Centrafrique : l’expert indépendant Yao Agbetse accuse le gouvernement de protéger les Faca et les mercenaires du Groupe Wagner responsables de graves violations des droits humains

0
277
Jean-Fernand Koena
22 février 2023

 

Interview avec Yao Agbetse (expert indépendant de l’Onu) sur la situation des droits de l’Homme en RCA.

Dans son rapport sur les droits de l’Homme en Centrafrique, l’expert indépendant de l’Onu, Yao Agbetse incrimine les rebelles, les forces armées centrafricaines (FACA) et les mercenaires russes du groupe Wagner pour les actes de violence commis contre les civils. Il regrette enfin la lenteur du travail de la justice centrafricaine pour ce qui concerne ces crimes et déplore la situation dramatique des enfants en Centrafrique.

Interview de Yao Agbetse à Bangui

DW :  Dans votre rapport, vous vous alarmez des violations des droits de l’Homme en Centrafrique tout en citant plusieurs acteurs qui les commettent.

L’ensemble des acteurs qui sont impliqués dans le conflit ont commis des violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire :

D’abord, les groupes armés, les groupes armés à travers leurs attaques des positions des FACA, les groupes armés à travers des exactions au niveau des populations civiles enfreignent les principes du droit international relatif aux droits de l’Homme.

Il y a également les forces de défense et de sécurité, les FACA, qui sont également responsables de multiples violations des droits de l’Homme. D’après le rapport qui a été établi par la division droits de l’Homme de la Minusca pour la période allant d’octobre à décembre 2022, par rapport à l’ensemble des violations qui ont été enregistrées, 58 % pèsent sur les forces de sécurité, ce qui est énorme.

Je crois qu’il appartient aux autorités étatiques de faire en sorte que les FACA opèrent de manière disciplinée, en ayant les moyens nécessaires pour mener à bien leur mission sur le terrain. Et donc, par rapport à cela, il est important que des moyens et les équipements nécessaires accompagnent le déploiement de ces forces sur le terrain. Pour éviter que ceux qui sont censés offrir protection et sérénité à la population deviennent leurs bourreaux. Ça, c’est fondamental. C’est un message que je voudrais lancer à l’endroit des autorités étatiques par rapport à la nécessité de prendre toutes les mesures nécessaires pour que les FACA s’abstiennent de toute violation des droits de l’Homme ou du droit international humanitaire.

« Je voudrais dire mon admiration face à la résilience des habitants » – Yao Agbetse

Il y a également les forces bilatérales [russes] qui sont responsables d’enlèvements, qui sont responsables de séquestrations, qui sont également responsables d’exécutions sommaires. Cela est inacceptable. Non seulement ces violations sont exercées sur les populations civiles, mais également sur les autorités locales dépositaires de l’autorité de l’Etat. Il s’agit par exemple des préfets, des sous-préfets, mais également de maires ou de commissaires de police ou de gendarmerie qui sont aussi victimes de traitements humiliants et dégradants de la part des forces bilatérales russes.

DW :  Dans votre précédent rapport, vous vous indigniez des cas de violence dont se seraient rendus coupables les mercenaires russes à Boyo [dans la Ouaka]. Aujourd’hui, aucune action en justice ni poursuite judiciaire n’ont été engagées. Est-ce que cela vous choque?

L’accès à la justice des victimes est une donnée essentielle et donc il appartient au premier chef aux autorités étatiques d’engager les démarches nécessaires qui permettent en fait aux victimes de bénéficier d’un accompagnement et d’une prise en charge au niveau psychosocial mais également au niveau judiciaire.

Je regrette le fait que le gouvernement ne soit pas suffisamment mobilisé lorsqu’il s’agit d’apporter des réponses en ce qui concerne ces violations des droits de l’Homme. Il appartient d’ailleurs, lorsqu’il y a des allégations aux autorités étatiques d’entreprendre les démarches nécessaires pour vérifier les faits qui sont allégués et prendre les dispositions qui s’imposent.

DW :  Dans le registre des violations des droits de l’Homme se trouvent aussi les contingents de la MINUSCA. Sauf que dans votre rapport, vous avez cité les FACA, leurs alliés et les groupes armés. Y a-t-il une amélioration du côté des forces de l’ONU, ici en Centrafrique?

Tout à fait, il est important de le souligner : certains éléments de la Minusca se sont également rendus coupables, notamment, de violences sexuelles liées au conflit. C’est justement ce qui était arrivé au sein du contingent gabonais dont certains éléments avaient commis des faits relatifs aux violations sexuelles et aux conflits. Et par rapport à cela, le contingent gabonais a été rapatrié au Gabon et instruction a été donnée pour que les autorités gabonaises mènent sur place des enquêtes pour établir les faits et informer ensuite les autorités centrafricaines par rapport aux mesures qui sont prises pour que les personnes qui ont commis ces faits fassent l’objet d’une procédure judiciaire.

Nous avons suivi auprès de la Mission permanente de la République gabonaise à Genève cette situation. Nous avons reçu nombre d’informations qui ne sont pas satisfaisantes. Donc nous avons relancé le gouvernement gabonais pour que les démarches nécessaires soient entreprises et que les victimes puissent effectivement accéder à la justice.

Donc, vous avez bien fait de le souligner, il y a d’une part les groupes armés, mais également les FACA, les alliés, les FACA, mais également certains éléments de la Minusca qui ont également commis des violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire.

DW :  L’un des points fondamentaux de votre mission, c’est aussi la situation des enfants. Vous avez documenté des violations. Comment se présente le tableau des droits de l’homme chez les enfants en Centrafrique?

Le tableau est sombre. Lorsqu’on voit toutes les composantes, on constate que la situation reste très, très préoccupante lorsqu’on prend les enfants sortis des groupes et forces armées, lorsqu’on prend les enfants orphelins, lorsqu’on prend les enfants victimes de violences sexuelles liées aux conflits, les enfants victimes de violences basées sur le genre, les enfants victimes de mariages forcés ou encore de mariages précoces.

Je crois qu’il est important que les autorités développent un plan stratégique de grande envergure pour tenir compte de l’ensemble des problématiques qui minent la jouissance effective par les enfants de leurs droits.

DW

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici