Centrafrique : l’Imposteur de Bangui, bénéficiaire d’un HLM en France !

0
128

 

Comme nous l’avions annoncé dans nos précédentes publications, la plupart de ceux qui président actuellement à la destinée de notre pays, ont étudié en France où sont aujourd’hui scolarisées leurs progénitures, y ont un pied – à – terre, jouissent parfois de la nationalité ou bénéficient d’une carte de séjour et y séjournent régulièrement pour raisons de santé.

C’est le cas de l’Imposteur de Bangui, celui qui a été élu seulement par 17% du corps électoral et qui a exclu plus de 300.000 Centrafricains des calamiteux scrutins du 27 décembre 2020, marqués par de graves irrégularités qui leur ont dénié tous critères de sincérité, de crédibilité, d’inclusivité, de transparence, de liberté et de légitimité in fine. Fin roublard, il a été et demeure, par son silence total, et en sa qualité de président de la République, chef de l’Etat, le premier responsable de la diplomatie et de la communication agressives de diffamation, de désinformation, de grossiers mensonges, de manipulations de l’opinion et de dénigrements, scientifiquement pensées, organisées, planifiées et menées ces derniers temps contre la France, ses autorités, ses représentants et ses intérêts en Centrafrique.

Sous l’emprise totale de son conseiller en sécurité Valeri Zakharov qui est dans la ligne de mire du FBI et de la CIA et qui a supprimé tous ses comptes sur Twitter, et de l’ambassadeur de la Fédération de Russie Vladimir Tittorenko qui a disparu, ces derniers temps, de tous les champs médiatiques, suite à ses propos dénués de tout respect des formules et us diplomatiques, c’est lui qui est le principal organisateur et le financier de toutes les manifestations organisées à Bangui, il y a plusieurs mois déjà, par des jeunes acquis à la cause du pouvoir, contre certains fonctionnaires onusiens et tout dernièrement contre le représentant du secrétaire général de l’Onu Mankeur Ndiaye, suite à ses propos tenus sur RFI, au lendemain de la publication du rapport du Groupe des experts de l’Onu relatif à des exactions et de graves violations des droits de l’homme commises en Centrafrique par les mercenaires russes du Groupe Wagner.

Mais aussi étonnant et révoltant que cela puisse paraître, ce Monsieur entretient des relations particulières avec la France. En effet, l’Imposteur de Bangui qui bénéficie depuis 2013, après le coup d’état de la Séléka, du statut de réfugié politique en France, a officiellement demandé en 2016 et fait la démarche administrative pour en obtenir le retrait. Seulement, il a oublié d’en faire autant pour le reste de tous les membres de sa famille qui vit actuellement dans la commune résidentielle de Villeneuve – d’Ascq, située dans le Nord de la France. Là, le président de la République centrafricaine,  et non pas le réfugié politique de 2013, depuis le 30 mars 2016 à ce jour, possède un habitat à loyer modéré HLM dont les occupants sont l’une de ses épouses et ses trois (3) enfants. Alors qu’il a saisi officiellement et régulièrement les autorités préfectorales pour obtenir la résiliation de son statut de réfugié politique, il n’a pas jugé opportun de restituer le logement social qu’il occupait. Incroyable mais vrai, pour un chef d’Etat, n’est – ce pas ?

Et pourtant, c’est ce que révèle une copie de l’avis d’échéance de loyer pour le logement occupé par la famille Touadéra pour le mois de janvier 2021, parvenue à notre rédaction. Sur ce document, il est libellé un montant à régler de 925, 14 euros, d’une part, et il est mentionné « qu’à partir du 1.01.2021, les APL seront calculées sur les 12 derniers mois connus. Le montant de l’APL sera ajusté tous les trois (3) mois pour correspondre de façon juste à votre situation actuelle…. », d’autre part. Ainsi donc, quoique président d’un Etat souverain et bénéficiaire des fonds spéciaux d’un montant de 2 milliards de Fcfa, inscrits annuellement dans le budget de la présidence de la République, de 2016 à 2021, celui qui se présentait comme le candidat des pauvres, mais qui est devenu entretemps le bourreau de son peuple et l’homme le plus riche du pays, refuse de déménager de son HLM sis dans la commune résidentielle de Villeneuve – d’Ascq située dans le Nord de la France. C’est tout simplement un acte de forfaiture d’état, de déloyauté, de malhonnêteté, de perfidie et de tripotage qui est indigne de son statut de président de la République. Si cet acte lui permet de faire croire à l’opinion nationale et internationale qu’il est « clean » et « poor », cette perfidie humilie et fait couvrir de honte tout un peuple et doit faire retourner dans sa tombe l’empereur Bokassa 1er qui avait acquis des châteaux en France. Par cet acte, l’image, l’honneur et la dignité de la République centrafricaine et du peuple centrafricain sont à jamais plongés dans la boue nauséabonde et puante du déshonneur et de l’indignité.

En effet, le logement social a été créé pour améliorer les conditions de logement des couches populaires et moyennes. L’article 140 de la loi SRU précise ainsi que « toute personne ou famille éprouvant des difficultés particulières », a droit à ce type de logement « en raison notamment de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’existence ». Les plafonds de loyers et de revenus des locataires sont fixés chaque année par décret et diffèrent selon la localisation, le type de conventionnement et la composition des ménages locataires. Pour que les loyers restent bas les pouvoirs publics fournissent une aide indirecte, versée non au locataire, mais au bailleur, sous forme de facilités de financement, de subventions, de déduction fiscale, etc. Cette aide est assortie de conditions sur la qualité du logement et le montant des loyers. Et quelles sont les conditions à remplir pour prétendre à un logement HLM ? Vous devez être de nationalité française ou être étranger en situation régulière sur le territoire français (cartes de résident, de séjour temporaire, de résident privilégié, de séjour de ressortissant de la CEE, étranger admis au séjour au titre du droit d’asile…). Vos  ressources (et celles de l’ensemble des personnes vivant dans votre foyer) ne doivent pas excéder les plafonds fixés annuellement par l’état.

Fort de ce qui précède, en demandant la modification de son statut de réfugié politique, l’Imposteur de Bangui était tenu d’enclencher la procédure de restitution du logement social qu’il occupait, lui et toute sa famille. Ce qu’il n’a jamais fait. Comme quoi, ces gens mentent au peuple centrafricain et entretiennent des relations intéressantes et très intéressées avec la France !

Affaire à suivre…..

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here