Centrafrique : qui financera les élections locales dont le montant du budget s’élève à plus de 9 milliards de Fcfa ?

0
195

 

L’ANE ECHANGE AVEC LES PARLEMENTAIRES SUR LES ELECTIONS LOCALES DE 2022-2023 EN CENTRAFRIQUE

Une journée d’information et d’échanges sur les élections locales de 2022-2023 avec les parlementaires a été ouverte et close par l’honorable André NALKE DOROGO, 3ème Vice-président de l’Assemblée Nationale, le mercredi 16 mars 2022 au palais du peuple.
Initiée par l’Autorité Nationale des Elections, cette rencontre vise entre autres, à obtenir l’adhésion de l’ensemble des élus de la nation sur les enjeux de l’organisation des élections locales et régionales en République Centrafricaine, informer sur les avancées et les difficultés rencontrées au cours de ces processus électoraux afin que les députés puissent véhiculer à leurs populations respectives.
Dans son mot introductif, Maitre Mathias Barthélémy MOROUBA, Président de l’Autorité Nationale des Elections (ANE), tout en rappelant le sens de cette journée a indiqué que depuis la prise de fonction des nouveaux membres élus le 24 décembre 2021, ceux-ci se sont attelés à poursuivre l’organisation des élections présidentielle et législatives, lesquelles élections ont été émaillées de difficultés d’ordre organisationnel, logistique et sécuritaire.
L’orateur a spécifié que par rapport au chronogramme arrêté pour ces futures échéances électorales locales et régionales, le minimum pour le démembrement, la cartographie et autres opérations électorales, soit un milliard six-cent quatre-vingt millions de FCFA de budget n’a pas encore été décaissé par le Gouvernement et les partenaires extérieurs.
Et d’ajouter à ce rythme, l’ANE ne peut en aucun cas tenir le délai d’où nécessité de revoir ledit chronogramme.
Plusieurs préoccupations ont été exprimées par les participants à savoir la question de mobilisation des ressources financières, le niveau des discussions entre le Gouvernement et l’ANE sur les fonds à elle alloués, la cartographie, les membres d’anciens démembrements, le quota de 35% de femmes, la liste zébrée alternant homme/femme, la problématique de l’organisation des élections en période pluvieuse ou encore le plan intégré de sécurisation des élections.
Au nom de son institution, Maitre MOROUBA a fait siennes les préoccupations de ses interlocuteurs et a souligné qu’il est hors de question que dorénavant, les maires de la République Centrafricaine soient nommés plutôt qu’élus.
En outre, il a sollicité l’appui des députés afin que ceux-ci, à travers le mécanisme de contrôle de l’action du Gouvernement de l’y interpeller sur les fonds nécessaires à décaisser avant de les rassurer sur un travail consensuel quant à l’organisation des élections pendant la saison des pluies.
En intégralité voici, le discours de clôture du Président de l’Assemblée Nationale relayé par le 3ème Vice-président André NALKE DOROGO :
« Honorables Députés, Monsieur le Président de l’ANE,
Mesdames et Messieurs les Membres de Cabinet du
Président de l’Assemblée Nationale,

Dans la perspective de la tenue des élections locales, Le Président de l’Autorité Nationale des Elections est venu faire le point sur l’état d’avancement de ce processus électoral.
Il ressort de son exposé des motifs que, normalement, le chronogramme électoral initialement élaboré aurait pu démarrer depuis le mois de septembre 2021 avec les opérations de cartographie. Mais faute de moyens financiers, toute la programmation de l’ANE est devenue caduque.
Compte tenu du retard accusé, des réflexions sont menées au sein de son institution pour une actualisation du chronogramme.
Nonobstant ces difficultés, le Gouvernement et l’ANE sont en train de prendre toutes les dispositions aux fins de la tenue effective de ces élections.
En vue compléter l’enveloppe budgétaire allouée à l’Autorité Nationale des Elections par le Gouvernement, des démarches sont en cours auprès des ambassades et autres bailleurs de fonds, dont certains ont déjà commencé à réagir positivement pour résorber ce gap. Il en va ainsi des ambassades suivantes : Japon, Suisse, Espagne, Italie, USA, Belgique. Toutefois, ces derniers subordonnent leurs contributions à la satisfaction d’un certain nombre de préalables, notamment :
– L’adoption de la loi relative à la délimitation des circonscriptions électorales ;
– La mise en place du cadre de concertation ;
– La tenue effective du Dialogue Politique Républicain.
De même, Chers Collègues, à la suite de l’exposé du Président de l’Autorité Nationale des Elections, vous étiez nombreux à intervenir tantôt pour des questions d’éclaircissement, tantôt pour rassurer le Président de l’Autorité Nationale des Elections sur la nécessité de jouer votre partition au moment de vote des lois relatives au déroulement des opérations électorales.
Je suis persuadé que des réponses appropriées ont été apportées à vos questions.
Aussi, j’espère que cette journée d’information et d’échanges a été bénéfique qu’enrichissante aux uns et aux autres.
Sur ce, et au nom du Président de l’Assemblée Nationale, je remercie le Président l’Autorité Nationale des Elections qui a bien voulu consacrer toute sa journée d’aujourd’hui à cette séance d’information et d’échanges sur les préparatifs des élections locales.
Je vous remercie ».
Il est à noter que le budget total arrêté par le Projet d’Appui au Processus Electoral en Centrafrique (PAPEC) pour les élections Municipales et Régionales, est de plus de huit milliards de FCFA.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here