Centrafrique / Onu : M. Nicolas De Rivière condamne les violations du droit international humanitaire et des droits de l’Homme augmentées de 47% par rapport à l’année dernière

0
71

 

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

INTERVENTION DE M. NICOLAS DE RIVIÈRE
REPRÉSENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRÈS DES NATIONS UNIES

AU CONSEIL DE SÉCURITÉ

New York, le 26 juin 2024

Monsieur le Président,

Je remercie la Représentante spéciale pour sa présentation et je tiens à lui redire le plein soutien de la France.

Je salue également la présence parmi nous de la ministre des Affaires étrangères de la RCA.

La France salue la poursuite des efforts du gouvernement centrafricain pour la mise en œuvre du processus de paix et sa décentralisation. La tenue des premières élections locales depuis 1988 va dans la bonne direction. La France encourage les autorités centrafricaines à garantir l’exercice des droits civils et politiques de tous les citoyens. Il convient de créer, dès à présent, les conditions favorables à la tenue d’élections libres, transparentes et inclusives. La France espère que les prochaines élections présidentielles, prévues en 2025, répondront à ces conditions.

La France reste préoccupée par la fragilité de la situation sécuritaire, notamment dans les zones frontalières. Les armes et combattants continuent de circuler, alimentant l’activité des groupes armés. Cette porosité des frontières, notamment avec le Soudan et le Soudan du Sud, constitue une menace pour la stabilité non seulement de la RCA, mais aussi de l’ensemble de la région. La coopération des autorités centrafricaines avec les Etats voisins, en lien avec les organisations régionales, doit être encouragée. Ce Conseil doit continuer d’agir pour lutter contre le trafic d’armes en provenance des pays voisins et contre l’infiltration de combattants étrangers au profit des groupes armés. Dans cette perspective, la France travaillera avec l’ensemble des membres du Conseil sur le renouvellement du régime de sanctions en juillet.

La France salue le rôle joué par la MINUSCA, en lien avec les autorités centrafricaines, en faveur de la stabilité dans le pays. La Mission apporte un soutien essentiel aux autorités centrafricaines dans la lutte contre les groupes armés. Cela passe par un appui logistique aux forces armées centrafricaines, une présence renforcée dans les zones clés ou encore un soutien au processus de désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement. Il est essentiel que la MINUSCA puisse poursuivre ces efforts, qui contribuent au renforcement de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble de son territoire. A cet égard, la France appelle à mettre fin à toute entrave à la mise en œuvre de sa mission, y compris s’agissant de l’utilisation de ses drones. Elle condamne également les campagnes de désinformation observées ces derniers mois à l’encontre de la mission.

La France se félicite de la publication du rapport annuel sur la situation des droits de l’Homme en République centrafricaine. Elle se félicite également de l’étroite coopération des autorités centrafricaines avec les équipes des Nations Unies à ce sujet. Elle condamne les violations du droit international humanitaire et des droits de l’Homme, qui ont augmenté de 47% par rapport à l’année dernière. Une part importante de ces violations est le fait des groupes armés et des mercenaires russes, issus de Wagner. Ces violations recouvrent des violences sexuelles liées au conflit, dont des viols et des mariages forcés, ainsi que des violations graves des droits de l’enfant. Elles ne doivent pas rester impunies.

La situation humanitaire reste précaire. Le risque de détérioration est réel avec l’augmentation du nombre de réfugiés et de demandeurs d’asile liée au conflit au Soudan. Il est donc essentiel que l’aide humanitaire soit à la hauteur des besoins que connait le pays.

Je vous remercie.

Un

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici