Centrafrique : M. Sarandji et Messieurs les députés, voici ce que Touadéra a dit du « Gouvernement Moloua » !

0
148
DISCOURS INAUGURAL
DE SON EXCELLENCE LE PROFESSEUR FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT
A L’OCCASION DU PREMIER CONSEIL DES MINISTRES
-=-=-=-=-=-=-=-=-
BANGUI, 10 FEVRIER 2022
– Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
– Messieurs les Ministres d’Etat ;
– Mesdames et Messieurs les Ministres ;
Je voudrais, avant tout propos, féliciter Monsieur Félix MOLOUA, Premier Ministre, Chef du Gouvernement et lui renouveler toute ma confiance et mes vœux de succès dans sa lourde mission au service de la République.
Je voudrais également vous féliciter, vous tous, Ministres d’Etat, Ministres et Ministre Délégué, pour votre confirmation au Gouvernement.
En prenant, en accord avec le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le décret portant votre confirmation comme membres du Gouvernement, j’ai voulu vous renouveler ma confiance et mon encouragement à continuer à travailler pour notre pays en partage.
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
Le 23 juin 2021, je vous appelais à mes côtés pour m’aider à mettre en œuvre le projet de société qui a été approuvé par la majorité de nos compatriotes, par ma réélection, dès le premier tour de l’élection présidentielle du 27 décembre 2020.
A l’occasion du 1er Conseil des Ministres, du 29 juin 2021, je vous rappelais mon ambition de construire un Etat de droit, de bâtir un Centrafrique nouveau, fort, uni, prospère, privilégiant le dialogue, la justice et l’esprit de réconciliation nationale.
Pour y parvenir, je vous avais rappelé les axes majeurs de la Politique de la Nation que j’ai définie, en mettant l’accent particulièrement sur :
– la paix, la sécurité, la réconciliation nationale ;
– la relance économique, la gestion durable des ressources naturelles ;
– la promotion de l’emploi pour les jeunes et les femmes ;
– la lutte contre l’impunité, la lutte contre la corruption et les détournements de deniers publics ;
– la lutte contre les messages de haine et les désinformations pour ne citer que ceux-là.
Après 8 mois d’activités, les résultats sont mitigés, même si des progrès notables ont été enregistrés dans certains domaines.
J’ai eu le temps pendant 8 mois de collaboration, de vous observer, de vous apprécier, de mesurer votre réel engagement ou non à mes côtés, et votre loyauté vis-à-vis de la République.
A la lumière de vos réalisations et au regard des résultats obtenus, je dois affirmer que vous pouvez mieux faire.
Mais j’ai aussi la responsabilité de vous dire que vous devez doubler d’efforts, au regard de quelques insuffisances relevées sur plusieurs plans.
A titre d’exemples, j’ai relevé la lenteur dans l’exécution des décisions prises en Conseil des Ministres, des instructions présidentielles, le déficit de management du personnel administratif mis à votre disposition, le refus de répondre aux interpellations de l’Assemblée Nationale, sur les questions orales ou écrites.
Certains Membres du Gouvernement se rendent inaccessibles non seulement pour leurs collaborateurs, mais plus graves, refusent de recevoir les partenaires, rendant ainsi impossible la mise en œuvre de certains projets vitaux pour la population.
D’autres travaillent pour eux-mêmes et non pour l’intérêt général.
Par ailleurs, les nombreuses missions à l’étranger, le plus souvent mal organisées ou non suivies, n’ont apporté aucune plus-value à l’action gouvernementale.
Au regard du contexte particulier du pays, marqué par la pandémie du COVID 19, la rareté des ressources domestiques, les sanctions injustes infligées au pays pour des motifs d’opportunité géopolitique et géostratégique, je vous exhorte davantage à œuvrer en apportant chacun en ce qui le concerne une contribution significative et efficiente pour la réussite de la mission que le peuple centrafricain m’a confiée.
Je sais que des difficultés existent ; mais elles ne sont pas insurmontables.
Dans le délai prévu par la Constitution, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement présentera le Programme de politique générale du Gouvernement, à l’effet de solliciter et obtenir la confiance absolue de l’Assemblée Nationale.
Je vous invite à y travailler d’arrache-pied pour remplir cette obligation dans le délai constitutionnel.
Les lettres de missions qui vous seront données par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, vous rappelleront les principaux axes de mon programme de société, leurs échéances d’exécution et les adaptations nécessaires.
– Messieurs les Ministres d’Etat ;
– Mesdames et Messieurs les Ministres ;
Je voudrais insister sur certain nombre d’obligations qui, comme je l’avais rappelé le 29 juin 2021, constituent une sorte de déontologie du Gouvernement, à savoir :
– la solidarité gouvernementale ;
– la discrétion ;
– le devoir de réserve ;
– l’écoute ;
– la culture du résultat ;
– l’obligation d’intégrité qui induit un devoir de probité morale et de loyauté envers la Nation.
Tout en vous exhortant à maintenir les acquis du premier mandat, je vous demande d’accélérer les réformes, de travailler à répondre de manière efficace aux besoins sociaux de la population, à réduire le train de vie de l’Etat et à intensifier la lutte contre la corruption.
J’en appelle à la solidarité gouvernementale. Je vous demande de rester unis, car seule l’union peut nous permettre de surmonter les défis de tous genres qui se posent à notre pays.
En terminant, je voudrais vous réitérer mes félicitations et vous assurer de ma confiance.
Je vous remercie.
La Renaissance

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here