Centrafrique / Onu : quand l’opposition démocratique, les droits de l’homme et l’état de droit ne figurent pas dans l’agenda de la visite de Jean – Pierre Lacroix

0
92

 

Le chef du Département des opérations de paix Jean-Pierre Lacroix est arrivé mercredi à Bangui, la capitale de la République centrafricaine, pour entamer une mission de trois jours.

S’adressant aux médias à son arrivée, le Secrétaire général adjoint de l’ONU a qualifié sa venue de « visite de solidarité, d’encouragement et d’appui. Je voudrais faire le point avec les autorités, du travail commun pour renforcer la présence de l’état, pour soutenir les efforts qui sont en cours en vue de l’amélioration sécuritaire », a détaillé M. Lacroix dans une vidéo diffusée par la MINUSCA sur le réseau social X.

Le programme de M. Lacroix inclut des rencontres avec les autorités nationales, la société civile, les soldats de la paix, entre autres, et il se rendra également à Birao.

Il a d’ores et déjà rapporté des échanges constructifs avec le Premier Ministre centrafricain Félix Moloua.

Un partenariat revitalisé avec la Cour pénale spéciale

Lors d’un événement qui s’est déroulé au premier jour de sa visite à Bangui, M. Lacroix s’est également entretenu avec la cheffe de la Mission de maintien de la paix sur place, Valentine Rugwabiza.

Dans l’après-midi, le Secrétaire général adjoint a aussi réitéré l’engagement de l’ONU de poursuivre son partenariat avec la Cour pénale spéciale dans ce pays.

A ce titre, la MINUSCA poursuit son soutien financier aux activités de la Cour avec près de 5 millions de dollars jusqu’à fin 2024, un engagement salué lors de l’événement par les autorités centrafricaines.

« Décentraliser » le processus de paix avec les groupes armés

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) a vu son mandat prolongé d’un an par le Conseil de sécurité le mois dernier.

Dans son dernier rapport présenté devant le Conseil de sécurité en octobre, Mme Rugwabiza avait indiqué que la MINUSCA continuerait de soutenir les efforts du gouvernement pour « décentraliser » le processus de paix avec les groupes armés, y compris les initiatives récentes visant à étendre la présence de l’État dans les zones qui ont été stabilisées grâce à l’assistance de la Mission, à l’instar de la préfecture de la Vakaga, qui a même reçu pour la première fois la visite d’un Premier ministre.

« Un engagement renforcé des partenaires financiers internationaux et des acteurs du développement demeure, à ce titre, central pour consolider les gains de sécurité chèrement obtenus, que ce soit par des investissements ou des programmes de stabilisation destinés à fournir des services de base, ainsi que des moyens de subsistance socio-économiques durables aux populations », avait alors affirmé la cheffe de la MINUSCA.

Onu

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici