CENTRAFRIQUE : QUEL EST LE MAL EN QUESTION ?

0
477
CENTRAFRIQUE : QUEL EST LE MAL EN QUESTION ?
… Je ne pense pas qu’une éternelle « solution glucosée » suffise à éradiquer le mal en question. Le plateau technique étant en continu des plus relevés, également les expertises en concertations permanentes à son chevet, il est plus que temps dorénavant de devoir traiter conséquemment le véritable mal. Identifié depuis des lustres, les soins infirmiers sont plus que jamais à bannir.
Les sommets, les dialogues, les fora, ont été de leurs limites, de leurs insuffisances. Parce que toujours d’urgence. Parce que forcément inadaptés. Ils n’ont pas permis de conduire à la paix, à la stabilité de la République Centrafricaine. Le Sommet organisé en Angola sera t-il de son exception ? Que devons-nous négocier, l’exercice simple du Pouvoir ou bien la confection d’un véritable Contrat Social et ce avec qui ?
Nous devons aujourd’hui être capables de pouvoir laver notre linge sale à la maison, en famille. Que les centrafricaines et les centrafricains, sans les rebelles et mercenaires étrangers, acceptent de s’asseoir ensemble, de sortir des tiroirs les résolutions du Forum de Bangui. Un état des lieux s’impose. Aussi, une évaluation sans complaisance du niveau de leur mise en oeuvre s’avérera être une Feuille de route par excellence. Cela ne saurait pas ne pas ouvrir une voie à l’établissement voire à l’attribution de responsabilités. Et d’offrir une place de choix à la Justice, aux réparations… Le mal centrafricain, c’est celui-ci : la non connaissance et pratique de la notion de Pays, d’Etat, de Peuple et de Nation ; le refus et le rejet de toute idée ou volonté de Justice, ainsi que de Responsabilité.
Soyons davantage de notre Communauté nationale, que de l’attention de la Communauté internationale…
Jacques Ayandho

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here