Centrafrique : l’inclinaison de Moscou présente des risques

0
149
KD2HPH Sochi, Russia. 9th Oct, 2017. Central African Republic President Faustin-Archange Touadera looks on during talks with Russia's Foreign Minister Sergei Lavrov (not in picture), at the Rus Hotel. Credit: Alexander Shcherbak/TASS/Alamy Live News

 

17 SEPTEMBRE 2021

Le président s’appuie de plus en plus sur la Russie, mais celle-ci pourrait ne pas être en mesure de le protéger contre une éventuelle réduction des fonds due aux violations des droits de l’homme et au vol d’aide.

Le président Faustin-Archange Touadéra double sa dépendance à l’égard de tout ce qui est russe – de la cyberguerre à la propagande, en passant par les mercenaires du groupe Wagner et même le commerce des diamants. Mais les analystes de Bangui pensent qu’il met en péril le soutien continu de l’Union européenne et de l’ONU, deux des plus gros bailleurs de fonds des structures gouvernementales et de l’aide d’urgence qui enquêtent sur des détournements importants de fonds.

Et puis il y a la situation sécuritaire imprévisible. À la mi-octobre, la saison des pluies devrait être terminée, et les milices, ravisseurs et mercenaires seront à nouveau en mouvement, avec le risque de violence atteignant un nouveau sommet. Le chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Casques bleus des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca), Mankeur Ndiaye, a qualifié la période actuelle de pire pour les violations des droits humains et les atrocités à ce jour.

Touadéra réfléchit, comme le souhaitent certains de ses partisans, à changer la constitution afin d’obtenir un troisième mandat alors même que la résistance des donateurs et de la région grandit. Des diplomates à Bangui disent que Touadéra a pris l’Occident pour acquis et sans son argent, il aurait des ennuis.

Le président a eu une relation chaleureuse avec l’ambassadeur de l’UE, l’italien Samuela Isopi, maintenant promu au poste d’envoyé au Nigeria et à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Ecowas). Cela survient après quatre ans de ce que les experts ont appelé un soutien sans critique au titulaire. Le gouvernement français la considérait comme anti-française et trop molle sur le pillage des fonds d’aide par le régime, entend-on. Maintenant qu’elle n’est plus à Bangui, la France fait pression pour une position plus dure sur le vol d’aide et des mesures contre les violations généralisées des droits humains par les partisans du régime.

Les sommes en jeu sont infimes par rapport à ce que Bruxelles, la Banque mondiale et d’autres dépensent au Congo-Kinshasa, par exemple, mais ont un impact majeur dans un pays de seulement 4 millions d’habitants. Cela a permis aux autorités d’ignorer l’ampleur des pillages à Bangui, selon des sources. Le vice-président de la Banque mondiale, Ousmane Diagana, est en visite à Bangui cette semaine et il devrait bientôt devenir clair ce que la banque entend faire à ce sujet.

La Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) s’impatientent également avec Touadéra. Ils veulent également une solution durable à la violence. Cela signifie négocier avec la myriade de groupes armés du pays et non, comme semble l’espérer Touadéra, une supériorité militaire totale via le groupe Wagner. Un mini-sommet des chefs d’État de la CIRGL s’est réuni à Luanda le 16 septembre et a adopté une feuille de route sur les négociations, mais son contenu n’a pas été révélé. La question controversée de savoir si l’ex-président François Bozizé devrait participer aux pourparlers est toujours en suspens alors que les chefs d’État se rendent à New York pour l’Assemblée générale des Nations Unies de ce mois (AC Vol 62 No 15, Clash of the leaders).

Une autre question n’aidera pas Touadéra, s’il décide de concilier les forces occidentales et régionales – la violente milice de jeunes, les « Requins », qui opère pour le parti présidentiel sans reconnaissance. Il terrorise Bangui et cible les personnes de l’ethnie Gbaya dans la capitale et à l’extérieur, en particulier dans le nord-ouest et l’est (AC Vol 62 No 11, Touadéra penche vers Moscou, perdant le soutien occidental).

Le 12 août, Karim Meckassoua, l’un des principaux opposants et ennemi acharné de Touadéra, a été destitué du parlement par la Cour constitutionnelle, levant son immunité de poursuites dans une décision que tous pensent avoir été influencée par Touadéra. Le tribunal a rapidement attribué le siège de Meckassoua à un membre du Mouvement Cœurs Unis du Président (MCU – « United Hearts Movement »).

Le tribunal n’a jamais été un modèle d’indépendance judiciaire, mais cette action a été prise comme une preuve supplémentaire que Touadéra a pris le contrôle personnel de l’État et que ses ennemis feraient mieux de se plier ou de partir. Meckassoua a lu les panneaux et a traversé le fleuve Oubangui au Congo-K pendant qu’il le pouvait encore.

Meckassoua était une cible depuis un certain temps. Les Russes avaient comploté contre lui et c’est contre toute attente qu’il parvint à remporter un siège parlementaire. Utiliser le court était la dernière option pour Touadéra. La présidente autrefois respectée du tribunal, Daniele Darlan, a pris congé et la décision a été rendue par son adjoint.

Autre signe de la confiance en soi du régime – ou du succès des intimidations –, le Premier ministre Henri-Marie Dondra a reçu le 18 août un vote de confiance au Parlement soutenu par 123 voix contre 2. Son discours exposant les ambitions du gouvernement pendant les 10 années suivantes a été pleine de promesses extravagantes, mais presque tous les députés, y compris les principaux membres de l’opposition et Martin Ziguélé, ont voté pour. Les orateurs se sont contentés de critiquer la France mais personne n’ose évoquer la mauvaise conduite de Wagner dans le climat de peur actuel.

Selon des preuves anecdotiques, chaque fois qu’une personne dans une conversation critique les Russes, les autres se taisent au cas où ce serait un stratagème pour expulser les dissidents. Il y a eu une centaine de disparitions à Bangui cette année. Les gens de la ville ne sont pas habitués à ce niveau d’intimidation. Les journalistes enquêtant sur les violations des droits humains par les Russes n’ont déposé leurs articles qu’après avoir quitté le pays.

Touadéra s’empresse de préparer un « dialogue républicain » national pour prouver qu’il travaille pour un règlement de la crise nationale, qu’il aimerait être financé de l’étranger, mais la confiance dans le processus est faible car les fidèles du MCU sont en charge de ce Forum.

De nombreux ministres et membres de l’entourage du président s’empressent de le convaincre, souvent à voix haute, de leur fidélité à l’option russe et de leur opposition à la France et à l’Occident. Un nouveau code minier donne la préférence aux entreprises russes. Le Premier ministre n’était même pas au courant du projet de loi auquel s’oppose, entre autres, la Banque mondiale qui ne veut pas que l’État mette fin au système indépendant des bureaux d’achats pour l’achat de diamants et, craignent-ils, remette les commerce vers la Russie.

Copyright ©️ Africa Confidential 2021
https://www.africa-confidential.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here