Centrafrique/Minusca : « Ils sont tout simplement extraordinaires, ces Centrafricains », selon un diplomate en mission à Bangui

0
419

 Alors que dans l’une de ses dernières parutions, le journal « Centrafric Matin » n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour annoncer urbi ac orbi que les membres du personnel de la Minusca formellement déclarés « personae non gratae », dans une note verbale régulièrement transmise au représentant spécial du secrétaire général de l’Onu Mankeur Ndiaye, à Bangui,  il y a aujourd’hui plus d’une semaine déjà, pour des faits jugés attentatoires à la stabilité des institutions républicaines, ont déjà quitté le territoire national, le lundi 24 février 2020, il n’en serait pas ainsi, en réalité, selon des informations en notre possession de sources diplomatiques.

 Ces sources ont affirmé et soutenu que la correspondance du chef de la diplomatie centrafricaine a été transmise, après réception, en urgence et soumise avec diligence à la haute attention du secrétaire général de l’Onu, à New – York, qui seul est habilité à y donner suite. Sa décision sera notifiée dans les meilleurs délais et suivant la procédure en la matière, c’est – à – dire dans les mêmes formes requises par les us et pratiques diplomatiques,  aux autorités centrafricaines. Abordant cette épineuse question, toutefois, dans le même ordre d’idées, des milieux diplomatiques, fort étonnés de cette décision, confirment ces propos, mais annoncent par ailleurs qu’il serait difficile que la démarche entreprise par le gouvernement du premier ministre Ngrébada puisse aboutir positivement, la République centrafricaine n’étant pas en règle vis – à – vis de ses cotisations annuelles auprès de l’Onu, et de ce fait, étant privée du droit à la parole.

 D’où cette intervention satirique et profondément teintée de moqueries, émanant d’un diplomate international en mission à Bangui et sous couvert d’anonymat : « ne sont – ils pas tout simplement extraordinaires et trop culottés, ces centrafricains dont le pays est sous perfusions économiques et financières des institutions internationales de Bretton Woods et porté à bout de bras par toute la communauté internationale, depuis janvier 2014 ? » Est – ce donc à dire que nos relations avec l’Onu vont pâtir de cette malencontreuse et inopportune décision dans les tout prochains jours ? De mémoire et afin que nul ne l’ignore le moment venu, le gouvernement du premier ministre Touadéra n’avait – il pas été destitué le 24 mars 2013, suite à une marche organisée, par le Mouvement dénommé « Cocora » présidé par feu Lévy Yakité, contre les Etats – Unis et la France, au cours  de laquelle leurs drapeaux ont été brûlés ? Que sait – on aujourd’hui des circonstances mystérieuses de la triste, violente et malheureuse fin de vie qui a été la sienne, des mois plus tard quelque part en France ?

Aux dernières nouvelles, instruite à ce sujet par New – York, la Minusca a déjà contesté par voie diplomatique les allégations formulées par le gouvernement Ngrébada contre les membres de son personnel, et exige plus d’éléments matériels de preuve en engageant des vives discussions avec la partie centrafricaine. Une réaction contre laquelle le ministère des affaires étrangères serait dans un embarras total de riposte.

Ne sont – ils pas tout simplement extraordinaires, ces Centrafricains ?

Affaire à suivre…. !

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here