Centrafrique : M. Touadéra, quid des mercenaires centrafricains partis combattre en Russie contre l’Ukraine ?

0
237

 

Présence annoncée des rebelles étrangers en Russie pour se battre contre l’Ukraine

Des dizaines d’anciens rebelles d’un groupe accusé de viol et de torture en République centrafricaine sont entraînés pour combattre en Ukraine, ont déclaré des responsables au Daily Beast.

ABUJA, Nigéria—Plus d’une centaine d’anciens rebelles de la République centrafricaine (RCA) emmenés par le tristement célèbre groupe Wagner—qui est dirigé par l’un des plus proches associés du président Vladimir Poutine—vers la Russie le mois dernier pour un entraînement militaire devraient se battre en Ukraine, trois des responsables gouvernementaux ont déclaré au Daily Beast.

Selon deux officiers supérieurs de l’armée et un responsable du ministère de la Défense en RCA, plus de 200 soi-disant anciens rebelles, qui travaillaient pour le groupe militant de l’Union pour la paix (UPC) et faisaient également partie d’une coalition de combattants des principaux groupes rebelles créée en 2020 pour perturber des élections générales en Centrafrique, s’est rendu à Moscou début février pour un entraînement militaire qui devait initialement durer des semaines dans un camp de Wagner.

Sur le nombre de personnes qui ont voyagé, selon les responsables, seuls 100 sont retournés en RCA début mars tandis que les autres sont restés en Russie pour être déployés en Ukraine.

« Le plan initial, d’après ce qu’on nous a dit [à l’armée centrafricaine], était que ces anciens rebelles recevraient une formation au combat, y compris comment manipuler des armes de fabrication russe, puis rentreraient chez eux avant d’être déployés dans des endroits où travaillent des instructeurs russes », un officier, qui travaille au quartier général militaire de la capitale centrafricaine, Bangui, a déclaré au Daily Beast. « Plus tard, nous avons entendu dire que certains resteraient à Moscou et se dirigeraient plus tard vers l’Ukraine. »

« Ces anciens rebelles qui ne sont pas revenus seront certainement impliqués en Ukraine, soutenant les Russes », a déclaré un responsable du ministère de la Défense de la RCA au Daily Beast. « C’est la raison pour laquelle ils sont restés en Russie. »

Un cousin de l’un de ceux qui se sont rendus à Moscou a déclaré au Daily Beast que son parent, qui ne faisait pas partie de ceux qui sont revenus au début du mois, l’avait informé qu’il combattrait en Ukraine avant son départ pour la Russie et que lui-même connaissait six autres anciens rebelles de l’UPC qui ne sont pas également rentrés chez eux.

« Ils [les anciens rebelles] disaient à tout le monde autour d’eux qu’ils allaient en Russie pour s’entraîner et ensuite se rendre en Ukraine », a déclaré Hatem Awal, dont le cousin a combattu pour l’UPC pendant un peu plus d’un an jusqu’à ce qu’il se rende aux forces centrafricaines. en 2021. « Quand on ne les a pas vus revenir avec les autres, on n’a pas été surpris. »

Alors que des dizaines d’ex-rebelles se préparent pour l’Ukraine, le groupe Wagner aurait l’intention de déployer les 100 anciens combattants de l’UPC qui sont revenus de Russie au Mali, pays d’Afrique de l’Ouest, où la société militaire privée aide la junte militaire du pays à combattre les djihadistes troublant le nation.

« Ils [les 100 rebelles de l’UPC entraînés par la Russie] devraient partir pour le Mali à la fin du mois », a déclaré au Daily Beast un officier militaire attaché au quartier général de la défense de la RCA dans la capitale, Bangui. « Pour l’instant, on leur a dit de passer du temps avec leurs familles jusqu’à ce qu’il soit temps de voyager [au Mali]. »

Au cours des quatre derniers mois, des centaines de rebelles de l’UPC se sont rendus au gouvernement centrafricain. Dirigée par Ali Darassa, un ressortissant nigérian qui a été sanctionné en décembre dernier par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département américain du Trésor, l’UPC – dont les militants de l’OFAC ont déclaré avoir « tué, torturé, violé et déplacé des milliers de personnes » depuis sa fondation en 2014 – est le plus puissant des groupes armés centrafricains et contrôle de vastes régions du pays, mais les incitations offertes par le gouvernement et Wagner aux combattants du groupe, y compris les promesses que les rebelles qui ont abandonné l’UPC travailleraient en étroite collaboration avec les troupes centrafricaines et mercenaires de Wagner pour combattre d’autres rebelles, semble avoir fait de nombreux changements de camp.

Dans la même semaine où les 100 rebelles sont retournés à Bangui, des vidéos montrant des hommes armés se faisant passer pour des soldats centrafricains et se déclarant prêts à combattre en Ukraine ont commencé à apparaître sur Twitter et sur les chaînes russes Telegram (Poutine, bien sûr, a publiquement encouragé les combattants étrangers à rejoindre Russie en Ukraine). Dans l’une des vidéos, The Daily Beast a identifié la statue de l’ancien dirigeant centrafricain Jean-Bédel Bokassa située à l’entrée du camp de Berengo, près de Bangui, où des mercenaires Wagner entraînent des soldats centrafricains.

« Ils travaillent en étroite collaboration avec les instructeurs russes. »

« Oui, les personnes dans les vidéos sont des soldats centrafricains qui travaillent en étroite collaboration avec des instructeurs russes au camp de Berengo », a déclaré en privé un officier, qui travaille au quartier général militaire de Bangui, au Daily Beast. « Le quartier général militaire ne détermine pas vraiment comment les soldats opèrent là-bas. Les Russes oui.

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine, plusieurs rassemblements pro-russes ont eu lieu à Bangui, sous le regard des mercenaires russes et des forces centrafricaines. Les responsables affirment que les forces gouvernementales ont reçu l’ordre de protéger les militants qui affichent leur soutien à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Le gouvernement a dit à l’armée d’assurer une sécurité adéquate aux personnes qui se mobilisent pour soutenir la Russie afin qu’elles ne soient pas prises pour cible par des groupes armés », a déclaré l’officier du quartier général militaire. « Pour le gouvernement, ces rassemblements pro-russes montrent également que le pays apprécie les efforts de la Russie en RCA et soutient ce qu’elle fait en Ukraine ».

Selon une estimation des Nations Unies, plus de 2 000 mercenaires russes engagés par le groupe Wagner – une organisation militaire privée qui existe illégalement en vertu de la loi russe mais est financée par l’ami proche de Poutine, Yevgeny Prigozhin – étaient présents en RCA au moins jusqu’à l’année dernière. Mais, comme The Daily Beast l’a rapporté en exclusivité en janvier, ce nombre a commencé à diminuer au début de l’année lorsque Wagner a commencé à retirer des dizaines de ses soi-disant « instructeurs militaires » de la nation africaine agitée vers l’Europe de l’Est en vue de l’invasion de l’Ukraine.

Depuis le début de la guerre le mois dernier, Wagner a fait la une des journaux. Le Times de Londres a rapporté peu de temps après l’invasion russe que les mercenaires du groupe avaient été transportés par avion en Ukraine depuis l’Afrique dans le cadre d’une mission visant à assassiner le président Volodymyr Zelensky, tandis que le ministère ukrainien de la Défense a déclaré dimanche qu’un autre groupe de combattants de Wagner était arrivé en Ukraine sur un mission de tuer le dirigeant ukrainien et d’éliminer d’autres politiciens ukrainiens de haut rang, dont le chef de cabinet présidentiel Andriy Yermak et le Premier ministre Denys Shmyhal.

La semaine dernière, le général Stephen Townsend, le commandant en chef des forces militaires américaines en Afrique (AFRICOM) a déclaré à VOA que le groupe Wagner avait tenté d’enrôler une partie de son personnel en Afrique pour se battre pour la Russie, affirmant que l’AFRICOM voyait des efforts pour recruter des Unités de Wagner pour l’Ukraine. Ceux qui travaillent en étroite collaboration avec les Russes en Afrique disent que les unités de Wagner se sont maintenant élargies pour inclure des combattants africains.

« Parce qu’ils travaillent en étroite collaboration avec les instructeurs russes, nous pouvons pratiquement dire que les anciens rebelles de l’UPC sont une unité des Russes », a déclaré l’officier militaire centrafricain au quartier général militaire. « Personne ne conteste ce fait. »

Daily Beast

Lu Pour Vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here