Centrafrique : « Message des vœux du nouvel an de l’Imposteur de Bangui » : Nihil novi sub sole !

0
91
MESSAGE A LA NATION
DE SON EXCELLENCE LE PROFESSEUR FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA, PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CHEF DE L’ÉTAT
A L’OCCASION DES VŒUX DU NOUVEL AN 2022
– Centrafricaines, Centrafricains ;
– Compatriotes de la Diaspora ;
– Chers Amis de la République Centrafricaine ;
A l’occasion du nouvel An, c’est encore avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme que je vous souhaite mes Vœux sincères de Paix, de Santé, de Bonheur et de Progrès.
En cet instant solennel, je voudrais, en ma qualité de Père de la Nation, rendre grâce à Dieu, pour sa miséricorde qui s’est étendue sur chacune et chacun de nous tout au long de l’année 2021, et implorer sa bénédiction sur notre Nation, pour l’année 2022.
Je présente particulièrement mes meilleurs vœux à nos forces de défense et de sécurité qui, en dépit de l’embargo sur les armes, continuent d’assurer leurs missions régaliennes avec dévouement, courage et abnégation, parfois au détriment des joies de la vie en famille.
En ces moments de retrouvailles familiales, j’ai une pensée particulière pour tous nos soldats et alliés, Gendarmes et Policiers, tombés au champ d’honneur, pour la paix, la sécurité et la liberté de notre pays.
J’exprime la compassion de la Nation à l’égard de leurs enfants, leurs veufs ou veuves, leurs proches, durement éplorés.
Je pense aussi aux blessés de guerre, aux malades, aux personnes de troisième âge, aux handicapés, aux déplacés internes, aux réfugiés et surtout à nos paysans meurtris par plusieurs années de crises militaro-politiques et les assure de notre solidarité.
Permettez-moi d’associer à ces vœux la MINUSCA et les forces bilatérales russes et rwandaises qui, loin de leurs familles et au prix de leur vie, participent pleinement au rétablissement de la paix et de la sécurité sur notre territoire national.
Je formule enfin les vœux de Paix et de Prospérité pour notre cher et beau pays, la République Centrafricaine.
Mes Chers Compatriotes ;
A l’orée de 2021, nous nous étions engagés à consolider les acquis des cinq années précédentes que nous avons engrangés grâce à notre engagement commun à reconstruire la République Centrafricaine.
Hélas ! Hélas ! C’était sans compter avec les démons des crises militaro-politiques qui, tapis si prêts dans l’ombre, échafaudaient un plan machiavélique et s’apprêtaient à replonger le pays dans le chaos.
En effet, dès les premiers jours de 2021, nous avons fait face à une grave atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, perpétrée par certains compatriotes mûs par leurs intérêts personnels ou devenus de transfuges dans la lutte d’influence géopolitique et géostratégique, regroupés au sein d’une nébuleuse association des malfaiteurs dite « Coalition des Patriotes pour le Changement », CPC.
Dans leur pensée criminelle, les auteurs avérés des malheurs du peuple centrafricain ont choisi de couper le corridor Bangui-Garoua-Boulaï, principale voie de ravitaillement du pays, occasionnant ainsi d’énormes pertes économiques et financières.
Les attaques ciblées contre les ONG humanitaires ont par ailleurs provoqué l’arrêt ou la suspension de la fourniture de l’assistance à nos populations démunies, accentuant ainsi une crise humanitaire déjà aiguë.
Les nouveaux modes opératoires de la C.P.C, telles que l’usage des mines anti personnelles et anti-char et la politique de terre brulée pratiquées dans les régions du Centre, du Sud-Est, du Nord et du Nord-Ouest du pays, portent l’empreinte des terroristes au sein de cette rébellion.
Devant ce péril imminent, nous avons recouru aux accords de coopération militaire signés avec la Fédération de Russie et le Rwanda pour contrer la progression des assaillants.
L’efficacité et le professionnalisme de ces forces bilatérales, déployées aux côtés des forces de défense et de sécurité nationales, ont énormément contribué à rétablir l’ordre public et à restaurer l’autorité de l’Etat sur une bonne partie du territoire national.
Mais croyez-moi, les auteurs, coauteurs et complices de ces crimes de guerre et crimes contre l’humanité, crimes d’ailleurs imprescriptibles, seront recherchés, poursuivis et punis tôt ou tard, par les juridictions compétentes.
Mes Chers Compatriotes ;
Notre pays s’installe progressivement dans la paix. C’est la preuve que le rêve de nos ancêtres, le rêve d’unité, de dignité et de travail, se concrétise lentement mais sûrement.
J’ai relevé, avec fierté que l’année 2021 a vu se consolider la démocratie et la fibre patriotique dans les domaines où l’intérêt du pays l’exige.
J’ai été profondément touché par le renouvellement de votre confiance à l’égard de ma modeste personne pour conduire notre Nation vers un avenir prometteur.
Vous avez prouvé aux yeux du monde que rien ne peut arrêter la marche de notre pays vers son développement ; rien ne peut remettre en cause notre attachement à la démocratie et notre ardent désir de vivre ensemble dans un pays enfin uni et indivisible.
J’ai noté, avec une très grande satisfaction, que le peuple fait désormais corps avec ses forces de défense et de sécurité.
Ce sont d’ailleurs vos renseignements ainsi que vos soutiens multiformes aux efforts de guerre qui ont permis à nos forces de repousser l’ennemi jusqu’ à son dernier retranchement.
La République a certes chancelé, mais elle n’est pas cette fois-ci tombée aux mains des criminels multirécidivistes, à leur grand étonnement.
Ma plus grande satisfaction est d’avoir vu la montée en puissance de nos forces de défense et de sécurité, devenues réellement républicaines et pluriethniques.
Mes Chers Compatriotes;
En dépit du contexte économique particulièrement difficile et en l’absence des appuis budgétaires en 2021, le Gouvernement a continué à travailler pour améliorer les conditions de vie de nos concitoyens.
Ainsi, sur le plan social, nous avons continué à payer, entre autres:
– les arrérages de pensions pour un montant de 3 milliards 872 millions de FCFA, représentant le solde des arriérés de pensions sur les livrets délivrés depuis 1985 au 30 novembre 2021 ;
– les arriérés des fournisseurs au titre de l’exercice 2020 pour un montant de 5 milliards 32 millions de FCFA ;
– les subventions relatives à la filière coton pour un montant de 933 millions de FCFA ainsi que les arriérés salariaux de la filière pour un montant de 166 millions de FCFA ;
– les frais de vacation du Fondamental 2 pour un montant de 285 millions de FCFA ;
– les arriérés de salaires de décembre 2001 pour un montant de 2 milliards 100 millions de FCFA au nom du sacrosaint principe de continuité de l’Etat ;
– les bourses d’études pour un montant d’un (1) milliard 712 millions 32 mille 500 FCFA.
Le Gouvernement a signé un programme de référence, sans financement, avec le FMI dont la bonne exécution sur une période de 7 mois nous permettra de revenir à la Facilité Elargie de Crédit qui est un programme avec financements au 2ème semestre 2022.
Un Plan Stratégique de Développement 2022-2025, contenant la cartographie de toutes les réformes nécessaires à la modernisation de nos finances publiques, a été élaboré avec la participation de tous les bailleurs.
Aussi, la Table ronde des bailleurs du 15 novembre 2021 a permis d’enregistrer des engagements sur le financement de ces réformes.
Le Gouvernement a confirmé sa contribution d’un (1) milliard de FCFA sur le Budget 2022, ce qui démontre suffisamment notre détermination à accélérer les réformes des finances publiques.
Dans le domaine de la défense et de la sécurité nationales, la mise en œuvre du Plan National de Défense et du Plan Global de Redimensionnement et de Redéploiement des Forces de sécurité intérieures a permis de recruter en 2021 :
– 3.330 jeunes pour les FACA, soit un effectif de 6.218 jeunes militaires en 5 ans, le tout appuyé par la construction de la première base logistique militaire au PK 22 ;
– 651 Gendarmes, soit un effectif global de 1203 jeunes Gendarmes ;
– 949 jeunes Policiers, tous déterminés à remplir efficacement leurs missions régaliennes, à la satisfaction totale de la population.
La volonté affichée des jeunes Compatriotes à défendre leur pays, nous incite à poursuivre les recrutements en 2022, afin d’atteindre les objectifs fixés dans les plans nationaux que je viens de rappeler.
Dans le domaine de la Santé, le Gouvernement a mobilisé 90 milliards 500 millions de FCFA auprès des partenaires techniques et financiers.
Nous avons enregistré une réduction de la mortalité du couple mère/enfant qui est passés de 283 en 2020 à 212 en 2021, soit 25%, grâce à la mise en œuvre des dix (10) domaines d’impulsion présidentielle.
Notre pays a confirmé son statut de pays libre de la Poliomyélite sauvage décerné par l’OMS en août 2020.
Pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle et infantile, j’annonce le lancement en 2022 de deux nouvelles initiatives, à savoir : « Zéro décès lié au paludisme chez les enfants de moins de 5 ans » et « Zéro dose de vaccin chez les enfants ».
Dans le domaine spécifique de la lutte contre le COVID-19, nous avons pu mobiliser plus de 5 millions de doses de vaccins dont près d’un million cinq cents mille ont été déjà reçus.
Ainsi, en 2021, on a enregistré plus de 500.000 primo vaccinés, soit environ 17 % de la cible nationale, et 9% de la population ont été complètement vaccinés.
Ces chiffres placent notre pays au-dessus de la moyenne observée dans la Région Africaine par l’OMS qui est de 5,7%, ce qui est un exploit pour un pays en crise.
Je tiens donc à remercier et féliciter tous les acteurs nationaux et internationaux de la lutte, les ONG Humanitaires et l’Institut Pasteur de Bangui, pour les sacrifices consentis pour sauver nos populations.
Je saisis cette occasion pour renouveler notre gratitude à la Facilité COVAX, aux Etats-Unis d’Amérique et à la République Populaire de Chine qui ont été nos principaux pourvoyeurs en vaccins.
Notre objectif pour 2022 est de vacciner au moins 70% de la population totale, conformément aux objectifs fixés par l’Union Africaine.
En dépit de ces résultats encourageants, nous constatons ces derniers mois une recrudescence de décès des personnes non vaccinées. Le nombre de cas positifs a également doublé entre novembre et décembre.
C’est l’occasion de réitérer mon appel à la mobilisation et au respect de toutes les mesures de prévention, car c’est la combinaison des mesures de surveillance, de la vaccination et des mesures barrières qui permettront de mieux protéger la population contre cette pandémie et d’en limiter la propagation et l’impact.
Mes Chers Compatriotes ;
Je me réjouis des résultats obtenus cette année dans la mise en œuvre de mon projet de réduction de la pauvreté de nos populations rendues vulnérables par plusieurs années de crises.
En effet, grâce au soutien financier de la Banque Mondiale, le Gouvernement a initié un Projet d’Appui aux communautés affectées par la crise, notamment les déplacés internes et les réfugiés.
Devant le succès du premier financement de 14 milliards de FCFA qui a permis d’appuyer 15.872 ménages déplacés dans les 6 villes les plus touchées en 2016, le projet a bénéficié d’un financement additionnel de 16 milliards de FCFA pour les années 2021-2022.
Ce financement vise, à travers le projet Filet social de protection et de réduction de la pauvreté, à appuyer au moins 50.000 ménages vulnérables déjà identifiés dans les villes de Bangui, Bouar, Bria, Paoua, Bambari et Kaga-Bandoro.
Ce projet social sera exécuté sur deux ans et étendu aux 20 Préfectures de notre pays, ayant les mêmes niveaux de vulnérabilité.
J’ai noté avec satisfaction qu’en décembre, plus de 440 millions de FCFA ont été transférés aux 16.800 ménages identifiés dans la ville de Bangui, afin de soutenir leur réinstallation.
En 2022 nous organiserons, avec l’appui du HCR, le rapatriement de plus de 52 000 Centrafricains réfugiés dans les trois (3) pays d’accueil avec lesquels le Gouvernement a signé des Accords Tripartites.
Mes Chers Compatriotes ;
En 2021, la République Centrafricaine a confirmé sa place dans le concert des Nations et fait entendre sa voix sur les grands défis mondiaux et les grands problèmes politiques contemporains, lors des grandes rencontres internationales.
Ainsi, à l’occasion de la 76ème Session Ordinaire de l’Assemblée Générale des Nations-Unies, tenue en septembre 2021, j’ai rappelé la nécessité et l’urgence des réformes profondes afin de revitaliser les organes de l’ONU et redonner sens aux principes, valeurs et engagements contenus dans la Charte des Nations-Unies.
En octobre 2021, nous avons participé au Sommet de la COP 26, tenu à Glasgow, au Royaume-Uni.
Au cours de cette rencontre qualifiée de dernière chance pour la survie de l’humanité, les dirigeants du monde ont pris conscience de la vulnérabilité de notre planète et de la nécessité d’adopter des mesures très restrictives pour lutter contre les changements climatiques.
La République Centrafricaine a insisté sur l’obligation pour les pays développés, grands pollueurs, de financer la mise en œuvre efficiente des contributions déterminées au niveau national par les pays en développement.
Dans la lignée de mon précédent quinquennat et de la mise en œuvre d’une diplomatie innovante, orientée vers le développement, 2022 sera l’année du renforcement de notre coopération et des liens d’amitié et fraternels avec tous les pays du monde, désireux de nous aider à sortir de l’interminable crise sécuritaire, de la pauvreté et du sous-développement.
Je souhaite que 2022 soit une année charnière pour les investissements innovants en République Centrafricaine afin de créer de l’emploi et des ressources pérennes, fournissant ainsi à notre jeunesse une autre alternative que les armes et la violence.
C’est d’ailleurs pour encourager des investissements privés étrangers que j’ai pris part personnellement à l’Expo 2020 de Dubaï, le 13 décembre.
A l’occasion de ce grand événement mondial, j’ai ouvert la Journée Internationale de la République Centrafricaine, véritable forum économique au cours duquel les nombreuses potentialités naturelles et opportunités d’affaires dont regorge notre pays ont été présentées devant un parterre d’investisseurs sérieux.
Dans ce même but, nous avons participé, le 18 décembre, au Sommet Afrique-Turquie au cours duquel nous avons salué le partenariat stratégique entre la Turquie et l’Afrique, notre continent.
La République Centrafricaine s’est donc engagée à œuvrer tant sur le plan multilatéral que bilatéral au développement de ce partenariat que nous souhaitons équilibré et mutuellement bénéfique.
Le développement exige aussi, mes Chers Compatriotes, de l’énergie et des nouvelles technologies.
C’est pourquoi, en 2021, nous avons :
– augmenté la capacité de la Centrale hydroélectrique de Boali- 2 de 10 à 20 mégawatts portant la puissance du système interconnecté Boali-Bangui à 28 mégawatts ;
– installé 4 nouveaux groupes thermiques d’une puissance totale de 10 mégawatts, portant la capacité en thermique à 18 mégawatts ;
– remplacé les 5 turbines de Boali-1 et réhabilité les groupes de la Centrale thermique de Bangui, faisant passer sa capacité de 2,5 mégawatts à 8 mégawatts.
Toutes ces réalisations ont permis, comme vous le constatez dans vos ménages, d’améliorer la production et la distribution de l’électricité à Bangui.
La situation pourra être nettement améliorée en 2022, avec la finalisation des projets de construction des champs solaires de DANZI d’une puissance de 25 mégawatts et de SAKAÏ d’une puissance de 15 mégawatts.
Dans le secteur des mines, le Gouvernement a procédé à l’élaboration de l’avant-projet du Code Minier pour le rendre plus attractif ainsi qu’à l’amélioration de l’accès à l’information géo-scientifique ; la lutte contre les fraudes minières, l’informatisation du cadastre minier par le développement de la Stratégie de mise en valeur du secteur minier et pétrolier et la création d’une base de données géologiques.
Ces efforts se poursuivront en 2022 pour la levée totale de l’embargo sur nos diamants afin de booster l’économie nationale.
Les perspectives dans les domaines de l’agriculture, de l’agro-industrie, des infrastructures, de l’économie numérique à travers le projet Backbone à fibre optique, le renforcement des lois régissant les communications électroniques et l’adoption du projet de loi sur les transactions financières sont bonnes.
En 2022, le Gouvernement devra se concentrer sur les principales priorités du moment, notamment le rétablissement de la paix, la sécurité, la promotion des droits humains, la lutte contre la corruption et les détournements des deniers publics, les réformes des finances publiques, pour stimuler une croissance économique durable et renforcer la résilience de la population.
Mes Chers Compatriotes ;
Je dois vous rappeler que sans la paix, nous ne pouvons pas construire quelque chose de solide dans ce pays en partage. Tout effort de développement, et vous conviendrez avec moi, doit être axé sur la paix et la sécurité.
C’est pour créer les conditions propices au retour de la paix, de la sécurité et de la tenue du Dialogue républicain que j’ai déclaré, en octobre dernier, un cessez-le-feu unilatéral et immédiat, dans le cadre de la mise en œuvre de la Feuille de route conjointe de Luanda.
Il nous reste à mobiliser les moyens pour la matérialisation des engagements pris par la C.P.C, en ce qui concerne notamment le cantonnement des ex-combattants et le DDRR.
Je voudrais réaffirmer ce soir que la guerre n’a jamais été l’option de mon Gouvernement.
C’est pourquoi, je réaffirme mon attachement à l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation du 6 février 2019 et à la Feuille de route conjointe de Luanda, voies idéales pour un retour définitif de la paix, de la sécurité et du relèvement de notre pays.
Dans la même veine, j’ai souhaité que le Dialogue républicain soit organisé avant la fin de cette année pour nous permettre d’entrer dans la nouvelle année les cœurs légers, battant à l’unisson et disposés à de bonnes actions pour le bien de tous.
Malheureusement, tirant prétexte d’une demande de levée d’immunité parlementaire, régulièrement introduite par la justice et concernant trois Députés de la Nation, une partie de l’opposition démocratique a retiré ses représentants du Comité d’organisation du Dialogue, paralysant ainsi le fonctionnement dudit Comité.
Je tiens à rappeler, afin qu’on n’en ignore, que notre Constitution consacre de manière péremptoire l’indépendance de la justice et l’égalité de tous les citoyens devant la loi, sans distinction de race, d’origine ethnique, de région, de sexe, de religion, d’appartenance politique et de position sociale.
Arrêtons de prendre en otage notre pays pour satisfaire des intérêts personnels ou étrangers.
Mes Chers Compatriotes ;
Un autre défi nous attend en 2022. Je veux évoquer les élections locales devant implémenter l’ancrage démocratique de notre pays.
Ces élections, pour lesquelles je vous exhorterai à participer à tout le processus d’organisation, reflèteront à nouveau, j’en suis persuadé, la fermeté de notre foi dans la paix et notre attachement à la démocratie comme seul mode de gouvernance de notre pays.
Les principaux défis de ces élections locales restent sécuritaires et financiers.
A ce propos, je remercie le Conseil de Sécurité des Nations-Unies qui a étendu le mandat de la MINUSCA, entre aux, à l’appui au Dialogue républicain et aux élections locales, à l’extension de l’autorité de l’Etat, au déploiement des forces de sécurité et au maintien de l’intégrité du territoire.
Mes Chers Compatriotes ;
En dépit des défis que je viens de rappeler, nous accueillons l’année 2022 avec beaucoup d’espoir et d’espérance.
J’ai la conviction que l’année 2022 nous apportera un avenir meilleur, à la seule condition que nous soyons plus unis et si nous nous mettions résolument au travail.
En effet, Dieu qui nous a connus d’avance nous a prédestinés à vivre ensemble dans ce grand, beau et riche pays qu’il nous a donné et qui fait l’objet des convoitises, bien souvent préjudiciables à son développement.
Pour cette nouvelle année, je vous exhorte à cultiver l’amour, la paix, la tolérance, le patriotisme et l’unité nationale.
Nous devons réapprendre à vivre ensemble, à nous faire confiance réciproquement, à unir nos forces pour construire notre pays, avec toutes les raisons d’espérer un avenir meilleur.
C’est donc sous le signe de l’espérance, espérance de paix et de progrès pour chacune et chacun de nous, espérance pour notre pays, que je voudrais terminer mon message de vœux.
Bonne et heureuse année 2022 !
Que Dieu vous bénisse et bénisse la République Centrafricaine!
Je vous remercie.
La Renaissance

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here