Centrafrique : Que faire de la transformation digitale quand la contribution aux charges publiques n’est pas au cœur du Pacte républicain ?

0
95
DISCOURS
DE SON EXCELLENCE PROFESSEUR FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT
A
L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE CLOTURE
DU SEMINAIRE PORTANT SUR LE THEME
« CAP SUR LA TRANSFORMATION DIGITALE DES FINANCES PUBLIQUES : VISION ET FEUILLE DE ROUTE »
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=
Bangui, le 26 juin 2024
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;
Monsieur l’Ambassadeur, Chef de Délégation de l’Union Européenne ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Partenaires Techniques et Financiers ;
Mesdames et Messieurs les Prestataires ;
Distingués Invités ;
Mesdames et Messieurs ;
Je suis heureux de présider la cérémonie de clôture du Séminaire portant sur le thème « Cap sur la transformation digitale des finances publiques : vision et feuille de route ».
Je me félicite de cette approche pragmatique qui fait suite à l’atelier qui s’est déroulé les 24 et 25 juin 2024 et au cours duquel vous avez, à juste titre, traité du « Digital au service de la mobilisation de ressources et de la transparence des dépenses publiques : quels leviers pour accélérer la transformation digitale et en maximiser l’impact ».
Cette approche, en effet, permet au Gouvernement de trouver des solutions concrètes permettant de répondre à nos engagements envers nos concitoyens, en cette période de grands bouleversements économiques et financiers mondiaux, de rareté de ressources et de financements qui impactent négativement nos efforts de relèvement économique.
Comme vous le savez, depuis mon accession à la magistrature suprême de l’État, j’ai fait de la relance économique et du redressement de nos finances publiques mon cheval de bataille.
Cela passe nécessairement par l’implémentation de réformes structurelles courageuses touchant tous les pans de notre vie économique afin de mobiliser davantage de ressources intérieures, mieux planifier nos dépenses en accordant une priorité aux secteurs sociaux, tout en conduisant une politique d’endettement responsable permettant à l’État de tenir ses engagements, et surtout mener une lutte sans merci contre la corruption et le gaspillage des deniers publics.
La réactivation du Comité de suivi de gestion des finances publiques dont je préside personnellement les réunions démontre à suffisance mon attachement à ce crédo.
Revenant à l’atelier dont les travaux se sont achevés le 25 juin, je puis vous rassurer que les échos qui me sont parvenus, confirmés par le rapport final, attestent que les débats ont été très riches et ont permis de parvenir à des recommandations très pertinentes, ce qui atteste que les objectifs assignés ont bien été atteints.
Je tiens donc à féliciter tous les participants qui n’ont ménagé aucun effort afin de parvenir au projet de la feuille de route qui a alimenté les débats durant le séminaire.
Le diagnostic dressé par l’atelier me conforte dans mon appréhension selon laquelle le Digital est un levier dont l’on peut attendre des dividendes certains à travers la simplification des processus pour faciliter la vie des contribuables par le gain de temps généré dans le traitement des dossiers, mais aussi un outil efficace de lutte contre la corruption et pour la sécurisation des finances publiques tant en matière de mobilisation de recettes intérieures que pour l’exécution des dépenses.
Les conclusions de vos travaux sont sans équivoque et les recommandations qui en découlent ne laissent plus de place au discours mais plutôt à l’action.
C’est pourquoi, je valide la feuille de route ainsi proposée et la nomme « eFinances Publiques ».
Elle prendra en compte les chantiers suivants :
la création et l’opérationnalisation d’une Cellule de Suivi des Réformes Digitales (CS-RED) ;
l’élaboration du Schéma Directeur Informatique du Ministère ;
le renforcement des ressources matérielles (roulant, informatique, énergétique, sauvegarde) ;
le système intégré de gestion des finances publiques ;
le système intégré de gestion des ressources humaines ;
la coordination des réformes digitales avec la participation de tous les bailleurs.
J’instruis le Gouvernement de convenir avec les Partenaires Techniques et Financiers d’une date afin d’organiser dans les meilleurs délais la concertation devant permettre à ceux-ci de s’engager à nos côtés, à travers l’alignement des ressources disponibles et dans la mobilisation des financements complémentaires nécessaires à la mise en œuvre de « eFinances Publiques ».
Je voudrais par la même occasion attirer l’attention des fonctionnaires et agents de l’Etat réfractaires que les avancées significatives obtenues ces dernières années dans la digitalisation de nos procédures et processus de gestion des finances publiques, grâce notamment à l’appui de tous nos partenaires, ne sauraient être remises en cause ou faire l’objet de sabotage.
J’instruis donc le Ministre chargé des Finances et du Budget de tout mettre en œuvre pour garantir l’appropriation de ce nouveau paradigme par tous les acteurs de la chaîne de dépenses ainsi que ceux impliqués dans la collecte des recettes intérieures.
De même, une importante campagne de communication doit permettre d’informer largement nos populations sur ces différentes innovations.
M’adressant à vous, Partenaires Techniques et Financiers, je veux citer, entre autres, l’Union Européenne, la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement, le Programme des Nations Unies pour le Développement, je voudrais vous remercier pour vos concours sans lesquels ces avancées n’auraient pas été possibles.
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,
Mesdames et Messieurs,
Au moment où prennent fin les travaux de ce séminaire, je voudrais encourager le Gouvernement à poursuivre le dialogue fructueux avec nos partenaires pour mieux cerner les besoins et surtout mutualiser les ressources dans le but de rationaliser les interventions pour couvrir un large éventail de besoins.
Les prochaines étapes que je voudrais vous voir très vite traverser ensemble sont :
l’organisation de la concertation avec les Partenaires techniques et financiers pour l’alignement des financements sur la feuille de route du Ministère des Finances et du Budget ;
la mise en place de la Cellule de Suivi des Réformes Digitales (CS-RED) devant assurer la capacitation des ressources humaines hautement qualifiée.
Je reste convaincu que toutes ces tâches sont à la portée de notre intelligence collective.
C’est pourquoi je vous propose de nous retrouver dans trois (3) mois pour évaluer ensemble le chemin parcouru dans leur mise en œuvre.
Je ne saurais terminer mon propos sans féliciter les Comités scientifique et d’organisation de vos assises dont l’engagement a permis le succès éclatant de vos travaux.
Enfin, je souhaite bon retour dans leurs pays de résidence respectifs à tous les participants venus de l’extérieur pour contribuer au succès de ces assises.
Sur ce, je déclare clos les travaux du Séminaire portant sur le thème « Cap sur la transformation digitale des finances publiques : vision et feuille de route ».
Je vous remercie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici