Centrafrique : réponse du liveur Rodrigue Joseph Prudence Mayé au chargé en communication du G16 Ben Wilson Ngassan

0
274

 

Dans le dernier de ses lives, le « célèbre liveur » centrafricain Rodrigue Joseph Prudence Mayté n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour exprimer toute son exaspération et dénoncer le comportement très indélicat et indigne d’un membre de la société civile.

Par ses mauvaises manières de faire, le mis en cause s’est rendu responsable de certains blocages constatés dans la mise en œuvre de nombreuses initiatives, adoptées d’un commun accord, dans le cadre de la lutte contre l’Imposteur de Bangui et ses mercenaires du Groupe Wagner et pour le retour définitif de la paix en Centrafrique. Jouant le parfait rôle d’un véritable coléoptère, c’est-à-dire celui d’un vrai agent de renseignements qui rapporterait tout au Camp de Touadéra, il travaille contre les objectifs fixés par la société civile et trahit les moyens utilisés, en contrepartie d’espèces sonnantes et trébuchantes. Avec des élytres coriaces et résistants, sans le citer nommément, le liveur a indiqué qu’il est membre de l’entité dénommée « G -16 » et réside à Bangui. Il a fini son live en demandant aux leaders des partis politiques et aux représentants de la société civile de se munir dorénavant de beaucoup de précautions dans leurs relations avec ce coléoptère extrêmement dangereux pour eux – mêmes et la suite du combat à mener contre le pouvoir de Bangui.

Alors que tout le monde s’y attendait le moins, le samedi 11 mars 2023, dans la matinée, un article, qui n’est rien du tout qu’un authentique droit de réponse aux graves accusations contenues dans le live de Rodrigue Joseph Prudence Mayté, publié tôt dans la matinée par le journaliste Ben Wilson Ngassan sur le compte WhatsApp du G – 16, attire soudainement l’attention de tous et suscite de vives polémiques en « Off ». Comme il fallait tout naturellement s’en douter, dans les minutes qui ont suivi cette publication, Mayté a immédiatement annoncé un live et pendant moins d’une cinquantaine de minutes, a pris la parole pour soutenir les affirmations qu’il avait avancées dans son live, il y a quelques jours plus tôt.

Après s’être étonné de la sortie médiatique de Ben Wilson Ngassan, du fait de ce qu’il n’avait pas nommément cité ce nom dans son dernier live querellé, et conséquemment après en avoir déduit que «  qui s’excite s’accuse », il a demandé à tous les internautes qui entretiennent des relations avec Ben Wilson Ngassan, dans le cadre de la lutte en cours pour l’avènement d’une nouvelle république en Centrafrique de prendre leurs responsabilités, de ne plus partager ses publications et de les écraser systématiquement, car c’est par leur truchement que ce dernier arrive à extorquer de l’argent, au nom de la société civile, à de nombreuses personnalités de la place, à savoir des hommes politiques, des diplomates et des opérateurs économiques.

En effet, d’après Mayté, si tous ont favorablement apprécié ses brillantes qualités en rédaction et en communication, et souhaitent qu’il les mette au service du bien – être de sa société, il n’en reste pas moins cependant que ce dernier n’a rien a à envier à un inintelligent entre les mains desquelles se trouve une arme de guerre. Pour la simple raison qu’ayant été introduit dans certains milieux et présenté à certains partenaires par une frange de l’opposition politique centrafricaine qui veut qu’il grandisse et qu’il devienne une sorte de porte – parole et de porte – étendard, en lieu et place des ténors de la société civile qui s’appellent Bindoumi, Lakosso, Beninga, Me Sombo – Dimbélet, et Me Gbiegba, ce dernier passe tout son temps à user de sa position pour excroquer, extorquer, extraire de l’argent et trahir. Et Mayté de soutenir ses allégations par un exemple concret et précis : celui d’une grande Dame qui s’appelle Sidonie Sezon, une retraitée, et une militante très engagée de la cause défendue par les 12 apôtres. Ben Wilson Ngassan lui a emprunté de l’argent, sans pour autant tenir le délai de remboursement, refusant de répondre aux appels de son bailleur et prenant les dispositions de ne pas être visible sur les réseaux sociaux, pendant un certain. Puis, Mayté de révéler que n’eussent été ses multiples et incessantes interventions assorties de menaces à l’endroit de ce dernier, cette « Pauvre Dame » ne serait jamais rentrée en possession de sa dette. Plusieurs membres des deux comptes WhatsApp « Sara Go » se sont retrouvés dans la même situation que cette retraitée sans qu’ils n’eussent pu recouvrer leurs dus, jusqu’à ce jour, a – t – il rapporté.

Fort de ce contentieux qu’il a été obligé de gérer et qu’il tient pour élément irréfragable de preuve d’absence de sincérité, de franchise et de responsabilité de la part de celui qui passe pour le porte – parole du G – 16, lequel est considéré par les partenaires comme la seule entité de la société civile qui vaut la peine d’être soutenue , le liveur a reconnu, dans la foulée, répondant à Ben Wilson Ngassan qui l’a traité de « paternaliste » dans son droit de réponse, qu’il l’a effectivement qualifié de voyou et d’escroc,  parce que, dit – il, il n’a pas la même valeur que Bindoumi, Lakosso, Beninga, Me Sombo – Dimbélet, Me Gbiegba et Ludovic Ledo, et que, quoiqu’il se soit présenté de manière ostentatoire comme un entrepreneur au même titre qu’un certain Béninga, plutôt plus humble, honnête et respectueux de certaines valeurs fondamentales de la vie, il reste et demeure toutefois pour lui un expert en fausseté et en escroquerie.

Poursuivant son intervention, le liveur Mayté a déclaré qu’il est extrêmement choqué lorsque Ben Wilson Ngassan est allé soustraire d’importants fonds de la caisse de la Brasserie Mocaf, alléguant qu’il est capable de soigner l’image des « Blancs » en Centrafrique, de mettre un terme au sentiment « anti – français » et de finir avec la campagne de désinformation, de manipulation de l’opinion et de grossiers mensonges en cours contre la France, ses ressortissants et ses intérêts stratégiques et économiques. C’est de l’escroquerie pure et simple, au nom du G – 16, pour de l’argent, s’est – il exclamé. Et celui – ci de revenir sur le danger que courent certains hommes politiques, du fait des agissements irresponsables et coupables de ce jeune  qui vend sans cesse des informations, à l’exemple des difficultés rencontrées par le Pr Akandji pour finaliser certains projets avec l’opposition politique démocratique.

Pour conclure, selon Mayté, Ben Wilson Ngassan n’est rien d’autre qu’un manipulé au service de tous ceux qui s’opposent à la noble cause que défendent les partis politiques de l’opposition démocratique et les représentants de la société civile. Tel un coléoptère, il vit aux dépens de leurs activités et les monnayent tous les jours près la majorité présidentielle, l’ambassade de France, l’Ue et certaines forces négatives. Dans les prochains jours, non seulement il publiera la liste de ses contacts et les preuves matérielles des fonds qu’il a perçus au nom du G – 16, mais il s’engagera à verrouiller systématiquement toutes les sources de ses financements et braquer ses caméras sur toutes ses activités quotidiennes.

Affaire à suivre……..

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici