leurs familles.
De tels procédés, qui sont hautement condamnables, heurtent la conscience de tout démocrate dans le monde. La Conférence épiscopale de Centrafrique n’a d’ailleurs pas manqué d’alerter sur la situation sécuritaire dans le pays.
Dans un tel contexte, l’#Académie_Africaine de la pratique du Droit International s’étonne du mutisme observé par les autorités centrafricaines. Une telle attitude est inacceptable de la part des autorités qui clament le vœu de réunir les Centrafricains autour de la table en vue d’instituer le #Dialogue, la Paix et la #Concorde_Nationale .
L’Académie Africaine de la pratique du Droit International réitère son indéfectible attachement au débat pacifique si important dans toute société démocratique.
L’Académie Africaine de la pratique du Droit International dit son émotion et sa consternation face aux graves menaces proférées à l’encontre de citoyens qui, en exerçant leurs droits et libertés, n’ont commis aucune faute.
L’Académie Africaine de la pratique du Droit International affirme sa solidarité, tout particulièrement à l’égard du Professeur Jean-François Akandji-Kombé qui, par ses enseignements juridiques et ses écrits de qualité – appréciés tant de ses étudiants que par les nombreuses personnes qui suivent ses activités scientifiques notamment sur les réseaux sociaux et les médias – participe à la construction de l’État de Droit et de la démocratie dans un pays et un continent auxquels son attachement est à la fois réel et intense.
L’Académie Africaine de la pratique du Droit International exhorte les autorités centrafricaines à prôner le dialogue en faveur de la paix.
Fait à Paris le 5 juillet 2021

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here