Centrafrique : que se passe – t – il au village Nathalé dans la commune de Sosso – Nakombo ?

0
51

Quand le Maire de Sosso-Nakombo, Albert-Eustache Nakombo s’érige en hors-la-loi pour mettre à feu et à sang la région sud-ouest de la RCA

On ne cesse de déplorer le comportement macabre du maire de Sosso-Nakombo, Albert Eustache Nakombo qui s’érige en un intouchable dans la région Sud-Ouest. Depuis 2017, cette localité a eu à traverser des moments de turbulence suite aux violences meurtrières perpétrées sur des ressortissants chinois par certains jeunes instrumentalités par certaines autorités locales. Au moment où la justice se dresse sur l’affaire afin de situer la responsabilité des auteurs, un autre dossier vient d’ouvrir sa page avec les récents évènements survenus dans le village Nathalé, situé dans la Sangha-Mbaéré et non dans la Mambéré-Kadéï que Albert-Eustache Nakombo qui dévient un délimiteur territoriale en réclamant ce village dans la Commune de Basse-Kadeï (Sous-préfecture de Sosso-Nakombo).

Décidemment, les choses prennent actuellement une allure considérable à tel enseigne que les autorités doivent agir très vite pour arrêter l’hémorragie qui coule très dans cette partie du pays, dont la tension sécuritaire est inquiétante.

Albert-Eustache Nakombo est-il devenu un personnage qui rame à contre-courant de la vision politique du président Faustin-Archange Touadéra, qui accorde un intérêt particulier pour le développement de la région Sud-ouest de la RCA qui contribue efficacement dans l’économie nationale ?

A dire vrai, le maire Albert Eustache Nakombo encore à la manœuvre dilatoire pour plonger le village Nathalé  dans l’insécurité. Il est urgent pour les autorités de Bangui d’augmenter l’effectif des forces de défense et de sécurité dans le village Nathalé afin de faire face aux éventuelles attaques des jeunes manipulés d’Albert-Eustache Nakombo qui se préparent pour attaquer le personnel de la Coopération DON DE DIEU, y compris les ressortissants chinois qui y travaillent.

Selon les informations recoupées par notre correspondant dans la localité, tout a commencé par l’histoire de bornage d’un site d’exploitation minière de la Coopération DON DE DIEU qui veut entamer des travaux. Malgré que les populations locales ont été informées de ne pas circuler dans la zone durant ces travaux, certains jeunes manipulés par Albert-Eustache Nakombo s’y opposent farouchement aux travaux, en agressant l’un des militaires qui sécurisent les chinois qui sont partenaires de la Coopérative DON DE DIEU.

Des informations concordantes qui sont parvenues du village Nathalé où l’évènement s’était produit, c’est une zone dont la Coopérative minière dénommée DON DE DIEU qui dispose d’un permis d’exploitation y mène ses activités aurifères avec des partenaires chinois. Ladite coopérative et les populations locales consolident une fructueuse collaboration dans le cadre où celle-ci contribue à l’amélioration de conditions des vies à travers l’utilisation d’une  main d’œuvre locale.

Pour sécuriser ce site d’exploitation en bornant les périmètres, les Chinois veulent réaliser certains travaux de dégagement avec des engins lourds. Pour cela, les populations locales ont été informées desdits réalisations afin de ne pas circuler pendant deux jours dans les périmètres  desdits travaux afin de ne pas se heurter à un quelconque incident.

Malgré ces consignes, certains jeunes n’adhèrent pas à cette idée qui selon eux, est une manière de les empêcher à vaquer à leurs diverses préoccupations. Pourtant, c’est une démarche qui va dans leur intérêt. Une réalité ou une simple manipulation ?

Le jour du démarrage des travaux, l’un des militaires FACA qui sécurisent le site minier de la Coopérative susmentionnée, voulait se rendre dans une source à la recherche d’eau. A son retour à leur base, ce dernier a été agressé par un groupe des jeunes du village Nathalé qui l’accusent d’être du côté des Chinois qui les privent de leurs activités.

Voyant qu’il pouvait faire l’objet de lynchage, le militaire armé a fait tir de dissuasion qui malheureusement, deux personnes ont été touchées par balle. Ce qui ne se voulait pas une nuisance à la population.

C’est même absurde de voir que sur ce site minier, les jeunes viennent des villages Bilolo, Bamba, Nola et Sosso-Nakomo. Mais, on enregistre que ce sont les jeunes ressortissants de Sosso-Nakombo, qui se rebellent toujours contre les Chinois qui travaillent dans le cadre du partenariat qui les lie avec la Coopérative minière DON DE DIEU qui appartient au compatriote Ghislain Patrick Ndikini Kazangba.

A en croire les mêmes sources, Albert Eustache Nakombo qui est le maire de Sosso-Nakombo, détient également un permis d’exploitation minière à proximité du site de la Coopérative DON DE DIEU.

En rappel, lors du bornage du site d’exploitation appartenant à Albert Eustache Nakombo, les techniciens l’ont ajouté des concessions supplémentaires qui ne figurent pas malheureusement sur son permis d’exploitation.

C’est pour dire que ce dernier veut récupérer vaille que vaille, une partie de la zone où les Chinois y travaillent. Alors que ces derniers mènent leurs activités dans le respect de la loi, notamment le Code minier. Avant même de faire ces travaux de bornage du site de la Coopérative DON DE DIEU, une demande a été adressée au Ministère des Mines qui a marqué son accord pour le démarrage desdits travaux voire les autorités locales qui ont été informées.

Mais pourquoi ce sont seulement les ressortissants de Sosso-Nakombo qui s’opposent aux activités minières de la Coopérative DON DE DIEU menées en partenariat avec les Chinois ? Suite à cet incident, des témoignages laissent comprendre que c’est Albert Eustache Nakombo qui les instrumentalise et manipule. Car, parmi les gens arrêtés par les gendarmes basés dans la localité, l’un deux a affirmé qu’il fait partie de ceux qui ont tué les ressortissants chinois lors d’un évènement survenu à Sosso-Nakombo en 2017. Donc, derrière ce qui s’était passé à Sosso-Nakombo et récemment à Nathalé, se trouve bel et bien la main cachée du maire Albert Eustache Nakombo qui n’est pas à son premier forfait.

La question que l’on se pose est celle savoir : est-ce que le Code minier autorise une personnalité qui émarge sur le compte de l’Etat à exercer une activité minière ? Le tristement célèbre Albert Eustache Nakombo doit faire le choix entre la fonction du maire et ses activités privées, au lieu de manipuler les gens de Sosso-Nakombo à s’adonner à de telles pratiques qui mettent en péril la sécurité de cette partie du pays.

Le président de la République, Faustin-Archange Touadéra a encouragé ses compatriotes à contribuer au développement de leur pays. C’est ainsi que certains Centrafricains font drainer des partenaires extérieurs afin de reconstruire le pays à travers l’exploitation des ressources naturelles. Malheureusement, d’autres ne voient pas ça de bon œil et rament à contre-courant de ces bonnes initiatives.

De notre correspondant depuis Nathalé,

Henri Mbéndé

Lu Pour Vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here