Centrafrique : quand la fermeture des bases temporaires de la Minusca dans certaines villes fait planer une tempête de panique à Bangui !

0
98
RemasterDirector_1cca67163
« Mindef-Minusca : la rencontre de Valentine Rugwabiza et Rameaux-Claude Bireau qu’en est-il ?
Le mercredi 14 février 2024, dans le cadre d’entretenir de bonne relation entre la Minusca et le Ministère de la Défense nationale et de la reconstruction de l’armée, le Ministre Rameaux-Claude Bireau, a reçu en audience la Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations-Unies, cheffe de la Minusca Mme Valentine Rugwabiza, en compagnie du force commandeur…
Dans son mot d’accueil, M. Rameaux-Claude Bireau a indiqué que son département ainsi que le gouvernement centrafricain sont satisfait du travail de la Minusca sur le terrain nonobstant quelques incompréhensions qui ferions l’objet d’un recadrage pour un meilleur réchauffé de cette collaboration du moins fructueuse.
Le membre du gouvernement a également remercié la Minusca pour son appui multiforme dans l’intérêt de la restauration de l’autorité de l’Etat, le renforcement de capacité et de l’instauration d’un état de droit au sein des Forces Armées Centrafricaines. Tout en saluant la manœuvre salvatrice des Forces Onusiennes dans le Haut-Mbomou.
A son tour, la cheffe de la Minusca Valentine Rugwabiza, a d’abord salué la générosité extraordinaire du gouvernement centrafricain eu égard au rapatriement des éléments de la LRA de joseph Kony, ce qui est à mettre à l’actif de la volonté manifeste de l’extension de l’autorité de l’état qui prend forme de jour en jour. Elle a également salué la place accordée à la minusca par le ministère de la Défense dans les opérations de la pacification du territoire nationale et la facilitation à l’accès humanitaire grâce à l’intervention et le professionnalisme des forces armées nationales dans l’exercice de leur fonction pour assurer la défense de la patrie et de la population civile.
Après avoir passer en revue les acquis enregistrés à travers une bonne coordination opérationnelle des forces conjointes (Minusca-Faca) pour réduire les menaces et l’influence des groupes armés sur la population, la cheffe de la Minusca Valentine Rugwabiza, a levé un coup de voile sur l’épineuse question qui taraude la pensée collective sur la fermeture des bases temporaires de la Minusca dans certaines localités des villes de nos provinces.
Elle souligne par ailleurs que « la suspicion se nourrit de la désinformation », et éclaire sur la fermeture de ses bases temporaires perçue comme un retrait de la Minusca et l’abandon de la population devant les vicissitudes des groupes armés. Face à ce contraste qui met en cause la sainteté, l’impartialité de la Minusca, qualifiée de trouble faite ou du moins de pyromane, la Représentante Spéciale a indiqué que la fermeture de ces bases temporaires ne vaut pas retrait ni abandon. Elle est suppléée par une présence mobile à travers des patrouilles régulières dans les zones en cause. Elle renchérit que ce changement de posture statique au posture mobile est plus adapté à la situation sécuritaire dans les zones affectées pour que les forces onusiennes soient plus réactives en cas de menace.
Après cela, la Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations-Unies en Centrafrique, en rappelant la priorité de la Minusca qui est de maintenir la paix en RCA, en signalant les mouvements des hommes armés vers notre séparatif avec le Soudan voisin ainsi que le Cameroun à cause d’une ouverture constante de celui-ci, Valentine Rugwabiza, a marqué la disponibilité de la Minusca d’aider l’armée nationale de poursuivre avec efficience et efficacité les opérations de sécurisation et de pacification du territoire avec un point d’ancrage dans le triangle malheureusement célèbre du sud-est de la RCA, à savoir (Ouada, Ouadda-djallé, Sam-Ouandjia) puis dans le secteur Ouest-Est où pilule les éléments des «3R ».
Une convenance partagée par le Ministre de la Défense Nationale Rameaux-Claude Bireau, qui pour lui la nécessité est de neutraliser ces irréductibles à travers une approche proactive et ce, dans une posture robuste.
Cette première rencontre de travail de l’année en cours sera suivie des autres séances régulières pour parfaire cette synergie opérationnelle.
J.Y.G »
Lu Pour Vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici