Centrafrique : « Opération – contrôle des fonctionnaires et agents de l’Etat »: le « Petit Banziri » désavoué publiquement par Touadéra !

0
70

CENTRAFRIQUE : LE PRESIDENT TOUADERA DECIDE DE CREER UN NOUVEAU COMITE POUR STATUER SUR LES ANOMALIES DANS LA CHAINE DE PAIE

SANGBILEGUE—Le président Faustin Archange Touadéra a décidé de la mise en place d’un nouveau comité pour statuer sur les anomalies révélées par le ministère de la fonction publique. Cette décision a été prise le 30 aout 2022 à l’issue d’une réunion que le Chef de l’Etat a lui-même présidée au palais de la renaissance.

Accablé par les conclusions du rapport du comité interministériel, le ministre de la fonction publique s’est empressé de dénoncer ledit comité. Au conseil des ministres, Marcel Djimassé a plaidé pour un audit international de la chaine de paie. Mais, le chef de l’Etat l’a désavoué en exigeant la mise en place d’un comité qui serait composé de tous les acteurs publics et privés notamment les banques.

Cette décision, le chef de l’Etat l’a prise après des concertations ouvertes aux acteurs publics et aux responsables des banques. Lors de ces concertations, le rapport remettant en cause toutes les anomalies du ministre de la fonction publique a été présenté et discuté. Selon certains participants, le président du comité a balayé devant le Chef de l’Etat les allégations du ministre, ce qui a amené le président de la République à opter pour la mise en place d’un comité inclusif ouvert aux banques que le ministre Djimassé accuse.

Cette réunion est organisée cinq jours après le rapport produit par le comité mis en place par un Arrêté interministériel (Finances-Défense-Fonction publique). Ce rapport a remis en cause les anomalies sur lesquelles le ministre de la fonction intensifie sa communication depuis le début des opérations de contrôle. Selon la version de ce membre du gouvernement, les opérations ont permis d’identifier 3000 fonctionnaires fictifs avec une économie de plus de 673 millions de Fcfa. Ces données ont été remises en cause par le rapport qui pointe l’incompétence des services du ministère de la fonction publique. Confus, le ministre retire ses représentants et exige la mise en place d’un comité international, ce que le chef de l’Etat a rejeté pour décider de la mise en place d’un comité national.

Dans les prochains jours, le premier ministre devra mettre en place par Arrêté ce comité inclusif qui sera géré directement par le chef du gouvernement qui rendra compte directement au président de la République.

Magloire de Sangbilegué-Info

Lu Pour Vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here