Centrafrique : Madame Annie Michelle Mwanga ou le prototype des ministres véreux, mafieux et sans scrupules ?

0
75
Madame Annie Michelle Mwanga ou le prototype des ministres véreux, mafieux et sans scrupules ?
C’est la question de fond que l’on est tenté de se poser dans une histoire à dormir debout qui se déroule actuellement au sein du département du travail, de l’emploi de la protection sociale et de la formation professionnelle sur fond de mafia, copinage et détournements en bande organisée. Une situation qui met en branle les fonctionnaires dudit département ne supportant pas la manière à laquelle cette parachute ministre nommée Annie Michelle Mwanga pilote ledit ministère. Zut !
Ah oui ! Vous pouvez vous en douter, mais pas jusqu’à s’enivrer devant ce qui se passe au pays de nulle part ailleurs. Pays, où les dépositaires de l’autorité de l’Etat jouent au gangstérisme et banditisme administratifs. Voyons !
C’est bien dommage que c’est de cette manière que le piètre personnage public dame Michelle Mwanga s’est comportée de la sorte. Une femme sans scrupule qui met son nez à des endroits où elle ne devrait pas.
C’est ainsi qu’elle nomme des copines à des postes juteux par ici, des marchés de prestations de services attribués à des proches par là et sans compter les manœuvres dilatoires qu’elle s’adonne, causant du tort à certains collaborateurs fonctionnaires dudit département.
Être ministre veut dire quoi ? C’est être au dessus de la loi ? Ah non !
Mieux se comporter en personnalités publiques. L’image que tout personnage imbu de minimum de décence morale doit afficher. Mais !
Ailleurs, avant d’être nommé ministre de la République, il y a un certain nombre de critères de comportements qui obéit au choix. On ne nomme pas par un coup de tête des personnages au passé trouble pour les satisfaire. Il s’agit bel et bien de la gestion de la publique, soit-il ministres de la République ou autres fonctions de haut niveau. Normalement !
Venons en au fait. Le ministère du travail, de l’emploi, la protection sociale et de la formation professionnelle a sous sa tutelle les offices parapublics telles que la caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) et l’agence centrafricaine de formation professionnelle et de l’emploi (ACFPE). Lesquels offices jouissant de l’autonomie mènent des activités en toute indépendance de leur département de tutelle.
Des lois organiques et textes officiels sont votés voire motivés pour réglementer la gestion de ces différentes structures par leur département de tutelle. De sorte qu’aucun kopeck ne peut quitter l’une de ces structures pour atterrir dans la poche du ministre ou encore moins dans la caisse de dudit département.
Mais, qu’en est-il du rapport de la mafieuse et bandite dame Michelle Mwanga ? Catastrophe !
Cette parvenue nommée Annie Michelle Mwanga fait de l’ACFPE sa vache à lait. Où elle se sert allègrement dans sa caisse avec certaines manœuvres dilatoires qui ne disent pas son nom.
Pour ce faire, la ministre Michelle Mwanga et son petit pompier pardon chargé de mission en matière de l’emploi Ganago font la pluie et le beau temps au sein de leur département aussi bien à la direction générale de l’ACFPE. Au point de faire des mouvements de certains fonctionnaires de cette structures, sans l’avis préalable du conseil d’administration statutairement responsable.
Mise à part, cet aspect de la chose, l’ACFPE en violation flagrante de certaines dispositions textuelles en vigueur, ouvre une ligne sur laquelle est financée le carburant de la ministre Michelle fils de Mwanga, à hauteur de 500.000 mensuellement. Diantre !
Quant à la manière à laquelle l’entreprise EFN dont le gérant n’est autre que le cousin germain de la ministre Mwanga, sieur Christian GUERENGOUMBA a obtenu le monopole des marchés au sein de ce département, Dieu seul sait. Sinon, inutile de lever le coin de voile sur la situation du restaurant de l’ACFPE transformé en ATELIER DE COUTURE géré tenez-vous bien par la ministre elle-même.
En passant nous vous signalons que la ministre Michelle Mwanga descend plus bas que la terre en s’attribuant les tâches de décorations, restaurations, couture et agence de voyage. Disant qu’elle même se déplace pour discuter et gérer ces petites tâches souvent avec certaines de ses copines.
A la question de savoir pourquoi cette Annie Michelle Mwanga traîne toujours derrière elle tant des copines ? Mystère !
Attrapez nous au prochain numéro pour la suite à donner à certaines préoccupations.
Le Quotidien de Bangui
Lu Pour Vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici