Centrafrique : l’Imposteur de Bangui vend une chimère aux élèves de Bossembélé : le télé – enseignement !

0
168
DISCOURS
DE SON EXCELLENCE LE PROFESSEUR FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT
A L’OCCASION DE LA CEREMONIE DU LANCEMENT OFFICIEL DE LA RENTREE SCOLAIRE 2023 – 2024
BOSSEMBELE, 3 NOVEMBRE 2023-
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
– Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
– Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;
– Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
– Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs ;
– Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales ;
– Monsieur le Préfet de l’Ombella Mpoko ;
– Monsieur le Président de la Délégation Spéciale de la Ville de Bossembélé ;
– Chers Parents d’Elèves ;
– Chers Partenaires du Système Educatif Centrafricain ;
– Enseignantes et Enseignants ;
– Elèves, Etudiantes et Etudiants de Centrafrique ;
– Distingués invités ;
– Mesdames et Messieurs ;
Je voudrais d’abord adresser mes salutations et mes sincères remerciements à la population de Bossembélé pour l’hospitalité légendaire et l’accueil chaleureux qu’elle m’a réservés ainsi qu’à la délégation qui m’accompagne.
Je salue toutes les autorités civiles, militaires et judiciaires ainsi que les notables, enseignants, parents d’élèves, élèves, les femmes, les jeunes de Bossembélé, Boali et Yaloké.
Votre mobilisation en dépit du report de cet important événement traduit votre adhésion et votre soutien toujours indéfectible à ma vision pour l’éducation nationale de notre pays.
Je voudrais saluer les Ambassadeurs, les Responsables des organisations internationales et tous les partenaires de l’éducation nationale pour leur présence parmi nous en ce moment mémorable pour la communauté éducative centrafricaine.
Je tiens à les remercier et vous demander de les applaudir.
Je voudrais féliciter les enseignants, les élèves et les parents d’élèves pour l’excellence des résultats enregistrés au cours de l’année scolaire 2022-2023.
Nous pouvons également les applaudir.
Chers Compatriotes de Bossembelé, Boali et Yaloké ;
Je me réjouis de me retrouver parmi vous aujourd’hui à Bossembelé, à l’occasion du lancement officiel de la rentrée scolaire 2023-2024, dont la cérémonie est organisée cette année en différé.
Par cette cérémonie, nous voulons marquer l’importance de l’Education, levier de développement de tous les secteurs d’activités économiques et sociales de notre pays.
Elle vise aussi à mobiliser toutes les forces vives, toutes les intelligences nationales et tous les partenaires techniques et financiers autour de la problématique de développement de notre système éducatif, creuset du capital humain de notre pays, la République Centrafricaine.
Mesdames et Messieurs ;
Nous abordons cette année scolaire autour du thème : « Education de qualité pour une citoyenneté responsable, la paix et le développement durable ».
Comme vous le savez, les crises militaro-politiques successives qu’a connues notre pays, avec leur corolaire les années blanches, ont détérioré le système éducatif de notre pays.
Depuis le 30 mars 2016, nous œuvrons collectivement pour construire notre Nation, à travers une éducation de qualité dont nous pouvons être fiers demain.
Nous sommes tous convaincus que c’est par une Education de qualité que la Nation centrafricaine s’élèvera pour offrir un bien-être à tous les citoyens et devenir un pays où il fait bon vivre.
C’est par une éducation de qualité que les Centrafricains pourront profiter pleinement de leurs ressources naturelles, au lieu de continuer à se contenter des miettes que veulent bien leur laisser ceux qui en profitent depuis des décennies.
C’est aussi par une Education de qualité que les Centrafricains prendront conscience que le travail seul pourra les libérer de la servitude et leur permettra de vivre dans la dignité et en parfaite harmonie avec leur société.
C’est toujours par une Education de qualité que la culture de la paix et de la tolérance s’installera dans nos esprits et dans nos cœurs.
Mesdames et Messieurs ;
Ce thème nous interpelle tous sur le sens de responsabilité qui doit guider les comportements de chaque citoyen et qui pourrait faire de lui un vrai patriote, respectueux des Institutions, des valeurs républicaines et des principes démocratiques.
Enfin, ce thème nous rappelle les Objectifs du Développement Durable 4 (ODD4) auxquels les dirigeants mondiaux ont souscrit à Éducation 2030, un agenda dont le but est de rendre l’éducation accessible à tous et d’en faire le fondement du développement durable et de la paix, car le monde entier est confronté à l’instabilité, en particulier en raison des changements climatiques et des inégalités croissantes.
La résolution de ces crises nécessitera de l’ingéniosité, de la résilience et une action de l’ensemble de la société, y compris des filles et des femmes de notre pays.
Mesdames et Messieurs ;
Le monde est en constante évolution et toutes les nations sont engagées dans une compétition impitoyable pour défendre leurs intérêts et profiter des ressources qui existent sur la planète.
En quelques décennies, certains pays du « Tiers Monde » en grand retard sur les pays développés ont pu se hisser de manière spectaculaire à un niveau élevé et même surpasser les pays développés dans certains domaines scientifiques et technologiques.
Ceci, grâce à la qualité de l’éducation qu’ils ont su bâtir et rendre efficace, voire compétitive.
Mesdames et Messieurs ;
L’Enseignement est marqué partout en Afrique et plus particulièrement en République Centrafricaine par des approches de perfectionnement peu efficaces qui en affectent la qualité.
C’est pourquoi nous devons explorer sans attendre de nouvelles voies pour le développement de pratiques efficientes et inclusives de formation initiale pour maintenir l’enseignement à un niveau élevé.
La mise en place d’un dispositif innovant avec la prépondérance des technologies d’information et de communication apparaît comme une nécessité pour mettre en place le processus d’adoption d’un environnement numérique d’apprentissage valable sur l’ensemble de notre pays.
En cela la science doit occuper une place de choix dans l’enseignement.
Par le passé, la balance Roberval, la chaîne d’Arpenteur et bien d’autres matériels de science faisaient partie de notre environnement d’apprentissage. Aujourd’hui, ils ont quasiment disparu.
J’instruis le Gouvernement à allouer des ressources conséquentes aux fins de mettre à la disposition des Enseignants de la Petite Enfance, du Fondamental 1 et 2, les outils de science nécessaires à l’apprentissage des disciplines scientifiques.
Mesdames et Messieurs ;
Les Etats Généraux de l’Education et de la formation de 1994 avaient permis aux entrepreneurs privés d’opérer dans le secteur de l’éducation pour faire face aux besoins croissants de notre pays. Ce n’était pas un abandon !
Cependant, certains ont transformé ce secteur en un commerce ordinaire.
Je dis aujourd’hui haut et fort que l’Education ne saurait être un simple moyen de s’enrichir sur le dos des autres Compatriotes.
Il doit être le domaine ou le patriotisme doit primer sur l’affairisme, la responsabilité et la discipline sur la tricherie et le désordre.
Nous pensions que cette ouverture allait renforcer notre système éducatif, malheureusement, c’est le contraire.
La majorité des enseignants dans le privé est constituée des enseignants titulaires des établissements publics qui, selon une enquête menée par le Ministre de la Fonction Publique, délaissent leurs élèves pour intervenir dans les établissements privés en dépit du fait que les salaires sont maintenant régulièrement payés à tous les fonctionnaires, c’est ce qui justifie en partie la baisse de niveau que tout le monde déplore.
Je tiens à rappeler aux Responsables des établissements publics et privés que les enfants qui leur sont confiés sont les enfants de la République.
Ils doivent veiller sur eux comme un trésor national dès qu’ils franchissent le seuil des établissements.
Chers parents d’élèves de Bossembélé, Boali, Yaloké,
Vous ne devez pas démissionner de vos responsabilités. N’abandonnez pas les enfants dans les mines d’or, la pèche et la cueillette.
L’Education des enfants ne se limite pas seulement à les nourrir, les habiller et à payer leur scolarité tous les mois.
Il faut un suivi, il faut à la maison que les parents et les tuteurs prennent le relai pour un suivi cohérent que ne peut effectuer le Maître ou le Professeur tout seul hors de l’espace scolaire. Ceci est valable pour tous les parents d’élèves centrafricains.
Quant aux Maîtres et Professeurs, je les exhorte à manifester plus d’empathie à l’endroit de leurs élèves pour obtenir de bons résultats et gagner respect et reconnaissance de ceux qui seront les Responsables de demain.
Dans cette optique, je demande au Ministère de l’Education Nationale d’élaborer un projet de loi interdisant l’introduction des appareils Android à l’école, et un texte réglementaire en vue de l’uniformisation des tenues scolaires avec une couleur unique pour le préscolaire, une autre pour le Fondamental 1 et une autre couleur pour le Fondamental 2.
Nos enfants seront ainsi moulés dans un même creuset afin d’assimiler l’humilité, la discipline et la solidarité.
L’école ne doit pas être un facteur de discrimination de notre jeunesse. Elle doit dispenser des connaissances, mais aussi des comportements et attitudes en phase avec nos valeurs civiques et morales.
L’Etat en tant que puissance publique doit garder un contrôle sur le secteur de l’Education pour que tous les citoyens soient formés dans le même moule afin d’atténuer les particularismes régionaux et sociaux, sources de division à long terme.
L’Education doit unir et non diviser notre Nation.
Tous les responsables doivent mettre en application ces prescriptions pour le recadrage de notre système éducatif et pour protéger les jeunes centrafricains contre les effets pervers des technologies nouvelles.
Il faut toujours être attentif aux changements extérieurs, qui peuvent avoir des effets néfastes sur notre souveraineté et corrompre notre jeunesse.
Maintenant, tout le monde s’inquiète de l’Intelligence Artificielle.
Nous devons déjà engager une réflexion et prendre des initiatives pour conjurer les effets pervers sur notre société et ne mettre en œuvre que les effets bénéfiques.
Mesdames et Messieurs ;
Le Gouvernement œuvre pour améliorer les conditions d’apprentissage des apprenants et de travail en ce qui concerne les enseignements.
Aujourd’hui, je suis particulièrement heureux de procéder au lancement officiel du télé-enseignement qui est un outil pédagogique important développé par les Enseignant-Chercheurs de l’Université de Bangui, en vue de répondre aux immenses besoins de formation initiale de qualité exprimés par la société, promesse que j’avais faite l’an dernier à Bégoua.
Le télé-enseignement qui va être fonctionnel aux lycées de Bossembélé, de Baoro et de Bouar est un processus qui tient compte des réalités de notre pays.
Les cours de Mathématiques, de Physique-Chimie, des Sciences de la Vie et de la Terre, pour ne citer que ceux-là, sont animés par les enseignants qui utilisent le tableau blanc pour illustrer leur propos.
J’exhorte les autorités locales, les parents d’élèves, les élèves et les populations de Bossembélé, Baoro et Bouar à veiller sur les kits du télé-enseignement qui vont être installés dans leurs lycées.
Le deuxième programme que je lance aujourd’hui est l’octroi de bourses, subventions et la prise en charge des redevances scolaires pour les élèves du Fondamental 1 et Fondamental 2, particulièrement les filles.
Ce projet dénommé « Capital Humain et Autonomisation des Femmes et des Filles (MAÏNGO) » et financé par la Banque Mondiale concerne les Inspections Académiques de la Kémo, de la Ouaka, de la Nana-Gribizi et du Grand Bangui.
Tous ces programmes contribueront d’une part à encourager particulièrement nos filles, car nous croyons au pouvoir des filles, non pas en tant que futurs leaders, mais en tant que leaders d’aujourd’hui, et d’autre part à combler le déficit en enseignants scientifiques.
Le Ministère de l’Education Nationale et celui de l’Enseignement Supérieur, de la recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique doivent collaborer davantage afin de renforcer l’efficacité de notre système éducatif face aux défis qu’imposent les innovations pédagogiques.
Le Programme de Téléenseignement en faveur des élèves des classes de Terminale est une belle illustration de cette collaboration qui doit être pérennisée pour la cause de l’apprenant centrafricain.
Mesdames et Messieurs ;
Notre système éducatif souffre d’une carence en Enseignants scientifiques.
J’instruis les deux Ministres concernés de proposer une convention entre l’Université de Bangui et les établissements publics du secondaire à vocation scientifique.
Elle permettra à ces établissements d’une part de mutualiser les moyens matériels et technologiques dont ils disposent et d’autre part de booster les enseignements scientifiques dans nos lycées devenus trop théoriques.
Les difficultés ne doivent pas nous décourager. Nous devons tous, à l’unisson, travailler dur pour le développement de notre système éducatif, gage de la solidité et de développement de notre Nation.
Je vous souhaite une excellente rentrée scolaire 2023-2024.
Je vous remercie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici