CENTRAFRIQUE – POLITIQUE : LE PARTI MCU EN CRISE Á CAUSE DES CANDIDATURES Á LA DÉPUTATION RECALÉES

0
432
CENTRAFRIQUE – POLITIQUE : LE PARTI MCU EN CRISE Á CAUSE DES CANDIDATURES Á LA DÉPUTATION RECALÉES
Par Denis-Oscar GBAGUENE et Mesmin MADIDÉ-ALADILA
Il fallait s’y attendre, les ambitions mal placées, démesurées et souvent irréalistes des faux cadres du Mouvement cœurs unis (MCU), au pouvoir, sont en train de faire éclater le parti. Et il ne pouvait en être autrement avec tous ces bataillons des spécialistes de la politique du tube digestif, ces koudoufaristes patentés, ces opportunistes et profito-situationnistes, ces hommes et femmes et faux jeunes qui ont mangé dans tous les râteliers et qui ne font que s’accrocher à tous les chefs d’Etat et partis qui arrivent au pouvoir.
Ils étaient RDC lorsque Kolingba était au pouvoir. Une fois que le RDC n’est plus au pouvoir, ils sont devenus MLPC ou membres d’un parti politique allié au MLPC pour manger seulement. Patassé tombe, ils s’agrippent à Bozizé et deviennent KNK, PDCA ou PNCN. A l’arrivée de Djotodia au pouvoir, ils ont fait un virage à 180° à l’heure pour organiser une marche de soutien au leader de la séléka, six jours seulement après la chute de Bozizé. Djotodia n’ayant pas de parti, ils se sont accrochés au RPR de N’Guendet, au MLPC de Ziguélé, à la CPRS de Tiangaye, au Chemin de l’espérance de Méckassoua, sinon à la propre personne de la cheffe d’Etat de la transition Mme Catherine Samba-Panza.
A l’arrivée de Touadéra au pouvoir, ils ont quitté leurs navires pour s’accrocher au bateau Touadéra, y compris ceux qui, comme le KNK de Bozizé, le PCD de Mbaïkoua, le Mouni de Kamach, le PAD de Ngon-Baba, le PGD de Jean-Michel Mandaba, qui avaient pourtant soutenu le candidat de l’URCA Anicet-Georges Dologuélé au 2e tour de la présidentielle face à Touadéra. Et les voilà aujourd’hui, ces politiciens aux dents longues de Caterpillar, qui sont pourtant impopulaires partout où ils passent, qui aiment faire des interventions radio diffusées et télévisées, organiser des marches de soutien à quelqu’un qui risque de tomber (car on ne peut soutenir que quelqu’un ou quelque chose qui est sur le point de tomber) et qui s’appelle Faustin Archange Touadéra… Le tout faisant partie d’une stratégie pour se faire de l’argent, pour avoir à la fois de beurre et l’argent du beurre.
Pour les marches, ils programment 5.000F de frais de transport et de la collation par personne. Mais à la fin, c’est à peine 1 000F que chaque participant à la marche perçoit. Un véritable marché de dupe ! Les marches et autres manifestations spontanées à la gloire de Touadéra ne sont en fait qu’un fonds de commerce qui marche bien pour les organisateurs. Mais ces derniers ne s’arrêtent pas là. Ils créent des associations de soutien et de propagande politique pour soutirer de l’argent au chef de l’Etat et aux barons financiers du régime. Ainsi en serait-il des Touadéra doit rester (TDR), Touadéra notre solution (TNS), Mouvement Centrafrique debout (MCD), Mouvement des requins (MR), Les Pigeons bleus (à l’instar du Mouvement des pigeons verts du MLPC), Galaxy 3003, et autres.
Et voilà tous les leaders de ces associations mange-mil candidats à la députation 2020-2021 pour le compte du parti MCU pour quitter ce parti avant les élections de 2025 ! Sans blague. Ils sont en campagne électorale depuis 1, 2 voire 3 ans pour certains, sans l’avis de leur parti. Ils ont menti au monde que le président Touadéra et les demi-dieux Sarandji et Piri du MCU auraient déjà avalisé leurs candidatures. Ils ont distribué de l’argent, des t-shirts, des pagnes, des kits de lutte contre la Covid-19 au nom de Touadéra pour faire croire aux populations qu’ils sont les protégés du bon Dieu de la RCA. Tout cela s’est révélé arnaque et escroquerie morale et politique.
Après le 1er congrès ordinaire du MCU de fin septembre dernier, la vérité a éclaté: des rapports d’enquêtes et de missions d’information du parti MCU et/ou de son président fondateur (PF) sont formels: ces candidats du bruit « ne sont pas connus chez eux », ou alors « ils sont vomis chez eux » (sic).
Ainsi, pour la première fois, un parti au pouvoir dit NIET à ses dirigeants qui candidatent là où ils ne peuvent pas gagner. Le cas le plus illustrissime est celui du prêtre défroqué et super-polygame du diocèse de Bouar, l’abbé Evariste Ngamana. L’ancien membre du bureau politique du parti RPR d’Alexandre Ferdinand N’Guendet taxé de pro-séléka, qui avait soutenu le candidat Touadéra au 2e tour de la présidentielle de 2016, lequel Ngamana est la 5è personnalité du bureau politique du MCU, n’est pas retenu par son parti pour être candidat à la députation chez lui à Carnot. Et pour cause.
Pour mémoire, après la victoire de Touadéra à l’élection de 2016 et pour récompenser ses alliés, le poste de ministre Secrétaire général du gouvernement, chargé des relations avec les institutions et de l’évaluation des politiques publiques, avait été confié à l’allié N’Guendet du RPR (lequel avait entretemps soutenu Méckassoua au 1er tour). N’Guendet a fait nommer le secrétaire général de son parti au dit poste, en la personne de Jean-Christophe Nguinza. Une fois le gouvernement formé, N’Guendet va imposer à son ministre Nguinza la nomination d’Evariste Ngamana au poste de Directeur de cabinet dudit ministère. Une promotion insolite pour un diseur de messe qui n’a jamais été fonctionnaire de l’Etat appartenant à la hiérarchie A1 et rompu à l’Administration, ni servi dans une administration publique où il a gravi les échelons.
Il convient enfin de préciser que le ministre Nguinza et le Dircab Ngamana étaient nommés par N’Guendet alors président du Conseil national de transition (CNT, le parlement transitoire) aux postes respectifs de chargé de mission au cabinet (Nguinza) et directeur de services (Ngamana) au CNT. Mais les deux vont quitter N’Guendet et son parti de RPR pour la galaxie Touadéra, un (1) an seulement après leurs nouvelles fonctions au MSGGRIEPP.
Ce mardi 03 novembre, ceux qui se font appeler ‘’Frères et sœur unis’’ mais qui ne sont pas investis par le parti MCU pour les élections législatives ont fait du bruit dans tout Bangui et sa périphérie. Ils ont créé une association dénommée Groupe des indépendants fatistes, en agrégé GIF, en vue de compétir sur le terrain contre les candidats officiels du MCU dans les circonscriptions électorales. Ainsi vient de naître un nouveau Front uni contre le Mouvement cœurs unis.
Les députables mécontents du MCU ont créé cette association animée par l’abbé Evariste Ngamana et Eloge Koï-Doctrouvé, lequel se fait appeler « docteur » en quoi et d’où on ne sait (sociologie? science po?) mais ce qu’on sait de lui c’est qu’après le parti RDC, c’est un groupe armé auquel il a appartenu : le mouvement Révolution et Justice (RJ) d’Armel Sayo Ningatoloum, qui la propulsé sur la scène publique en le faisant nommer directeur de cabinet du ministère de la Jeunesse et des sports, sous la transition.
Le GIF est donc une coalition des cadres et militants du parti MCU (une centaine) qui se disent lésés et qui décident d’aller aux élections législatives au nom de Touadéra et non du MCU, pour combattre les candidats investis par le parti MCU, comme si Touadéra était détachable du parti MCU en ce moment, lui qui en est pourtant et officiellement le PF. Cela fait franchement désordre mais prête à sourire, venant surtout des deux leaders du GIF précités sur qui il y a vraiment à dire. Et le parti MCU en prend un coup, car cette division à l’interne réduit la chance du MCU d’avoir la majorité parlementaire.
Ainsi donc et pour ne citer que quelques cas les plus connus et à écho retentissant:
-Dans la circonscription de Carnot 1, c’est quelqu’un d’autre qui ira à la députation au nom du MCU et non Evariste Ngamana dont les chances de succès sont par ailleurs trop minces au regard des rapports objectifs produits à partir du terrain;
-A Satéma, le candidat du MCU est surnommé ‘’Américain’’ et non Eloge Koï-Doctrouvé, le tristement célèbre bruisseur et koudoufariste dont la cote d’impopularité ne fait l’ombre d’aucun doute là-bas au pays des Kolingba;
-Idem dans la 1ère circonscription du 4e arrondissement de Bangui où Pamphile Maléyombo, de dircab du ministère de l’Urbanisme et de l’habitat, n’est pas le candidat du MCU officiellement retenu.
Avec cette situation, le rêve d’Evariste Ngamana de devenir le prochain président de l’Assemblée nationale (PAN) tourne au drame. Un rêve brisé. Mais il fallait s’y attendre, surtout pour ces néophytes politiques qui utilisent des raccourcis pour avoir de la place au soleil ou à côté du Soleil.
Affaire à suivre.
Denis-Oscar Gbaguéné et Mesmin Madidé-Aladila
Source: MEDIAS+ du Mercredi 04.11.2020

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here