Centrafrique : Mingala sous contrôle des éléments de l’UPC d’Ali Darass

0
976

Mingala, l’une des six (6) sous – préfectures de la préfecture de la Basse – Kotto, comptant plus de 10.000 habitants, est sous contrôle des éléments de l’UPC d’Ali Darass, depuis le samedi 2 mai 2020 à 15 heures. Une occupation qui intervient après celle de la ville de Mboki, située à 60 km d’Obo, chef – lieu de la préfecture du Haut – Mbomou, juste au nord de la frontière entre la République centrafricaine et la République démocratique du Congo, a – t – on appris, il y a quelques heures des sources locales indépendantes. Comme toujours, la population est réfugiée dans la brousse, abandonnée à elle – même et  obligée de tenter de survivre comme des animaux.

Rappelons que le 3 septembre 2019,  les combattants de ce mercenaire nigérien, ministre – conseiller à la primature en charge de la sécurité de toute la région du Centre – est, en flagrante violation des dispositions de l’article 28 de la constitution du 30 mars 2016, et ce, en conformité aux termes de l’Accord de Paix de Khartoum, comme l’ont toujours clamé haut et fort ses partenaires qui sont aux affaires, ont assiégé le chantier de Kolo situé à 25 Km de Mingala. D’importantes pertes en vies humaines ont été signalées.

Ce jour – là, selon les informations relayées par RNL, « ces assaillants auraient mis en débandade les habitants de la localité. Et le député de Mingala, Gabriel Tchima d’indiquer que le bilan de cette attaque n’est pas encore connu, quoiqu’il eût déploré et confirmé  des pertes en vies humaines et le déplacement massif de population.

« Il y a tuerie d’hommes à Kolo mais le bilan n’est pas connu. Des détonations d’armes lourdes et légères des éléments de l’UPC ont été entendues du matin au soir », avait  indiqué Gabriel Tchima relevant que « pendant qu’on cherche la paix, Ali Darrasa a annexé les chantiers pour s’enrichir»Le chantier de Kolo a été annexé par des hommes armés, remorqués à trois sur des motos en provenance de Bambari (Ouaka) et d’autres sur des chevaux venant de Bria (Haute Kotto). Selon les informations, ces éléments sur place vont attendre les renforts. « Nous sommes enclavés », s’était plaint le député Tchima, soulignant qu’un contingent népalais de la Minusca dépêché sur les lieux n’a pas pu atteindre son objectif à cause de la dégradation d’un pont. Contacté par Radio Ndeke Luka, le chef de Bureau de la Minusca à Bambari indique que la ville de Mingala étant enclavée, empêche une intervention rapide des soldats de la paix ».

Fort de ce qui précède, il faut s’attendre à ce que le martyre de la vaillante, paisible et laborieuse population puisse durer cette fois – ci pendant longtemps. Loin des grandes caméras du monde et dans le silence complice du Gangster de Bangui et son organisation criminelle au pouvoir.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here