Centrafrique : « Mission Onu, Ue, Ua et Ceeac » : le Gangster de Bangui s’engage à arrêter la bande à Kossimatchi !

0
221

Déclaration à la presse du Président de la République, Faustin Archange Touadéra, du Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l’Union Africaine, Ambassadeur Bankole Adeoye, et du Secrétaire général adjoint des Nations Unies, chargé des opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix

Palais de la Renaissance, le 03 juin 2021

Presse : Monsieur le Président, vous venez de recevoir une mission de haut niveau composée des Nations unies, de l’Union Africaine, de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale et l’Union Européenne. Qu’est-ce qu’on peut retenir de vos échanges avec ces hautes personnalités ?

Le Président de la République Centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra
Merci beaucoup. Je voudrais tout d’abord saluer la présence des éminentes personnalités des Nations Unies (ONU), de l’Union Européenne (UE), de l’Union Africaine (UA) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) qui ont fait donc une délégation, une mission conjointe pour échanger avec le Gouvernement centrafricain et moi-même sur les questions de la coopération avec nos différents partenaires qui sont représentés ici. Et je voudrais tout simplement rassurer nos partenaires que, parce que la question qui était à l’ordre du jour, est-ce que leur présence est souhaitée par le Gouvernement centrafricain. Parce que, suite à beaucoup de manifestations, ils s’interrogeaient sur le fait de voir si les invitations qui leur avaient été lancées est plutôt d’actualité. Et je le dis ici haut et fort que la voix autorisée pour ces questions, c’est la mienne, et celle du Gouvernement. Nous disons que nous avons besoin de nos partenaires. Aujourd’hui, et depuis 2016 jusqu’à aujourd’hui, la MINUSCA, l’Union Européenne, la CEEAC et l’Union Africaine nous ont beaucoup appuyés, dans les divers domaines de la sécurité, du développement et autres aspects.
Donc, nous sommes demandeurs de l’appui qu’ils nous accordent ici pour relever les différents défis que traversent la République Centrafricaine. Donc, je voudrais les rassurer pour dire que bien au contraire nous voudrions renforcer notre coopération, renforcer et redynamiser. S’il y a eu des questions, des difficultés, je pense que nous sommes disposés, le Gouvernement centrafricain est disposé pour améliorer les dispositions pour leur permettre de remplir au mieux leur mission. Ils m’ont fait part de certaines menaces dont certains de leurs agents faisaient l’objet. Je leur dis que des menaces, les auteurs de ces menaces seront poursuivis, et qu’ici c’est un Etat de droit, et que nous ne travaillons pour que la justice, pour permettre à nos partenaires de travailler sereinement. Donc, la principale question, c’est celle-là, c’est de les rassurer, et c’est de dire que nous avons besoin de nos partenaires, et qu’ici en République centrafricaine, que nous sommes un pays fragile et que tous nos partenaires, ici, chacun à sa place. Et que nous voudrions que nos partenaires travaillent en toute complémentarité. Et nous voulons que ces partenaires travaillent dans la transparence. Voilà des questions essentielles que nous avons échangées avec nos partenaires des Nations Unies, de l’Union Africaine, de l’Union Européenne et de la CEEAC qui sont venus dans une mission conjointe nous rencontrer pour parler de notre partenariat. Je vous remercie.

Ambassadeur Bankole Adeoye, Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l’Union Africaine
Excellence,
Membres de la presse,
Nous sommes très heureux d’avoir été reçus par le professeur Faustin-Archange Touadéra, Président de la République Centrafricaine. Nous sommes également très heureux d’avoir été rassurés par lui et par son Gouvernement que l’invitation qui a conduit la communauté internationale en République Centrafricaine est toujours valide. C’est une bonne nouvelle pour cette délégation conjointe. Cette délégation composée de l’UA, de la CEEAC, de l‘ONU et de l’UE. Nous avons été rassurés que le Président de la République Centrafricaine ait réaffirmé que le travail de la communauté internationale est toujours valable et nécessaire pour la paix et la stabilité dans le pays. Nous sommes aussi heureux que nous sommes disposés à travailler avec lui pour son second mandat à la magistrature, suite à sa réélection en décembre dernier. Il nous a aussi rassurés que la chose la plus importante est la mise en œuvre de l’APPR-RCA. Et en ce sens, nous le rassurons que la communauté internationale est toujours à ses côtés pour la mise en œuvre de l’APPR-RCA dans le bon sens du dialogue inclusif de paix en cours.
Nous nous sommes aussi entendus pour que le programme de développement ainsi que le programme post-confit soient exécutés, nous allons travailler avec le Gouvernement pour que ce programme soit mis en œuvre pour le développement de ce pays. Nous lançons donc un appel à la population centrafricaine de soutenir la communauté internationale et la MINUSCA pour leur travail dans ce pays. Parce que la MINUSCA est un partenaire pour le progrès et un partenaire pour la paix. L’UA, la CEEAC et l’UE vont continuer à soutenir la MINUSCA pour le travail abattu dans le pays. Le Président nous a également rassurés qu’il lancera un appel à la population l’invitant à rester calme et continuer à supporter le travail effectué par la communauté internationale ici.
Notre agenda en tant que communauté internationale est de faire taire les armes en République Centrafricaine pour assurer que la paix est de mise dans ce pays. C’est notre seul objectif. Nous respectons la souveraineté de ce pays. Nous respectons l’intégrité territoriale de la République Centrafricaine. Nous encourageons le Gouvernement à continuer de travailler avec les pays voisins pour que nous puissions nous concentrer sur le développement durable. Au nom de l’UA, de la CEEAC, de l’UE et de l’ONU, je voudrais remercier Son Excellence Monsieur le Président pour son ouverture d’esprit, et de nous avoir reçus dans la transparence. Nous le rassurons que nous allons continuer à le soutenir dans sa tendance de renforcement de la démocratie, car c’est seulement avec une démocratie participative que nous pouvons renforcer la paix dans ce pays. Je vous remercie.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies, chargé des opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix
Mesdames et messieurs de la presse, le Commissaire, mon collègue de l’Union africaine, a parlé vraiment en notre nom, et je crois que, ce faisant, il a témoigné de l’unité sans faille de toutes les institutions qui sont toutes des partenaires engagés et importants de la République Centrafricaine. Monsieur le Président, merci pour vos propos, merci pour l’accueil chaleureux, merci pour ce que vous avez dit avec beaucoup de clarté et de force sur le soutien que vous exprimez à nos organisations, nos institutions, à l’action de nos collègues sur le terrain. Ces propos nous rassurent, ils rassurent nos états membres. Nos collègues qui avaient pu être déstabilisés ou mis dans le doute, à la suite notamment des expressions haineuses que vous avez pu observer à l’encontre de nos organisations et des collègues qui travaillent sur le terrain, à la suite des incidents sur le terrain, parfois très graves, et qui ont mis en danger nos collègues, à la suite des manifestations qui ont manifestement été initiées par des manipulations. Tous ces incidents nécessitaient de fortes paroles autorisées pour dire le soutien que vous continuez à apporter à notre action commune, à notre partenariat.
Monsieur le Président, à la suite du Commissaire Bankole, je souhaite vous réitérer l’engagement des Nations Unies, les collègues sur le terrain de l’organisation, à accompagner vos efforts pour le processus de démocratisation, de pacification de la République Centrafricaine, et des efforts de développement aussi, qui sont importants, des efforts visant à répondre à une situation humanitaire qui est difficile, et qui d’ailleurs requiert que toutes nos organisations puissent librement opérer en toute sécurité sur le terrain. Je crois que vos clarifications nous ont fait chaud au cœur et je vous en remercie du fond du cœur. Merci beaucoup monsieur le Président de la République.

Lu Pour Vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here