Centrafrique : quand la rwandaise Valentine Rugwabiza confirme officiellement une parfaite collaboration entre la Minusca et le Groupe Wagner !

0
44
LE GRAND INVITÉ AFRIQUE

Centrafrique: «Sur le terrain, la coopération entre Faca et Minusca est une avancée»

Publié le : 

En Centrafrique, voilà tout juste deux ans que la diplomate rwandaise Valentine Rugwabiza dirige les 14 000 casques bleus de la Minusca, l’une des plus importantes missions de l’ONU dans le monde. À son arrivée, les relations de la Minusca avec le pouvoir centrafricain étaient tendues. Aujourd’hui, elle se félicite d’avoir « rétabli une coopération productive ». Mais comment se passe la cohabitation de ses casques bleus avec les paramilitaires russes de Wagner ? Entretien.

RFI : Vous avez rencontré récemment le Chef d’état-major des FACA, les forces armées centrafricaines. Sur le terrain, comment ça se passe ? Vous faites des patrouilles mixtes ?

Valentine Rugwabiza : Nous avons une très bonne collaboration et coopération ensemble et cela, clairement, c’est une des avancées du travail qui a été fait au courant de ces deux années. Notre coopération se traduit justement par un mieux faire et un plus faire, ensemble. Et ce mieux faire, ce plus faire, ce sont des patrouilles mixtes, mais c’est aussi un soutien au déploiement, y compris dans des zones où les forces armées centrafricaines n’ont pas été présentes depuis des décennies. Nous avons eu l’opportunité de le faire à la frontière avec le Soudan et à la frontière au sud-est du pays.

Et vous avez assez d’équipements ? Est-ce qu’il ne faut pas faire plus, au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU 

C’est un défi très clair et je saisis l’opportunité de vos antennes larges. Ceci est un défi que j’ai porté à l’attention du Conseil de sécurité. Dans un pays comme la Centrafrique, nous avons besoin de beaucoup plus de capacités logistiques. Il s’agit d’un immense pays, mais où il n’y a quasiment pas d’axes routiers. Donc clairement, nous sommes aujourd’hui à une phase où, pour stabiliser et consolider les acquis, nous avons besoin que d’autres partenaires investissent dans des projets d’infrastructures. Donc il est très bienvenu que la Centrafrique soit en train de renouer un certain nombre de partenariats bilatéraux.

Il y a aussi d’autres forces de sécurité sur le territoire centrafricain, notamment les quelque 2 000 paramilitaires russes. Il y a quelques semaines, le ministre centrafricain de la Communication, Maxime Balalou, a déclaré que des soldats russes se déployaient dans le sud-est pour faire face à la montée de l’insécurité. Est-ce à dire que vous cohabitez, voire faites des patrouilles mixtes entre la MINUSCA et ces paramilitaires russes 

Cela je peux vous le dire, absolument pas. Effectivement, nous intervenons sur un terrain où il y a plusieurs acteurs. Cependant, nos mandats sont différents. Notre mode opératoire, c’est un mode opératoire de travail avec les forces centrafricaines, pas avec d’autres personnels de sécurité. Et notre redevabilité est connue. Nous sommes redevables aux membres des Nations unies, au Conseil de sécurité et au siège des Nations unies.

Mais sur le terrain, en province, les casques bleus côtoient les autres forces de sécurité qui sont là. Et comment ça se passe cette cohabitation, notamment avec ces forces de sécurité russes ? J’imagine qu’il y a quand même… ne serait-ce que des échanges d’informations, non ?

Eh bien, ces échanges n’existent pas. C’est pour ça que je n’utiliserai pas le mot « côtoyer », parce que nous opérons de manière différente, de manière parallèle. Si parfois il y a besoin absolument d’avoir un échange d’informations, nous le faisons par la partie centrafricaine et les forces centrafricaines. Je suppose qu’elles jouent leur rôle de coordination avec tous ceux qui sont invités sur leur territoire.

Valentine Rugwabiza, vous êtes une grande diplomate rwandaise et il y a actuellement sur le territoire centrafricain quelque 3 000 soldats rwandais, 2 000 pour la MINUSCA et quelque 1 000 hommes dans le cadre des relations bilatérales entre Kigali et Bangui, certains d’ailleurs pour faire la protection rapprochée du président Touadéra. Est-ce que c’est peut-être aussi votre nationalité qui a permis de rétablir une coopération, comme vous dites, « productive » avec les autorités centrafricaines ?

En réalité, cette coopération productive, elle est basée non pas sur un passeport ou sur une nationalité. Elle est basée sur des actions très concrètes. À la prise de mes fonctions, les autorités centrafricaines, ce qui est normal, et le gouvernement, ont attendu de voir comment j’allais mettre en œuvre mes priorités et si j’avais l’intention de travailler en étroite coopération. Donc, je ne pense pas que ce soit mon passeport qui était considéré, mais plutôt les actions et les choix.

Mais franchement, Madame Rugwabiza, le fait que vous veniez d’un pays qui a une coopération très forte avec la République centrafricaine, ça ne vous facilite pas les choses, quand même ?

Il est clair que je suis personnellement reconnaissante envers mon propre pays pour sa contribution et que cette contribution, qui est très appréciée par la partie centrafricaine, clairement oui, vous donne un quota de confiance au départ, mais ce n’est qu’un quota. Vous devez démontrer ensuite par des actions concrètes si, effectivement, cette confiance octroyée était méritée.

Source : RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici