Centrafrique : plus d’une quinzaine de civils peuhls massacrés par les mercenaires russes de Touadéra à Bézéré

0
87

 

Il y a aujourd’hui plus de deux semaines, le président du MLPC Martin Ziguélé lançait l’alerte sur le sort dramatique des populations du Nord – ouest de la République centrafricaine, devenu un véritable champ de violents affrontements entre les éléments de 3R et les Faca, soutenues par les supplétifs russes et rwandais. En réaction à la farouche résistance que ne cessent de leur opposer les rebelles, les forces régulières et les paramilitaires russes s’en prennent aux populations civiles, aux communautés peuhles et à des sujets musulmans par des actes de représailles, d’exécutions sommaires et extra – judiciaires, de viols, de pillages, d’incendies des habitations et campements et de déplacements forcés.

« Les populations du Nord – ouest sont prises en étau par les deux deux forces dans une prison à ciel ouvert », a déclaré le parti d’opposition MLPC. Son président et député de Bocaranga 3, Martin Ziguélé,  a été plus explicite en racontant les malheurs de ses électeurs, sur les antennes de RFI en ces termes :« Les paramilitaires russes, les mercenaires de Wagner, sont arrivés dans le village très tôt le matin. Sans sommation, ils ont commencé à casser les portes et les fenêtres de chaque habitation. Arrivés au petit marché du village, ils ont cassé toutes les boutiques et pris les marchandises. Mais je dois souligner que ce qui est arrivé n’est pas un fait unique : il y a déjà eu des précédents. […] Si ce n’est pas les paramilitaires russes, c’est les 3R ! » Lui emboîtant les pas, le 2ème vice – président du MLPC et député de Ngaoundaye a renchéri : « Les groupes 3R (Retour, Réclamation et Réhabilitation) ont attaqué le gros village Mann. Ils ont tué la population et ont fait plus de sept morts. Ces groupes 3R sont repartis très tôt dans le village pour piller tout ce qu’ils pouvaient piller. »

Alors que les partis politiques de l’opposition, les associations des droits de l’homme, les confessions religieuses et les médias locaux constatent et dénoncent l’inaction de la Minusca et l’incapacité totale de ses différents contingents à assurer la protection des populations civiles, non seulement le gouvernement centrafricain observe un silence complice et approbateur, mais surtout menace de saisir la justice pour diffusion de fausses informations et d’appels à la haine et la violence. C’est malheureusement dans ce contexte de démission totale de la Minusca et de la politique de va – t – en – guerre du gouvernement centrafricain qu’il a été rapporté à notre rédaction le massacre de plus d’une quinzaine de civils, il y a deux jours au moment où nous mettons sous presse, de formellement identifiés comme appartenant à la communauté peuhle dans les villages de Borodoul et Bézéré, localités situées à 20 km de Bocaranga sur l’axe Ngaoundaye.

Selon nos sources, ils ont été pris pour des combattants de 3R, puis torturés et froidement abattus par les mercenaires russes du Groupe Wagner à la solde de Touadéra. Leurs corps sans vie, découverts par les villageois, ont été mis en terre dans trois (3) fosses communes.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here