Centrafrique : réaction des femmes suite aux injures du ministre – conseiller Fidèle Gouandjika

0
230
DÉCLARATION DES FEMMES ET FILLES LEADERS POUR LA PAIX SUITE AUX PROPOS INJURIEUX DE MR FIDÈLE GOUANDJIKA
Le 15 mars 2021, en plein mois de mars où le monde entier célèbre les droits de la femme, où la RCA fait des efforts pour entamer le développement durable à travers la gestion saine de ses ressources, Mr Fidèle Gouandjika, Ministre Conseiller Spécial à la Présidence de la République, dans une intervention audiovisuelle, a tenu des propos irrespectueux, humiliants et choquants qui présentent les femmes de Centrafrique comme un objet d’échange pour la coopération avec la Russie, en les assimilant aux ressources naturelles (traduction : «les Russes là, ils vont continuer à venir tou lou lou lou lou !!!! Ils vont venir ! Même s’ils demandent l’uranium, on va leur donner ! Ecoutez bien ce je vous dis !» cf : audio). Par ces propos irrespectueux, Mr Fidèle Gouandjika remue le couteau dans la plaie à des milliers de femmes et filles qui ont été violentées et qui continuent d’être violentées sur la terre de leurs ancêtres.
C’est pourquoi, nous, femmes et filles leaders engagées pour la paix en Centrafrique, protestons vivement contre les propos de Mr Fidèle Gouandjika qui vont à l’encontre de ns mœurs, et portent atteinte à notre pudeur et notre dignité.
Ces propos vont également à l’encontre de l’obligation de réserve d’une autorité de son rang.
A l’heure où les femmes et les populations toute entière se mobilisent pour ramener la paix dans le pays, ces propos sur les femmes viennent de jeter l’huile sur le feu, dans la consolidation de la paix et la reconstruction du pays.
Cela dénote du mépris de l’auteur des instruments juridiques portant protection, promotion des droits de la femme que la RCA a ratifiés depuis plusieurs décennies.
Enfin, ces propos violent le Titre 1 de notre constitution relatif aux fondamentales de notre société : «la personne humaine est sacrée et inviolable. Tous les agents de la puissance publique, toute organisation ont l’obligation absolue de la respecter et de protéger…. La République reconnait l’existence des Droits Humains comme de toute communauté humaine, de la paix et de la justice dans le monde», article premier.
«La République proclame le respect et la garantie intangibles au développement de la personnalité. Chacun a droit au libre développement de sa personnalité, pourvu qu’il ne viole pas le droit d’autrui ni n’enfreigne l’ordre constitutionnel», article 2 : «Chacun a droit à la vie et à l’intégrité corporelle. La liberté de la personne est inviolable. Il ne peut être porté atteinte à ces droits qu’en application d’une Loi. Nul ne sera soumis à la torture ni à des sévices ou traitements inhumains, cruels, dégradants ou humiliants, tout individu, tout agent de l’Etat qui se rendrait coupable de tels actes sera puni conformément à la Loi.», Article 3 alinéa, 1 et 2.
Notre pays étant un Etat de droit, nous nous réservons le droit de porter notre humiliation en justice en vue de la restauration de notre dignité, et nous comptons sur notre justice en qui nous mettons toute notre confiance, pour nous accompagner, car «Nul n’est au-dessus de la Loi».
Fait à Bangui, le 22 mars 2021
Pour les Organisations es Femmes Leaders :
1. African Women Leaders Network (AWLN RCA)
2. Réseau pour le Leadership de la Femme en Centrafrique (RELEFCA)
3. Forum des Femmes Parlementaires de Centrafrique (FFPCA)
4. Association des Femmes Juristes (AJFC)
5. Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires (REFAMP)
6. Organisation des Femmes Centrafricaines (OFCA)
7. Forum des Femmes pour la Région des Grands Lacs (CIIRGL)
8. Centre de Réflexion et d’Echange Permanent entre Etudiantes et Elèves (CREPEE)
9. Caucus des Femmes Leaders pour la Promotion de la Parité
10. Association les Femmes Bénies
11. Et autres

 

La rédaction

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here